Critique cinéma : The Purge – Anarchy

(Par Jérémie et Mélodie Bernard)

Moi et ma sœur étions impatients de voir ce que les créateurs de La purge nous réservaient pour la suite de leur mise en récit de ce phénomène américain imaginaire. Pour ceux que ça pourrait intéresser, je vous rappelle que vous pouvez lire notre critique du premier film ici. Nous sommes donc retournés, ma sœur et moi, dans cet univers disjoncté où les États-Unis d’Amérique se permettent douze heures d’anarchie consécutives, une fois l’an. Comment le problème sera-t-il traité à l’écran cette fois?

Le grand problème du premier film, c’était le manque de perspective donné à un phénomène aussi vaste qu’une purge nationale. La purge n’était abordée que du point de vue d’une famille riche particulière. Même si cela a pu servir d’excellente introduction à l’univers en question, moi et ma sœur étions très contents que le deuxième film prenne la peine de nous montrer la purge sous une multitude d’angles différents. Le film est jonché de détails qui permettent de remplir les nombreux trous que le premier récit avait laissés. Lorsqu’un aspect de la purge est montré, deux autres sont sous-entendus, ce qui permet de bien saisir la chose dans son ensemble après 100 minutes de tueries et de suspense.1036_5627

Le film nous tient accrochés à nos appuis-bras avec une maîtrise des effets de suspense et d’appréhension. Sans être filmé de manière très originale, The Purge : Anarchy sait user de caméras à l’épaule ou amateurs pour justement pousser cette idée de chaos total, d’anarchie contrôlée et soi-disant voulue par la population. Même si l’idée générale est de montrer la folie qui se produit dans les rues lors de cette purge annuelle, les concepteurs ont aussi eu la brillante idée de nous montrer d’autres aspects non négligeables de la purge : la manière dont les riches y participent. Sans vous révéler de détails, disons que moi et ma sœur avons été dégoûtés par la société américaine dépeinte dans le film, et que cela nous a permis de réfléchir aux moments où notre propre société va trop loin sans même s’en rendre compte.

the_purge-anarchy-360x240La brochette de personnages utilisés pour montrer diverses facettes de la purge peut manquer de profondeur de prime abord, mais l’on parvient à s’attacher à travers leurs aventures dans les rues de cette ville anarchique pour douze longues heures. Le film ne manque pas de rebondissements et de revirements de situations, comme nous y avait habitués le premier opus. Même s’il semble tout arriver à nos quelques héros en très peu de temps, le tout reste assez crédible pour ne pas perdre le rythme du récit. Encore une fois, cet univers semble mal respirer lorsque confiné dans un si court laps de temps. Une purge américaine annuelle pourrait être exploitée durant plusieurs films encore, à condition de le faire sans trop de répétitions. Pour ce deuxième film, c’est réussi, bien construit et assez détaillé pour en redemander encore et encore !

Oui la violence est au rendez-vous, mais ce n’est pas un film d’horreur que nous avons vu moi et ma sœur, plutôt un suspense crû et sans pitié, comme le veut la purge officielle commandée par les pères fondateurs des États-Unis d’Amérique.

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s