« Crispo da ulwan um chinka creeta », ou pourquoi Star Wars est si incroyable.

(Par Pierre-Luc Latour et Alexandre Poirier)

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Scratch that.

Dans un « appart » miteux du quartier Villeray, deux séduisants et brillants chroniqueurs, un peu en lendemain de veille en ce matin pluvieux de mai (bière, Schnapps et Curaçao ne font pas bon mélange), s’apprêtent à écrire un palmarès des raisons qui justifient l’« awesomenitude » de la saga de George Lucas. Ceci étant dit, voici dix arguments qui devraient vous inciter à écouter la série au complet en pyjama, armé de votre Snuggie, vos friandises et votre boisson chaude préférée, idéalement un café Bailey’s.

1. MC John Williams
Si on te demandait là de nous fredonner une des pistes de la bande sonore de Star Wars, on est prêt à gager tout notre p’tit change que tu le ferais sans aucun problème, et ce, même si t’as pas vu les films. En fait, si t’as pas vu les films, on te juge un peu. Ceci étant dit, la musique du générique d’introduction est un classique. Au simple : « papapapaaaaaaaaan paaaaaaaaaaaan, papapapapa paaaaaaaaaaaan papapapa paaaaaaaaaaaan papapapa » (t’sais comme la mélodie principale, pour ceux qui n’auraient pas compris) , on reçoit une dose de frissons et d’appréhension fantasmagorique. Le simple fait que John Williams revienne pour la prochaine saga fait automatiquement en sorte que les films seront des succès quasi assurés au point de vue musical! À noter que ses œuvres s’inspirent grandement de la symphonie des Planètes du compositeur anglais Gustav Holst créée au début du 20e siècle; à voir!

starwars

2. « Do or do not, there is no try. »
Le nombre de phrases cultes que contiennent les films de la Guerre des Étoiles est ahurissant. Peu importe la langue, on s’y retrouve. Que ce soit le « Obi-Wan Kenobi, vous êtes mon seul espoir » d’une Leia en détresse ou le « I got a bad feeling about this » du Han Solo toujours aussi confiant, les citations pullulent. Tout comme les sortes de crèmes glacées favorites, chaque personne à sa phrase préférée. Personnellement, ma préférée est celle-ci : « This is Red 5, i’m going in! » (Pierre-Luc). Pour ma part (Alex), c’est celle-là : « You’ve never heard of the Millennium Falcon? She’s the ship that made the Kessel Run in less than 12 parsecs. She’s fast enough for you, old man. »

3. Une histoire de rédemption

starwars2

Qui n’aime pas les histoires qui finissent bien? OK, les plus geeks vont sûrement dire que certains auteurs, comme George R.R. Martin qui est un réel auteur génocidaire ou encore M.Night Shamalalalalalan pour qui « fin heureuse » rime avec « mal de tête et dédain », n’aiment pas les « ils-vécurent-heureux-et-eurent-beaucoup-d’enfants ». Pour Georges Lucas, pas de mauvais sentiment à y avoir. Le côté lumineux de la force gagne et c’est tant mieux. Tous les personnages de Star Wars ont des fins qui plaisent. Leia date Solo, Luke permet à son père de rejoindre le bon côté de la force, Darth Vader redevient Anakin Skywalker, C-3PO et R2-D2 sont encore ensemble, l’empereur meurt p’is Jar-Jar Binks… B’in plus la « pré-trilogie » avance, moins on le voit.

4. Si facile à parodier!

starwars3

Dû en partie à sa notoriété dans la psyché populaire, Star Wars a réussi à s’attirer énormément de parodie à travers le temps. Presque chaque série a son moment ou son allusion lucasienne. Quel personnage masculin moindrement geek dans les séries américaines n’a pas au moins un objet de collection rappelant la trilogie originale? Ou un personnage féminin costumé en Padmé Amidala, portant les brioches de Leia? Récemment, dans le tout dernier épisode de Big Bang Theory, les auteurs de la sitcom ont finalement compris qu’un épisode spécial sur Star Wars s’imposait. ENFIN. Y’a quand même rien qui bat Blue Harvest dans la vie. Juste rien : https://www.youtube.com/watch?v=EH5oRJKTWuc

5. L’étude xénoanthropologique.
Ce qui est formidable avec Star Wars, c’est le nombre d’espèces d’extraterrestres qui se retrouvent relâchés dans l’univers. Petit, gros, grand, velu, poilu, moustachu, mou, dur, humanoïde, laid, beau, gluant, sec. Si t’as des déviances particulières, c’est clair qu’on peut te trouver un idéal parmi tous les choix du lexique des espèces (littéralement). Wookies, Ewoks, Trogluta, Roidien, Toydarien, on vous aime. Même les Hutts.

