Aperçu : Wolfenstein : The New Order (Jeu vidéo)

(Par Jérémie Bernard)

Je ne connaissais la série Wolfenstein (1981-) que de nom et de réputation. Ces jeux de tirs ayant traversé les âges sont réputés pour être bourrins au maximum, ne pas léser sur le sang et l’action et offrir un autre monde possible lors de la Deuxième Guerre mondiale. J’ai donc installé le nouveau Wolfenstein : The New Order  (MachineGames 2014) avec un certain vertige : mélangé entre le fait de m’attendre à un shooter classique et ennuyant; énervé à l’idée que l’oeuvre comporte 4 disques sur Xbox 360. Voici un léger aperçu de la bête.

Le jeu montre sa dimension réflexive dès les premières secondes, avec une espèce de rêve couplé du personnage principal en voix off. Quelques secondes plus tard, nous voilà en plein ciel, dans un énorme avion-cargo, en direction du quartier général de Deathshead, le savant fou derrière les technologies allemandes qui leur permettent de prendre le dessus de la guerre, en 1946.wolfenstein-the-new-order_1368113481

Déjà, j’ai remarqué que ce jeu n’avait rien à envier à la production et au niveau d’action cinématographique d’un Call of Duty. Une fois sur la rive de ladite base militaire nazie, après moult rebondissements aériens, le joueur est confronté avec les premières créatures de l’ingénierie allemande. C’est là que Wolfenstein parvient à faire mouche, à sortir de l’autoroute trop bondée des FPS pour plonger dans un petit chemin de campagne inexploré, pas trop loin de la grande route, mais juste assez tranquille pour se permettre d’innover en toute quiétude. La jouabilité est nerveuse, explosive même. Il est possible de porter deux armes, et le sang sera chose commune lors de votre exploration, mais le récit est apporté avec un brio qui m’a totalement renversé après quelques minutes passées dans cette guerre uchronique.

Les personnages sont crédibles, les situations m’ont fait suer sur la manette et la prise en main est immédiate. Je n’ai pas grand-chose à redire sur ce nouveau jeu édité par Bethesda, outre le fait qu’il apporte un bon vent de fraîcheur dans le domaine des FPS AAA. Disons que ce jeu se veut très cinématographique, et cela permet de l’élever beaucoup plus que bien d’autres jeux de tirs contemporains. De plus, les développeurs ont choisi de ne pas inclure de mode multijoueur pour pouvoir se concentrer sur l’aventure solo. Quoi de mieux? Wolfenstein : The New Order est le shooter de ce printemps/été 2014, et sûrement votre prochain gros jeu d’action sur votre console de nouvelle génération (vous aurez 7 jours pour le terminer avant la sortie de Watchdogs).

Sans rien vous révéler de l’intrigue, disons seulement que les Nazis ont gagné la guerre, et que c’est dans un 1960 fabulé que votre joueur aura à renverser la situation mondiale du mieux qu’il peut. Avec des moyens audiovisuels aussi élevés et des cinématiques à en perdre haleine, ce jeu ne risque pas de décevoir grand monde, ce qui est une bonne nouvelle pour l’industrie qui peine souvent à sustenter ce cher et difficile public gamer.

TItre : Wolfenstein : The New Order
Année : 2014
Développeur : MachineGames
Éditeur : Bethesda Softworks
Joueurs : 1
Genre : FPS
Plateformes : PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s