Archives de mot-clé : spectacle

Appel à l’aide!

(Par Sophie Vaillancourt)

Ce n’est pas mon genre de partager tous les cris du cœur des organismes en besoin : il y en a tellement! Je sors aujourd’hui de mes habitudes en vous parlant d’un organisme de mon coin qui vient en aide aux jeunes de 16 à 22 ans qui ont des problèmes familiaux ou qui sont carrément à la rue. Continuer la lecture de Appel à l’aide!

Critique : Woodkid (Spectacle)

(Par Olivier Leclair)

En tant qu’amoureux de l’univers vidéoludique, j’écoute principalement des bandes originales de jeux. Je ne suis pas fermé aux autres genres de musique, mais il est rare qu’ils réussissent à me toucher. Or, un artiste est parvenu à me rejoindre il y a de cela deux ans. Il s’agit de Yoann Lemoine, mieux connu sous le nom de Woodkid. Ce chanteur, popularisé par sa prestation dans la bande-annonce d’Assassin’s Creed Revelations, s’inspire fortement des jeux vidéo lors de la rédaction de ses chansons. Les paroles, le rythme, la tonalité et la réalisation des clips relèvent souvent de cet univers que je chéris tant. C’est pour cette raison que je n’ai pas hésité une seule seconde à me rendre au Métropolis le 17 octobre pour assister à son spectacle. Un spectacle qui laissera certainement sa marque. Continuer la lecture de Critique : Woodkid (Spectacle)

Critique : Kamelot – Silverthorn Tour (Spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Première parties (Eklipse et Delain) :

Je suis arrivé sur place vers la fin de la prestation du quatuor à cordes qu’est Eklipse. Une chose est certaine : la salle semblait bien apprécier le talent et le charisme particulier de ce groupe de reprises. Avec trois violons et un violoncelle, ces étranges demoiselles revisitent des chansons très connues pour le plaisir de tous. Sans être un groupe de métal, la présence d’Eklipse était compréhensible vu leur participation lors du tout dernier vidéoclip de Kamelot. Une prestation toute en douceur donc pour ouvrir cette soirée qui s’annonçait déjà réussie par la bonne humeur ambiante et un Club Soda archiplein. Continuer la lecture de Critique : Kamelot – Silverthorn Tour (Spectacle)

Critique : Fred Pellerin – De peigne et de misère (spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Les conteurs se font rares de nos jours. Vous savez, ces hommes et ces femmes qui peuvent, par leur simple charisme, nous faire s’asseoir devant eux et les écouter durant des heures nous raconter des choses que nous savons expressément faux. Le mensonge, lorsque teinté de poésie, devient la plus belle des vérités. Fred Pellerin est notre barde d’aujourd’hui, digne représentant de nos coutumes ancestrales québécoises. Le revoir pour son nouveau spectacle fut pour moi autant un plaisir qu’une profonde remise en question de ma position dans l’espace-temps. Continuer la lecture de Critique : Fred Pellerin – De peigne et de misère (spectacle)

Critique : Messmer – Intemporel.

(Par Jérémie Bernard)

Je vais d’emblée m’adresser à tous les sceptiques vis-à-vis du « phénomène Messmer » : J’étais moi-même pas très certain de la véracité de la chose avant d’avoir passé une soirée entière, la bouche grande ouverte, à tenter d’expliquer d’une façon ou d’une autre ce qui se passait autour de moi. Messmer construit une ambiance, un spectacle, certes, mais il le fait à partir de techniques bien réelles, maîtrisées et spectaculaires puisque toujours appliquées aux gens de la salle les plus susceptibles d’être sensibles à l’hypnose! Ce que fait cet étrange personnage, c’est simplement de placer une partie du public en état de veille, de rêve éveillé, un peu comme le somnambulisme. Au lieu que le rêve régisse les actions de la personne endormie, Messmer suggère lui-même les agissements de ladite personne, pour des résultats à la fois hilarants et incroyables. Continuer la lecture de Critique : Messmer – Intemporel.

Critique : Louis-José Houde – Les heures verticales.

(Par Myriam Beaulieu)

Bon, soyons clairs, si vous ne connaissez pas le nom de Louis-José Houde et que vous vivez présentement en sol québécois, soit A) vous venez joyeusement de vous joindre à notre communauté en tant que nouvel arrivant venu d’une autre culture, ou B) eh bien, toutes mes excuses, mais vous vivez probablement dans une grotte sans aucune présence de toute forme de technologie, voire même de porte de sortie pour vivre dans le monde actuel. Passons. Continuer la lecture de Critique : Louis-José Houde – Les heures verticales.

