Critique : Sonata Arctica (Spectacle)

(Par Jérémie Bernard et Mimi)

Bonus : Commentaires d’une fleur parmi les Vikings.

Un des groupes qui a bercé mon enfance musicale jouait à Montréal en septembre dernier (pendant que je me faisais bercer sur des chansons de Passe-Partout). Sonata Arctica fut pour moi la base du métal et une grande inspiration au clavier. C’est pourquoi j’ai gentiment demandé à ma copine (en achetant un billet sans mon consentement) de m’accompagner voir ce groupe légendaire (dont je n’ai jamais entendu parler). Contrairement à ma petite sœur totalement vendue à mon style de musique, voici ce qu’ont pensé de cette soirée mémorable deux esprits musicaux totalement contradictoires (vraiment totalement contradictoires).

Première partie (Xandria) : Ce groupe profondément gothique (il y a clairement un code vestimentaire noir et je n’ai pas été mise au courant) m’a surpris par la qualité et la puissance de la voix de leur nouvelle chanteuse. Malheureusement, je persiste à dire que la musique de Xandria se ressemble trop pour attirer réellement mon attention (Avec raison… n’ont-ils pas une seule chanson dans leur répertoire qu’ils ont joué cinq fois au spectacle?). Le groupe existe depuis un bon moment déjà, mais ils ont encore du chemin à faire pour s’élever au rang des meilleurs (si tu veux mon avis, ils peuvent rester où ils sont…). Peut-être qu’avec cette nouvelle déesse de la voix pourront-ils aller plus loin (je dois avouer que je reconnais entièrement son talent!)?

Première partie (Delain) : Delain est un bon exemple de groupe qui a su décupler sa popularité au cours des dernières années (Jamais entendu parlé). Avec une formation aussi solide et des compositions accessibles à tous (hahahaha), ce groupe que je qualifierais de « Pop Symphonic Metal » («Still too loud for my ears») donne toujours une excellente prestation, pleine d’énergie et de joie de vivre. C’est la deuxième fois (première et dernière 20140908_202303fois) que je les vois performer à Montréal, et je crois qu’ils étaient aussi contents que nous de revenir nous voir en sol québécois («Nous» exclut la blonde obligée)! Leur claviériste était absent la dernière fois, alors j’ai pu apprécier son jeu direct et varié au cours des bons 40 minutes (340 minutes…) que Delain a passées sur scène. Que ce soit leur nouveau matériel ou leurs classiques, leur musique est toujours à point, fidèle à la personnalité de tous les membres et diablement efficace (en effet, on dirait un bombardement de paroles, d’instruments et de son).

Passons maintenant aux choses sérieuses (Oui, parce que malheureusement, le spectacle était loin d’être terminé). J’étais fébrile à l’idée de revoir Tony Kakko (qui?) et sa bande sur scène. Je suis d’accord sur le fait que la musique de Sonata Arctica a beaucoup changée au cours des années, mais c’est aussi la raison pour laquelle ce groupe est (n’est pas) mon groupe favori : ils sont capables de tout, et le font toujours à leur manière. À l’occasion du 15e anniversaire de leur premier album, Ecliptica, le groupe a fait plaisir aux fans (ceux qui ont reçu l’infolettre pour le code vestimentaire) en parsemant leur spectacle de classiques de ce premier album mythique.

L’énergie était au rendez-vous et j’étais content de voir que la foule (excepté la copine) aime toujours autant la magie particulière que cette formation a à offrir d20140908_230519epuis 1999. Malgré de récents changements de formation au cours des albums précédents, j’ai trouvé que le groupe s’était bien approprié les plus vieilles chansons de leur répertoire. De toute façon, tout le monde sait que le duo Voix (crier)/Clavier est la base solide et intouchable de Sonata Arctica, et ils étaient là en grande forme au Club Soda. D’ailleurs, la formation fera paraître prochainement une édition 15e anniversaire de leur premier album, réenregistré pour l’occasion par les nouveaux membres du groupe (ok, ça c’est le genre d’information que je veux savoir en tant que copine).

Les derniers albums sont clairement faits pour être joués sur scène (ce qui veut dire que je ne serai pas obligée de les mettre sur mon ipod). Mélangez ces chansons courtes et efficaces avec les bombes énergétiques du premier album et vous avez une des setlist de Sonata Arctica les plus solides qui soit (c’est à ce moment que la fleur s’est retrouvée coincée dans un champ de Vikings chantant religieusement chacune des paroles des chansons). J’ai passé la soirée à m’émerveiller devant les 20140908_230341prouesses vocales de Tony et les solos de guitare/clavier aussi nombreux que le nombre de chansons jouées. Cette soirée merveilleuse le fut d’autant plus que la foule était au rendez-vous (ils étaient tellement au rendez-vous qu’ils ressentaient le besoin de lever le bras pour montrer leur présence…), que le son était juste assez bien (trop) ajusté et que la grande diversité sonique de Sonata Arctica put se faire entendre dans toute sa grandeur.

Comme d’habitude, ces Finlandais ont su mélanger fougue et expérience pour offrir à leurs admirateurs québécois une performance digne des premières heures du « Power metal ». Bien que j’avais hâte que le spectacle se termine pour aller sécher le sang qui coulait de mes oreilles, j’ai été émue de voir les trois groupes présents près de la sortie pour saluer et signer des autographes jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne.

Vivement leur retour chez nous (pour que vos fans reviennent vous voir encore et encore) !

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s