Critique télé : The FLASH

(Par Pierre-Luc Latour)

Comme il est coutume dans le monde des séries télés, le tout premier épisode est primordial. C’est lors de ce dernier que le spectateur tombera (ou pas) en amour avec le programme en question. Du moins, peut-il seulement s’y montrer intéressé. Bref, pour les créateurs d’une série dramatique, il est de mise de présenter adéquatement l’histoire, les personnages et la mise en contexte. En résumé : j’ai toujours vraiment peur de voir une série dont j’appréhende le fait qu’elle ne livrera pas la marchandise.

C’est avec plein d’angoisse (et beaucoup d’appréhension) que j’ai donc écouté le tout premier épisode de la série The Flash. Mis en branle par les créateurs d’Arrow (qui suit les aventuresarticle-2578617-1C363C4500000578-910_634x786 de Green Arrow à Starling City), The Flash se concentre sur un autre des personnages les plus populaires de DC, c’est-à-dire, Barry Allen. Jeune technicien légiste à l’emploi de la police de Central City, le jeune a eu une enfance difficile, perdant sa mère à l’âge de 11 ans (tuée par son père selon les autorités). Durant un orage électrique causé par une explosion dans un complexe scientifique de la ville, Barry voit sa vie transformée quand un éclair le frappe et le plonge dans un profond coma de 9 mois. Se réveillant avec des super-pouvoirs, Barry deviendra l’homme le plus rapide du monde.

Bien que je laisse le doute à la profondeur et à l’originalité de l’histoire, je dois dire que j’ai apprécié le premier épisode. Grant Gustin incarne de belle façon le personnage de Barry Allen même si ses expressions et ses réactions semblent parfois déphasées par rapport à l’action. Un autre point fort est la qualité de la réalisation et des effets spéciaux. Si Central City rend hommage à Vancouver (où la série a été tournée), l’équipe d’effets spéciaux a fait un excellent travail avec les moyens qu’ils avaient surtout avec les super-pouvoirs des protagonistes. Un autre gros point fort : la qualité du ventilateur service. Je ne veux rien Flash-Série-de-TVspoiler, MAIS on voit un indice qui nous fait croire (avec raison) que l’on aura le droit de voir Gorilla Grodd!

Voyons maintenant les points négatifs! Tout d’abord, on sent que les acteurs sont un peu au neutre. On peut pardonner le manque de complicité dans l’équipe, mais quand même, on est en mesure de s’attendre à plus d’acteurs professionnels. Les rôles de support sont particulièrement durs à convaincre que leurs présences sont justifiables. On se surprend même à penser que Flash et un supervilain seraient suffisants pour combler l’entièreté d’un épisode. L’histoire est aussi un gros point d’interrogation comme j’ai pu le mentionner plus tôt. Il faudra voir si l’impression de trous apparents dans le scénario se concrétisera au cours des prochaines semaines. Le plus gros problème de la série reste cependant bien évident. En effet, les créateurs de la série sont coupables (malheureusement) d’avoir commis une First Shots Of Grant Gustin Wearing 'The Flash' Costumepeterparkerisation de Barry Allen. Qu’est-ce que ce phénomène? Il s’agit de vouloir rendre naïf un personnage en trafiquant quelque peu son histoire et sa provenance et ainsi le rendre plus « sympathique ». Dans The Flash, la peterparkerisation se fait surtout sentir du point de vue du personnage qui peut paraît souvent bien juvénile. J’aimerais m’étendre encore plus sur ce fait particulier à l’univers super-héroïque, mais ce sera pour une chronique à part entière.

Au final, j’ai eu du plaisir à voir Flash à l’écran. Ce personnage souvent pris de haut parce qu’il n’a pas la prestance d’un Bruce Wayne/Batman ou encore les super-pouvoirs d’un Superman mérite enfin une série à la hauteur des attentes. Avec The Arrow, les producteurs ont pu se faire la main sur la représentation télévisuelle d’un médium qu’on laisse bien souvent se faire développer au grand écran. Il sera intéressant de voir comment se dérouleront les prochains épisodes! J’ai déjà hâte!

Ma note :

Untitled

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s