Critique de Danganronpa 2 : Goodbye Despair (jeu vidéo)

(Par Pascal Provost)

La première fois que j’ai joué à Danganronpa : Trigger Happy Havoc, j’étais sceptique. Étant un grand fan des jeux de mystère comme 999 : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors ainsi que sa suite Zero Escape : Virtue’s Last Reward, j’étais un peu dubitatif du coté plus ouvert que proposait Danganronpa pour l’exploration et le développement des personnages, au lieu d’offrir les traditionnels choix et fins multiples. N’est-ce pas justement cette capacité de prendre des décisions ayant des répercussions sur l’histoire qui est l’attrait de ce type de jeu? Mon scepticisme n’aura pas duré longtemps, croyez-moi. Même si l’histoire était beaucoup plus linéaire, la recherche d’indices et la reconstruction des crimes étaient passionnantes et demandaient beaucoup de réflexion par moments. J’attendais donc la suite, Danganronpa 2 : Goodbye Despair de Spike Chunsoft, avec impatience. Fort heureusement, elle ne déçoit pas!

16 jeunes, ayant chacun un talent ultime particulier, se réveillent sur une île déserte peu après leur entrée à la Hope Peak Academy, école destinée uniquement aux prodiges de la société. Pour ajouter à leur confusion, deux animaux en peluches apparaissent et leur dictent les règles d’un jeu auquel ils sont forcés de participer. Ils sont prisonniers de l’île. Pour survivre, ils doivent s’entre-tuer. Chaque fois qu’un corps est découvert, un procès aura lieu. Si, au terme du procès, le tueur s’en tire sans être découvert, il pourra quitter l’île, et tous les autres seront exécutés. Si, au contraire, le tueur est identifié par ses pairs, lui seul sera exécuté, et le jeu se poursuivra. La prémisse étant exactement la même que celle du premier opus, on pourrait s’attendre à ce que l’action ne devienne redondante. Ce n’est pas le cas. Étant une suite directe, il est immédiatement clair que quelque chose ne tourne pas rond sur l’île de Jabberwocky. Découvrir le mystère de l’île et résoudre les énigmes bien ficelées vous tiendront en haleine jusqu’à la fin.
20140224114220
Les personnages sont tout aussi intéressants que dans Trigger Happy Havoc. Variés et colorés, ils ont chacun leur petite histoire et talent particulier qui donne envie de mieux les connaître lors des nombreux temps libres offerts sur l’île. C’est d’ailleurs ce qui rend si choquant le moment où vous découvrez le corps inerte de l’un deux. Encore plus quand vous percez le mystère et mettez la main au collet du coupable et apprenez les souvent sinistres raisons derrière leurs actions. Vous adorerez détester Monokuma, l’ours psychotique maléfique au cœur du jeu meurtrier, de même que la pauvre Usami/Monomi que tout le monde déteste malgré ses bonnes intentions.

Le jeu se déroule donc en 3 phases distinctes qui composent chaque chapitre de l’histoire. Tout d’abord il y a la vie de tous les jours. On prend contrôle du personnage principal, Hajime Hinata, et nous parcourons l’île à la recherche d’indices sur le lieu où on se trouve. On en profite pour interagir avec nos camarades et en apprendre davantage sur leur passé. Puis un meurtre survient et on entre en mode détective. Il faut passer la scène du crime au peigne fin, chercher des indices sur le corps et tenter de se faire une idée de ce qui a bien pu se passer. Finalement, le procès débute. La jouabilité du jeu change alors complètement et on entre en mode débat. Chaque indice représente une « balle de vérité » qu’on utilise pour tirer sur les affirmations fausses ou contradictoires apparaissant à l’écran. Plusieurs autres minijeux sont également présents, nous amenant inéluctablement plus près de la résolution du mystère. Ceux-ci sont intégrés graduellement pendant la première moitié du jeu, laissant amplement le temps de nous y familiariser.
maxresdefault
Les procès sont beaucoup plus difficiles cette fois-ci. Autant les meurtres sont souvent beaucoup plus élaborés et la solution plus obscure, parfois même un peu trop, autant les minijeux peuvent être brutaux, spécialement si on joue en mode difficile. Cela peut mener à beaucoup d’essais-erreurs à certains points dans l’histoire, mais le jeu n’en souffre pas trop et la hausse de difficulté est la bienvenue pour ceux qui souhaitent une interactivité un peu plus active que de simplement lire un roman graphique.

La musique et les graphismes du jeu sont très réussis, surtout quand on sait qu’originalement au Japon il s’agissait d’un jeu de Playstation Portable et non de Playstation Vita. En plus des sections d’exploration à la première personne du premier opus, on peut maintenant se promener d’île en île en mode side-scroller. Les acteurs font également un excellent travail, livrant leurs lignes avec conviction. Monokuma est toujours aussi drôle et disjoncté avec son rire maniaque qui fait sourire.

Il n’est pas obligatoire de jouer d’abord à Trigger Happy Havoc, mais plusieurs easter eggs vous feront sourire si c’est le cas, et la fin aura beaucoup plus d’impact, en plus de faire plus de sens.
20140224120018
En plus de la quête principale, Goodbye Despair offre deux excellents modes alternatifs, soit Island Mode et Magical Girl Miracle☆Monomi. Ce dernier nous met dans la peau de Monomi et nous permet de combattre les monobeasts et de mieux comprendre cette facette de l’histoire principale. Island Mode permet de continuer à mieux connaître les personnages du jeu et d’approfondir nos liens avec eux. Ce n’est donc pas le contenu qui manque et il est possible de passer plusieurs heures sur ces modes même un fois la quête principale terminée.

Il ne fait aucun doute que Danganronpa 2 : Goodbye Despair n’est pas fait pour tout le monde. Toutefois, si vous n’avez pas de problème à passer la majorité de votre temps à lire du texte au lieu d’être au cœur de l’action et que vous appréciez un bon mystère à résoudre avec beaucoup de suspense, vous allez vous régaler.
20140224121436
*Critiqué avec une copie en vente au détail. Temps de jeu d’environ 25h pour compléter la quête principale à la difficulté mean ainsi que le Island Mode.

Advertisements

One thought on “Critique de Danganronpa 2 : Goodbye Despair (jeu vidéo)”

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s