Archives de catégorie : Pascal Provost

Nouveau Podcast!

(Par Marc-Olivier Lalonde)

Marc-Olivier Lalonde, Pascal Provost et Francis Méthot se sont réunis afin de vous présenter leur tout nouveau podcast : Les Protagonistes (Pas Très) Silencieux! Si vous aimez leurs articles, vous aimerez aussi les entendre discuter de l’actualité des jeux et des dernières sorties à chaque semaine. Des invités se joindront à eux à l’occasion. Continuer la lecture de Nouveau Podcast!

Advertisements

Critique de The Evil Within (jeu vidéo)

(Par Pascal Provost)

Qui aurait pu croire que le genre survival horror serait un jour dans une situation aussi précaire qu’il ne l’est de nos jours. Vers la fin des années 90, début 2000, le marché était pourtant envahi par ce type de jeu. Resident Evil, Clock Tower, Silent Hill, Parasite Eve, Fatal Frame et j’en passe. Rien ne semblait pouvoir arrêter les jeux d’horreur. Pourtant, suite au succès massif de Resident Evil 4, les compétiteurs vont adopter son approche beaucoup plus focalisée sur l’action. Cette métamorphose nous amènera d’excellents jeux d’action/horreur tel que Dead Space, sauf que l’aspect principal au cœur du survival horror, le sentiment d’impuissance causé par des ressources limitées et des ennemis souvent redoutables, n’était plus au rendez-vous. Près de 10 ans plus tard, les seuls vestiges du genre ne se trouvent pratiquement plus que sur la scène indépendante sur PC. Continuer la lecture de Critique de The Evil Within (jeu vidéo)

Critique de Danganronpa 2 : Goodbye Despair (jeu vidéo)

(Par Pascal Provost)

La première fois que j’ai joué à Danganronpa : Trigger Happy Havoc, j’étais sceptique. Étant un grand fan des jeux de mystère comme 999 : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors ainsi que sa suite Zero Escape : Virtue’s Last Reward, j’étais un peu dubitatif du coté plus ouvert que proposait Danganronpa pour l’exploration et le développement des personnages, au lieu d’offrir les traditionnels choix et fins multiples. N’est-ce pas justement cette capacité de prendre des décisions ayant des répercussions sur l’histoire qui est l’attrait de ce type de jeu? Mon scepticisme n’aura pas duré longtemps, croyez-moi. Même si l’histoire était beaucoup plus linéaire, la recherche d’indices et la reconstruction des crimes étaient passionnantes et demandaient beaucoup de réflexion par moments. J’attendais donc la suite, Danganronpa 2 : Goodbye Despair de Spike Chunsoft, avec impatience. Fort heureusement, elle ne déçoit pas! Continuer la lecture de Critique de Danganronpa 2 : Goodbye Despair (jeu vidéo)

Middle-earth : Shadow of Mordor (critique)

(Par Pascal Provost)

L’oeuvre de Tolkien fait rêver ses fans depuis près de 80 ans maintenant. La sortie au cinéma des trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit n’ont fait que raviver l’intérêt de la population générale pour la Terre du Milieu. Plusieurs tentatives ont été faites par le passé de recréer ce monde imaginaire fantastique grâce aux jeux vidéos, avec des résultats plus ou moins mitigés. Certes, l’excellente version Lego de Traveller’s Tales était très réussie, mais on rêvait depuis longtemps de pouvoir explorer ce monde riche et détaillé dans toute sa splendeur. Warner Bros nous fournit un vaillant effort en ce sens avec leur dernier opus, Middle-earth : Shadow of Mordor. Continuer la lecture de Middle-earth : Shadow of Mordor (critique)

E3 : Nos impressions! (jeux vidéo)

(Une collaboration de plusieurs chroniqueurs)

Début juin est synonyme de chaleur et de journées de plus en plus longues jusqu’au solstice d’été. C’est aussi le mois de l’E3, l’Electronic Entertainment Exposition. Il s’agit ni plus ni moins d’une des plus grandes conférences électroniques mondiales et les Majors du monde vidéoludique s’en servent comme vitrine pour annoncer ce sur quoi ils sont en train de travailler dans le moment. Chez Jestermind, on vous offre notre compte rendu. Continuer la lecture de E3 : Nos impressions! (jeux vidéo)

Critique : Final Fantasy XIV : A Realm Reborn (Jeu vidéo)

(Par Pascal Provost)

La pression sur les épaules de l’équipe de Final Fantasy XIV : A Realm Reborn était considérable.  Après l’échec cuisant essuyé lors de sa sortie en 2010, peu de gens croyaient que Square-Enix avait la moindre chance de convertir le dernier opus de sa série phare en un produit respectable qui parviendrait à attirer les consommateurs ayant été échaudés la première fois.  La charge de travail était colossale.  Essentiellement reconstruire entièrement un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (massively multiplayer online role-playing game, MMORPG) sur deux plates-formes différentes en moins de temps que la majorité des grands studios de développement prennent pour un jeu en solo!  La santé financière de la compagnie était en jeu.  Rarement voit-on une entreprise de cette envergure prendre un tel risque.  Est-ce que le jeu en valait la chandelle? Continuer la lecture de Critique : Final Fantasy XIV : A Realm Reborn (Jeu vidéo)

Critique : Knack (jeu vidéo)

(Par Pascal Provost)
Lors du lancement d’une nouvelle console, les développeurs de jeux vidéo se voient souvent octroyer une plus grande liberté créatrice.  On laisse les esprits les plus brillants de l’industrie tenter de concevoir des expériences inédites qui sauront attirer les consommateurs réticents à l’idée d’adopter une nouvelle technologie qui en est encore à ses premiers pas.  C’est souvent lors de ces moments que naissent les franchises et mascottes qui vont marquer la génération.  Super Mario Bros. pour la NES, Halo pour la Xbox, Crash Bandicoot pour la PS1 et Jak and Daxter pour la PS2 en sont quelques exemples.  Il y a clairement une recette qui fonctionne derrière cette tendance et il n’est pas surprenant de voir Sony tenter le coup à nouveau avec sa nouvelle PS4.  Est-ce que Knack, développé par Japan Studios, a ce qu’il faut pour devenir une franchise à succès digne de ses précurseurs pour Sony? Continuer la lecture de Critique : Knack (jeu vidéo)