Critique : Shadows of the Dying Sun – Insomnium (CD)

(Par Maxime Pagé)

Parfois, on a l’impression que la scène métal est complètement saturée, que tous les genres ne font que répéter les mêmes sonorités et les mêmes thèmes, ce qui rend le tout quelque peu déprimant. Mais, souvent par hasard, on tombe sur des groupes qui sont un véritable vent de fraîcheur et qui nous redonnent espoir quant à l’avenir du genre. C’est le cas du groupe finlandais Insomnium qui vient de sortir son sixième album intitulé Shadows Of The Dying Sun.

Le groupe œuvre dans un melodic death metal pas comme les autres. Après la vague de Gothenburg des années 90 avec des groupes comme At The Gates, In Flames et Dark Tranquillity, on pourrait se demander si le genre a encore quelque chose à offrir, quelque chose de nouveau, de prenant et de mémorable. Si les vieux de la vieille y allaient avec la vitesse et les solos à en perdre haleine, Insomnium y vont avec l’ambiance, la lourdeur, la mélancolie, se rapprochant un peu du melodic doom metal comme Swallow The Sun.

Shadows Of The Dying Sun est leur album le plus long (environ 57 minutes de matériel) et le premier album avec Markus Vanhala (Omnium Gatherum) à la guitare après le départ de Ville Vänni en 2011. La première chose que l’on remarque, surtout avec leur deuxième extrait While We Sleep et des chansons Insomnium 2Lose To Night et The Promethean Song, c’est que les clean vocals prennent beaucoup plus de place qu’avant, un aspect qu’ils ont commencé à exploiter à partir de leur album Across The Dark sorti en 2009. Parlant de While We Sleep, c’est probablement la meilleure chanson de l’album. On y retrouve de tout : des mélodies accrocheuses, une ambiance lourde, des clean vocals qui me font penser vaguement aux chœurs d’Ensiferum et un très bon solo. Elle donne le ton au reste de l’album, ce qui en fait un très bon opener (excluant l’intro The Primeval Dark qui est quelque peu ordinaire contrairement aux intros des autres albums).

Par contre, après une première écoute, on se rend compte que quelque chose cloche : dans l’ensemble, l’album s’écoute très bien, mais les chansons ne sont pas assez mémorables et certaines se ressemblent un peu trop. The River, chanson la plus longue (presque 8 minutes), aurait pu être grandiose, mais est, justement, beaucoup trop longue. On se demande où ça nous mène et on finit par s’y perdre. Ephemeral, le premier single sorti en septembre 2013, pourrait laisser le fan de longue date quelque peu perplexe. Une chanson rapide, mélodique, mais loin derrière on pourrait déceler une influence penchant vers le metalcore (ce qui est, selon moi, une véritable plaie dans l’univers du melodic death metal, surtout sur les derniers albums de In Flames).

Malgré tout, Shadows Of The Dying Sun demeure un très bon album. La production est excellente, les différentes ambiances sont vraiment prenantes, mais le tout manque un peu de variété. Avec de la chance, nous devrions les voir à Montréal bientôt.

Meilleures chansons : While We Sleep, Revelations, Collapsing Words, The Promethean Song

Ma note : 75%

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s