Critique : Game Dev. Tycoon (Jeu vidéo)

(Par Jérémie Bernard)

Je déroge aujourd’hui de mes habituelles critiques vidéoludiques d’un des nombreux jeux de la Xbox 360 pour vous parler d’un petit jeu de gestion indépendant sur PC. J’ai toujours eu un faible pour ces jeux depuis le très connu Roller Coster Tycoon. Ce petit simulateur de studio de développement de jeu vidéo, basé sur un jeu que je n’ai toujours pas essayé qui s’appelle Game Dev. Story est la première œuvre des deux gars de Greenheart Games. Voyons voir si ce dix dollars était bien investi ou non.

Visuellement, le jeu est loin d’être très complexe, même pour un titre indépendant. Vous ne verrez qu’un minimum d’animations à l’écran. La plupart des interactions avec le système se feront au sein de fenêtres surgissantes contenant du texte et des options à cliquer. Rien pour révolutionner le genre, même rien pour se hisser vers les standards de qualité de The Sims ou n’importe quel Tycoon que les années 2000 ont bien voulu nous vendre. C’est ailleurs que se construit tout intérêt pour ce jeu.

Le but est plutôt simple : votre avatar commence à programmer des jeux vidéo dans son garage, sous le nom d’entreprise que vous aurez choisi. Avec un budget très limité au départ, vous devrez trouver de bonnes combinaisons de projets qui vont vendre et vous attirer un public toujours plus large. Pour les créateurs de ce jeu, cette œuvre est une belle mise en abyme de leur travail. Pour tous ceux qui ont voulu en apprendre plus sur les rouages du métier de développeur, Game Dev. Tycoon offre une intéressante perspective sans être très réaliste. L’industrie est là avec tous ses événements historiques. Les noms ont été changés pour l’occasion, mais vous reconnaitrez chacune des consoles qui ont bercé notre enfance. Une partie standard dure environ 35 ans dans le jeu, ce qui peut se voir comme environ six bonnes heures en temps réel. Ne vous méprenez pas : le jeu est plutôt ardu. Très rapidement, quelques mauvaises décisions vous mèneront à tenter de commercialiser un titre beaucoup plus médiocre que les autres, ce qui peut vous entraîner subitement vers la faillite.

Après votre premier grand succès, vous déménagerez dans des bureaux plus spacieux et pourrez engager des employés. La gestion commence à être difficile rendu là, puisque vous devrez sans cesse jongler entre la recherche de nouvelles technologies, l’entraînement de vos employés et le fait de faire un jeu le plus rapidement possible, puisque vos dépenses mensuelles deviennent plutôt salées en un rien de temps.

Le jeu permet de faire beaucoup de choses reliées à l’industrie vidéoludique : participer au G3 (E3 fictif), faire des campagnes de publicité pour votre jeu, trouver des façons d’optimiser le développement d’un projet, créer un groupe de recherche, développer votre propre console… Les possibilités sont vastes, mais le cœur du jeu reste dans la création de nouveaux titres pour un public avide d’essayer votre dernière parution. Le système d’évaluation par les journalistes de chacun de vos jeux est particulièrement stressant, comme ce doit l’être dans la vraie vie. Malgré le peu d’action d’un tel jeu et son manque de complexité graphique, on en vient à ne plus être capable de le lâcher. On s’identifie très vite à notre compagnie fictive, grâce à tous les microchoix que Greenheart Games a rendus possibles et au fait que le tout suit l’histoire de l’industrie.

La logique du jeu est parfois étrange et vous demandera un bon temps d’adaptation pour commencer à comprendre quels types de jeux seront socialement acceptés ou non. Le bon point est que toutes les recherches que vous avez faites au niveau des combinaisons peuvent être conservées d’une partie à l’autre. C’est tout de même dommage d’avoir à s’ajuster à un univers différent du nôtre quand ce dernier tente de suivre la ligne du temps de la réalité. Sinon, il suffit de s’intéresser un peu à cette industrie fascinante pour embarquer dans le projet et vouloir développer plein de jeux. C’est profondément gratifiant de voir l’argent monter après avoir créé un grand succès développé selon nos soins.

Ce premier jeu de Greenheart Games possède un très bon rapport qualité/prix et promet plusieurs heures de développement calme dans le confort de votre bureau. Il faut aimer ce genre de jeux, mais je vous déconseille fortement de vous faire une idée du titre simplement par ses attraits graphiques et sa jouabilité simpliste. Game Dev. Tycoon est un vrai de vrai jeu indépendant : bien plus costaud qu’il en a l’air, et pourtant très doux sur le portefeuille. À essayer pour les futurs développeurs et les gamers qui ont envie d’un peu d’histoire vidéoludique!

Disponible exclusivement sur Steam !

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s