Critique cinéma : Edge of Tomorrow

(Par Marc-Olivier Lalonde)

Que feriez-vous si vous deviez revivre la même journée éternellement? Si c’est le plus beau jour de votre existence, cela atténuerait sûrement le problème. Par contre, si vous deviez revivre les pires moments, aller en enfer serait probablement équivalent. C’est le dilemme dans lequel se trouve le major William « Bill » Cage. Malgré son haut rang militaire, le major n’est jamais réellement allé à la guerre. Il travaillait auparavant dans la publicité et s’est fait recruter par l’armée dans l’espoir qu’il puisse faire augmenter le nombre de recrues. Eh oui, l’humanité est en guerre à nouveau. Pour une fois cependant, les humains ne se battent pas entre eux mais contre des envahisseurs extra-terrestres. Ces derniers nous dominaient complètement jusqu’au jour où des scientifiques ont pu mettre au point une armure qui agit comme un exosquelette. Celle-ci permet à quiconque qui la porte de voir ses capacités physiques augmenter considérablement. Une soldate particulièrement efficace est devenue le visage de la résistance humaine. Rita Vrataski (Emily Blunt) a tellement éliminé d’extra-terrestres qu’elle se voit attribuer le surnom de Full Metal Bitch par ses confrères.

Alors que Bill se promène à travers les différents médias afin de faire la promotion de l’armée et de sa nouvelle armure, il se fait convoquer en Angleterre afin de rencontrer le général qui est en charge de cette région. Ce dernier, particulièrement bourru (Brendan Gleeson), indique à Bill qu’il ne pourra plus agir comme simple porte-parole. En effet, il prend la décision de l’envoyer au front. Le major n’apprécie pas du tout et tente par tous les moyens de le dissuader. Il ira même jusqu’à tenter de fuir. Il sera alors capturé.

Bill se réveille le lendemain dans une base militaire. Malgré ses protestations et son rang militaire élevé, personne ne l’écoute, surtout par le sergent qui est son supérieur. Il n’en a rien à cirer de Bill et le traite comme une verte recrue. Il le laisse par la suite avec son escouade. Bill se voit donc contraint d’enfiler une armure le lendemain afin de faire partie de la vaste offensive. Lorsqu’il atterrit finalement sur la plage avec les autres, il se rend rapidement compte que c’est un véritable massacre. Les humains se font pratiquement tous éliminer…y compris lui-même! Eh oui, la major meurt peu de temps après son arrivée. C’est ici cependant que les choses se corsent encore plus : Bill se réveille! En fait, il se réveille sur la base militaire exactement comme la journée précédente. Le sergent vient à nouveau à sa rencontre. Les évènements qu’il a vécus se déroulent de la même façon une fois de plus. Que s’est-il passé? Pourquoi et comment cela lui est-il arrivé? C’est ce que devra découvrir Bill s’il ne veut pas être destiné à revivre la même journée ad vitam aeternam.

Cette prémisse fort intriguante m’a attiré dès le moment où j’ai lu que le film mélangeait des éléments de Groundhog Day et Starship Troopers. La comparaison est fort appropriée. Les gens qui n’aiment pas particulièrement Tom Cruise se feront un plaisir fou à le regarder mourir constamment. En fait, ces moments sont particulièrement drôles. Non pas que ce soit une comédie, évidemment, mais j’ai ri plus que prévu. À titre de comparaison, j’ai apprécié Edge of Tomorrow plus qu’Oblivion, paru l’an dernier, et War of the Worlds, les deux derniers films de science-fiction mettant en vedette Tom Cruise. Malgré toutes ses frasques dans sa vie quotidienne, Cruise démontre une fois de plus à quel point il peut être charismatique et un bon acteur. Il ne recevra pas une statuette dorée pour sa performance mais il a fait le nécessaire pour être crédible. Je n’en demandais pas plus pour un rôle comme celui-ci. En fait, j’aimerais que Cruise se fasse offrir des scriptes qui lui permettront de revenir dans l’élite de Hollywood. Si Matthew McConaughey a su s’imposer parmi les meilleurs, nul doute que Cruise peut en faire autant. Avec Leonardo DiCaprio, il fait partie des plus grands acteurs à ne jamais avoir gagné l’Oscar malgré plusieurs nominations.

Emily Blunt joue efficacement son rôle. Au début, elle est perçue comme étant froide et sans émotions. Plus l’histoire progresse, plus Rita s’ouvre tranquillement à Bill. Cela permet à Blunt de démontrer l’étendue de ses capacités d’actrice. J’aime bien Emily et j’ai hâte au jour où elle se fera offrir un rôle substantiel qui le permettra de réellement se faire un nom à Hollywood.

Le seul personnage qui m’a paru comme étant une caricature est le sergent interprété par Bill Paxton. J’aurais aimé plus de subtilité dans son interprétation. Il joue le sergent typique qui crie constamment et met à l’épreuve les soldats qui sont sous son commandement. Un vrai dur à cuire.

Il est intéressant de prendre en note que le scénario provient d’un roman japonais intitulé All You Need Is Kill. Edge of Tomorrow est un meilleur film que Starship Troopers mais les gens ne s’en rappelleront pas autant par contre. La raison? Starship Troopers fait partie de la catégorie de films qui sont tellement mauvais qu’ils en deviennent bons. Il y a une plus grande violence ainsi que de la nudité. Edge of Tomorrow est plus sérieux.

Les extra-terrestres m’ont surpris et déçu à la fois. Puisqu’ils ne sont pas bien présentés à l’écran dans les différentes bandes-annonces, je ne vais pas les décrire ici non plus. Je vais seulement dire que leur apparence physique m’a laissé sur mon appétit. Très peu d’originalité dans la façon dont ils ont été conçus. Par contre, rarement ai-je vu des monstres aussi efficaces pour éliminer des humains. Ils sont extrêmement rapides et tuent sans la moindre hésitation.

Les effets spéciaux ont fait le travail mais je ne peux pas dire que j’ai été impressionné pour autant. J’ai visionné Edge of Tomorrow en IMAX 3D. L’aspect IMAX en a valu la peine mais pas la 3D. Les studios tentent de vous soutirer vos dollars bien mérités. Ne tombez pas dans le piège. Vous direz que je me suis fait avoir et je vous répondrai que mon intention est de m’assurer que vous ne répétiez pas mon erreur. Je vous le dirai quand un film nécessitera d’être vu en 3D. Malgré tout, je vous suggère d’aller voir Edge of Tomorrow. C’est rafraîchissant de voir un film qui n’est pas une suite et qui se veut plus original que la moyenne.

Advertisements

One thought on “Critique cinéma : Edge of Tomorrow”

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s