Les albums les plus résonnants de l’été 2014

(Par Jean-Maxime Touzel)

L’été vous manque déjà?  La baisse de température s’accueille aussi bien qu’une gastro en ce début d’automne laissant derrière lui un héritage musical profondément raffiné.  Bien qu’une poignée significative d’albums incroyables aient vu leur sortie en cet été 2014, particulièrement LP1 de FKA twigs et They Want My Soul de Spoon, une sélection modeste d’entre eux ont donné une sonorité particulière, mais surtout unique, à cette saison prônant la festivité et l’exaltation. Cette liste vous présente ces albums dans toute leur excellence, surtout afin de vous faire connaître des titres que vous auriez aimés, mais manqués de trop peu.

Duck Sauce – Quack

Un genre que s’approprie particulièrement bien l’été reste sans débat le Nu-Disco.  Rappelons le, les albums Discovery de Daft Punk et By Your Side de Breakbot s’écoutent encore à ce jour duck-sauce-1396621365comme deux perles musicales.  Quack, le tout premier album du duo de DJ Duck Sauce, nous arrive ainsi avec la force d’un tremblement de terre et, de la même manière, nous laisse vibrants.  Moins une compilation de Barbra Streisand, plus qu’un prodigieux hommage à Daft Punk, trop de moments entraînants nous gardent éblouis, mais surtout souriants.  Car avant toute chose, des morceaux tels Charlie Chazz & Rappin Ralph et Goody Two Shoes nous rappellent qu’il est possible de se prendre trop peu au sérieux pour créer le plaisir.  Tous ceux, cependant, qui croient avoir connu Duck Sauce dans leurs meilleurs moments avant cet album se trompent royalement.

Jungle – Jungle

Alors que l’été s’imagine facilement dans son rythme effréné, sa canicule lourde et sa durée trop courte, l’album éponyme de Jungle s’apprécie par son ingéniosité d’opter pour une image plus douce, plus détendue.  Le premier album du groupe est un mélange unique de musique électronique et de R&B, pourtant se traduit comme s’il avait été exploité depuis plusieurs années.  629C’est entre autres ce qui donne le plus de conviction au groupe duquel on sait peu de choses.  Cependant, il nous faut en savoir peu pour comprendre le charme de morceaux tels The Heat, Busy Earnin’ ou Drops.  Les meilleurs morceaux proviennent peut-être déjà tous de leur précédent EP, mais l’album reste savoureux et délectable dans son génie à prendre tout le temps qu’il lui convient.

Porter Robinson – Worlds

La scène de l’EDM s’abandonne trop souvent à la paresse.  L’image typique d’un morceau à succès dans les clubs se traduit par un nouveau simple de Martin Garrix qui crie la facilité à en éclater les tympans.  Worlds est la solution à cette facilité.  Avant de le considérer tel un album qui pousse les limites de la musique elle-même, il faut surtout le voir dans le courage qui y est compris,Porter_Robinson_-_Worlds surtout puisqu’aucun des morceaux qui s’y trouvent ne pourrait jouer dans un club habituel de la scène nord-américaine.  Il n’existe pourtant pas un plus grand hommage à l’EDM que WorldsHear The Bells, Sea of Voices, même Flicker, sont des hymnes grandioses et puissants qui rappellent l’enthousiasme envers le changement d’albums comme Cross par Justice.  Somme toute, Worlds par Porter Robinson peut aussi bien être vu comme l’un des meilleurs albums de l’été que comme l’un des meilleurs albums de musique électronique de la décennie.

Rustie – Green Language

Glass Swords par Rustie était un album qui jouait dans l’ambition la plus unique, celle de fusionner le trap encore dans son stade prototypique avec les trames sonores mémorables de jeRustie_-_Green_Languageux de Nintendo 64.  Le résultat était aussi méticuleux que louangé.  Green Language devient ainsi la preuve que l’héritage laissé par l’album lui revient entièrement de droit et qu’il est à la tête du trap dans son meilleur angle.  Des synthétiseurs colorés dans Velcro, des teintes de voix uniques dans Attak et Lost, des percussions gigantesques dans He Hate Me et Paradise Stone : la qualité de production derrière chacun des morceaux reflète un génie sans parallèle.  Encore est-il que l’album est trop court. L’impression qu’il laisse est grande et mémorable.  Rustie donne une vie à l’été tel peu d’artistes y arrivent et il y va d’un pas assumé.

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s