Surtout les Hutts.

starwars4

6. L’Empire est mort; vive la Rébellion!
Honnêtement, quoi de mieux qu’une lutte de pouvoir entre deux pouvoirs si diamétralement opposés. D’un côté, l’Empire où règnent discipline, exclusion, ordre, pouvoir et ambition et la Rébellion, la maison des incompris, des marginaux, des friands de liberté. On retrouve dans Star Wars cette impression de David contre Goliath, un récit fort qui nous fait aimer les underdogs. L’histoire originale de la superpuissance et des dépourvues, qui se répète encore et toujours aujourd’hui avec le récent Printemps érable ou la crise en Ukraine. Classique. 10/10 selon Roger Ebert. Un peu moins selon Sonia Sarfatiti de La Presse.

starwars5

7. L’intertextualité cinématographique
Pour ceux qui ne le savaient pas, Lucas fait partie de cette génération de cinéastes qui étaient tous chummy-chummy, comme Steven Spielberg, Akira Kurosawa et Sergio Leone. Au point où le cinéaste à la caractéristique barbe s’est beaucoup inspiré de l’œuvre de ces deux derniers créateurs. Les Jedis qui ressemblent à des samouraïs nobles et zens comme dans Seven Samourais? Check. Un chasseur de primes, Boba Fett ou Lee Van Cleef, et un « justicier » à la moralité ambigüe, Clint Eastwood ou Han Solo comme dans The Good, the Bad & The Ugly? Check. Si seulement la « nouvelle » trilogie avait été aussi bonne que ces grands classiques…

8. Au y’able la laïcité : vive la Force!
J’ai lu quelque part que lors du dernier recensement pancanadien, au moins une centaine de personnes avait déclaré appartenir à la religion du jediisme. À cela, je réponds : « Why not, coconut? » Au travers des deux trilogies, les bases d’une religion d’un culte sont jetées : la Force, entité supérieure Toute Puissante. Dictateur de l’histoire. Donneur de pouvoirs surnaturels. Si t’es comme nous, t’essaies au moins une fois par année (après avoir fait ton pèlerinage habituel de marathon des Star Wars) de déplacer les objets de ta maison grâce à la force et d’influencer ta mère à te faire des biscuits, en vain, pour ensuite pleurer et espérer qu’un jour tu puisses pouvoir la contrôler. P’is n’essaie pas de me faire avaler l’histoire des médicloriens : ça, c’tune vraie joke. N’empêche que les portes automatiques d’épicerie sont toujours là pour nous remonter la force quand on se rend compte qu’on ne pourra jamais être aussi badass que Obi-Wan Kenobi!

starwars6

9. Le fanatisme
Dans tout cursus de culture geek, il est primordial de posséder les bases de la Guerre des Étoiles. La passion qui anime les millions d’admirateurs de cette série est telle que certains iront jusqu’à se faire tatouer à jamais l’image de leurs favoris. Cela fait en sorte que ce moment presque imposé dans la vie d’un amateur de pop-culture se fait avec le plus grand plaisir. T’as pas vu Star Wars? On fait ça quand? La flamme se transmet comme la gastro en mars. Ah pis Star Fans > Trekkies, ok?

starwars7

10. Le Expanded Universe
Livres, jeux, bandes dessinées, séries animées… L’univers de Star Wars ne s’étend pas seulement sur les 6 petits films de la série, bien au contraire. C’est une armée d’écrivains et de penseurs qui écrivent encore aujourd’hui la prélude et les suites du conflit que nous pouvons admirer grâce à nos versions VHS de ces chefs-d’œuvre. L’univers est d’ailleurs tellement vaste qu’il est presque impossible pour un fan de connaître avec exactitude l’histoire de toute la galaxie. Un petit tour sur wookiepedia et hop, toutes les connaissances sont tiennes, mon padawan.

starwars8

Bref, c’est ici que nous devons te quitter jeune amateur, Star Fan ou néophyte. On espère avoir pu te donner le goût de te replonger dans cet univers fantastique ou encore y jeter un coup d’œil pour la première fois. On te garantit que tu ne seras jamais déçu. L’ordre dans lequel tu écouteras les films importe peu. Que ce soit en ordre numérique ou chronologique, il n’y a pas une seule et unique façon de découvrir la chose. Personnellement, je te conseille celle-ci : IV, V, II, III puis VI. Que le plaisir t’accompagne et que la force soit avec toi!
Pour finir, une photo de Jar-Jar Binks. Bleurgh.

starwars9

BONUS ROUND : Carrie Fisher (avant les 15 000 cures de désintox).

Star-Wars-Episode-7-Carrie-Fisher-Mark-Hamill

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s