Critique : Laurent Paquin – L’ereure est humaine.

(Par Jérémie Bernard)

Pour ceux ne connaissant pas déjà ce joyeux bonhomme qu’est Laurent Paquin, cet artiste est comme un concentré pur d’énergie, de bonne humeur et de situations amusantes racontées avec brio. Vous me direz que là est la vertu de tout bon humoriste, mais Laurent Paquin a toujours eu un talent particulier pour rendre le simple et le quotidien totalement hilarant. Sa force n’est pas dans l’originalité de ses sujets, ni dans le grand déploiement de son spectacle, mais bien dans l’efficacité de chaque ligne écrite et dans la simplicité immanquable de tout son art. Continuer la lecture de Critique : Laurent Paquin – L’ereure est humaine.

Critique : Gala 25e anniversaire de l’école nationale de l’humour.

(Par Sophie Vaillancourt)

Le 2 avril dernier avait lieu le spectacle bénéfice célébrant le 25e anniversaire de l’École Nationale de l’Humour au Théâtre St-Denis. Non seulement ce spectacle était-il unique, mais aussi il était filmé afin d’être éventuellement diffusé à la télévision. L’animation du spectacle était donc faite en conséquence de la captation : les présentations des humoristes, les applaudissements, les prises de vue… Sous les encouragements et les signaux de Mathieu Cyr, jeune humoriste, nous avons même dû applaudir dans le vide pour que les caméras nous filment! C’était amusant, malgré que le spectacle ait pratiquement duré 3h. Continuer la lecture de Critique : Gala 25e anniversaire de l’école nationale de l’humour.

Critique : Sigur Rós (spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Je connais cette formation islandaise depuis déjà quelque temps, mais j’avais tout de même très hâte de voir Sigur Rós performer sur scène, ayant entendu parler du caractère singulier d’un tel événement. Malgré toute ma préparation, ma connaissance du niveau d’intensité et de sensibilité de la musique de Sigur Rós et mon habitude pour les prestations musicales, j’ai tout de même été complètement subjugué. Une partie de moi est restée pour toujours au Centre Bell lors de cette soirée inoubliable. Continuer la lecture de Critique : Sigur Rós (spectacle)

Critique : Louis-Jean Cormier (spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Première partie (Joe Grass) :

Seul avec sa gêne et sa guitare, ce remarquable musicien a su très vite conquérir une salle Jean-Pierre-Houde plutôt pleine avec des compositions intelligentes, une voix insoupçonnée et une belle touche d’expérimentation à même la couleur de sa musique. Ce musicien accompagnant plusieurs artistes de la scène québécoise est sans conteste un grand guitariste, maîtrisant son instrument au-delà de ce que je suis habitué de voir! C’est donc tout en douceur et en feutre grandissant que cette soirée s’est amorcée. Continuer la lecture de Critique : Louis-Jean Cormier (spectacle)

Critique : Alt-J (spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Première partie (Hundred Waters) :

Très intéressante découverte, Hundred Waters se caractérise par un son très électronique et des rythmes complexes souvent prisés des mélomanes. Avec une pléthore d’instruments différents allant des tables de DJ aux claviers en passant par les percussions et la flute traversière, ce groupe sait apporter sur scène tout ce qui compose leur son en studio. Malgré quelques problèmes techniques, comme la voix manquante d’une des deux chanteuses et une pédale débranchée, le groupe a su offrir à la salle comble du Théâtre Corona une prestation plutôt riche, quoique quelque peu longue. Continuer la lecture de Critique : Alt-J (spectacle)

Critique : Disney on ice – Rockin’ ever after (spectacle)

(Par Jérémie Bernard)

Tout le monde connaît le concept de Disney on Ice : des thèmes et personnages centraux des films d’animation de Disney sont repris dans un spectacle sur glace alliant prouesses artistiques, décors grandiloquents et moments forts pour les grands et les tout petits. Pour ses admirateurs, Disney sait toujours comment insuffler de sa magie particulière dans tous ses « produits dérivés ». Continuer la lecture de Critique : Disney on ice – Rockin’ ever after (spectacle)