Critique : Mass effect (jeu vidéo)

(Par Jérémie Bernard)

« Mass Effect » est caractéristique d’un tout nouveau genre hybride et mystérieux. Ce jeu est à la troisième personne, mais incorpore beaucoup d’éléments de la première personne, notamment une immersion totale et des conversations riches et détaillées (j’y reviendrai!). En offrant aux joueurs tout un nouvel univers de « Space Opera » où il est possible de se promener à notre guise tout en découvrant dans l’ordre choisi les multiples planètes proposées, les gens de Bioware ont très rapidement créés un véritable monstre! Pour ceux aimant les univers opulents et toujours plus profonds en réalité de ce qui est présenté dans le jeu, pour les amateurs de grandes histoires épiques et d’un « gameplay » différent, mais étonnamment efficace, essayez « Mass Effect » en étant conscient que vous serez aspirés comme dans un trou noir, incapable d’en sortir, mais surtout, n’en ayant aucunement l’envie!

Vous pouvez entièrement construire votre personnage ainsi que déterminer une partie de son passé des les premières secondes de jeu. « Mass effect » se veut une œuvre que le joueur s’approprie de façon unique. Armé de son personnage choisi jusque dans les traits de son visage et ses valeurs, l’immersion est déjà bien avancée quand le joueur débute! La force de « Mass effect » est de nous plonger dans un univers déjà en plein mouvement. Un peu à la « Star Wars », le joueur est lancé et ne se familiarisera que progressivement avec toutes les variables de cet univers peuplé de races étranges et de technologies ahurissantes. L’on ne tarde pas à se rendre compte que notre rôle à jouer dans le monde sera plutôt important, la première rencontre avec la technologie « Reaper » vous en convainquant hors de tout doute. Une fois sur le terrain, première planète où une mission est à effectuer, le « gameplay » particulier du jeu peut enfin être pris en main.

C’est un essai fulgurant que « Bioware » décida à l’époque de faire : créer un jeu d’action à la troisième personne où le temps peut être arrêté à tout moment afin de préparer l’attaque à effectuer. La « Mass Effect » est cette technologie permettant de contrôler durant un court moment la physique de son environnement. En plus de l’armement futuriste que le joueur a en sa disposition, une pléthore de pouvoirs particuliers et jouissifs vient donner une petite touche personnelle à ce jeu qui aurait pu, faute de soin, être très classique, voir brouillon dans son « gameplay ».

L’autre élément très marquant de ce classique en devenir fut lors de ma première conversation dans le jeu. Le tout est mis en scène comme une production cinématographique, les caméras s’adaptant au fil de l’échange. Ce qui aurait été normalement qu’une trop longue suite de détails sur un univers intéressant, mais devant combler le besoin d’action des joueurs se trouve à être dynamique, vivant et touchant le côté le plus primaire de la curiosité humaine! Le joueur a le choix parmi certaines approches narratives pour chaque réplique que son personnage a à faire durant la conversation. Ces choix ne donnent qu’une vague idée du style de réponse que le personnage offrira, plutôt que de répéter textuellement ce que le joueur décide de dire. Ce mélange de choix et de surprise permet à toutes ces conversations (car il y en a pour des heures) de rester incroyablement intéressante, et surtout, interactives! Avec le temps, de nouveaux choix deviendront disponibles et auront des changements directs sur le cours de l’histoire que le joueur même est en train de construire.

La diégèse de « Mass Effect » n’est pas coulée dans le béton. Chaque grand tournant narratif devra être pris en main par le joueur textuellement, c’est-à-dire que vous aurez souvent à prendre une décision cruciale pour le futur de l’univers dans lequel vous évoluez. C’est ce que le petit bijou de « Bioware » fait de mieux : assurer au joueur une histoire personnalisée, personnalisable et conséquente de tous ses choix et actions à même le « gameplay » et ses conversations à dimension politique. Quoi de mieux qu’une énorme histoire dans laquelle vous êtes réellement le héros, où vos décisions ont une signification réelle, où votre expérience dépend directement de votre façon de jouer? Je ne sais pas pour vous, mais à ce niveau, « Mass Effect » reste un chef de file incontesté de l’interactivité narrative.

Il y a beaucoup à faire dans cet énorme jeu. Les missions secondaires pullulent, vous demandant sans cesse d’aller explorer des planètes inconnues pour y retrouver d’anciens artefacts ou démembrer des organisations criminelles en cavale. Ces missions sont amusantes, mais peuvent se rapprocher le plus de la notion de point faible du jeu. Souvent similaires d’une fois à l’autre, elles sont vraiment multiples et deviennent lassante de par leur nombre. Autre point négatif : le fameux Mako, véhicule de reconnaissance tout terrain, obligatoire pour arriver à tout explorer en moins d’une vie, possède une physique un peu aléatoire et devient éventuellement plus frustrant qu’amusant, le joueur se retrouvant bien vite à préférer de loin les combats et l’exploration à pied. Le fait qu’il disparaîtra des prochains opus de la série prouve son inefficacité dans le premier « Mass Effect ». Il est donc amusant de pouvoir explorer ces gigantesques environnements comme bons nous semble, mais souvent, l’on se retrouve sur des planètes pratiquement vides et demandant plusieurs minutes de jeu pour n’aller chercher que quelques ressources insignifiantes sauf si récupérées en très grand nombre.

« Mass Effect » est donc le commencement de la destination épique de science-fiction par excellence sur votre console préférée. Il est à noter que le premier volet n’est disponible sur PlayStation 3 qu’en téléchargement, puisqu’arrivé tardivement sur cette console. Le jeu n’est certes pas dénué de certaines longueurs, notamment avec le Mako, mais possède assez de détails intéressants sur un ensemble de mondes tellement différents qu’il vous tiendra accroché assez facilement. Le mystère entourant les « Reaper » rend l’urgence d’en apprendre plus toujours présente et tous les choix proposés dans le jeu, passant par ses coéquipiers de mission, son équipement, l’avancement de son personnage, le choix de la mission même, contribuent à donner une réelle profondeur à un jeu audacieux puisque grandiose dès sa première mouture! Tout comme l’adaptation cinématographique du « Seigneur des anneaux », ce premier volet de « Mass Effect » est la longue et fastidieuse introduction à un univers infini, mais juste assez intéressant et doté d’action pour ne jamais vouloir abandonner totalement l’histoire grandiose que NOUS sommes en train de bâtir, décision par décision, combat par combat, un dilemme moral à la fois, chaque nouvel indice inquiétant sur les « Reaper » agissant comme une poussée d’adrénaline, mass effect étrange créant une envie irrésistible de se perdre dans l’immensité vivante que « Bioware » a amoureusement créé.

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s