Critique d’ici : Darkaeon – Nihilism (CD)

(Par Jérémie Bernard)

Le métal d’ici ne cessera jamais de me surprendre. J’adore trouver des groupes locaux et les analyser pour Jestermind. Cela permet à nos lecteurs de découvrir quelque chose bien de chez nous, et à ces artistes de gagner un peu de visibilité. Lorsque j’ai appris que mon vieil ami Hugo McSween avait été admis dans un nouveau groupe, je croyais au début que ce n’était malheureusement qu’un autre projet qui allait être tué dans l’œuf. Et bien, cette fois-ci, il m’a surpris énormément en me présentant le premier album avec la formation Darkaeon, de Lanaudière. Soyez prêts à découvrir quelque chose de très gros calibre : Darkaeon n’a rien à envier aux plus grandes pointures du métal mondial. Je suis très sérieux.

L’album s’ouvre sur une introduction instrumentale de très bonne qualité, mais ne permet pas de rendre compte du talent des musiciens. C’est lorsque les premières notes de Beautiful Ilusion se sont fait entendre que j’ai compris à quoi j’avais affaire. Darkaeon, c’est un bon témoignage d’où est rendu le métal aujourd’hui : c’est puissant, énergique, technique, rempli d’influences… Chaque pièce de l’album (la plus courte étant de 5 minutes, sans inclure l’introduction) est un voyage à travers le thème nihiliste proposé comme titre. Au niveau des paroles, nous avons surtout affaire à des variations sur un même thème, mais elles sont surtout exécutées avec un talent et un brio que je n’aurais jamais soupçonné venant d’Hugo, qui commençait à peine lorsqu’il rejoignit le groupe. Décidément, les efforts portent toujours fruit parce que la voix de Darkaeon vous rappellera la versatilité de Stu Block à la violence d’Opeth en passant par l’émotion de Russell Allen. Rien de moins. Il faut nuancer : C’est un premier album, mais tout de même le plus réussi premier album (de surcroit local) que j’ai entendu depuis très longtemps.   1601380_663037803739716_1827464320_n

On pourrait s’attendre à être épuisé devant des pièces aussi longues et aussi techniques, mais c’est là que le génie de ce groupe opère : tout reste très mélodique dans toutes les pièces. Cette surcharge de technique allégée par des mélodies est savamment bien représentée par la pochette de l’album. Il y a des morceaux plus violents que d’autres, comme Collapsing Sky, mais ses solos et ses sections instrumentales restent tout de même en tête. Il y a un énorme travail du côté de la composition et de la production des chansons. Cela m’a fait énormément plaisir d’entendre aussi bien le jeu d’Alexandre Mirandette à la basse, pour ne citer qu’un exemple.

Chaque pièce possède sa propre personnalité, parlant de la dystopie psychologique, sociale et métaphysique dans laquelle nous vivons. L’album est une belle réflexion humaine et la musicalité de ce dernier rend bien la force dont l’humain est capable à travers tous ses défauts. Pensez à The Faceless avec un certain mélange de Mutiny Within. Le genre exact de ce groupe est difficile à cerner, puisqu’il semble embrasser le métal en général comme un buffet d’inspiration et d’influences dans lequel piger allègrement.

Les deux pièces qui ont le plus attiré mon attention sont Beautiful Illusion et Ark of the Universe, part I. Ces dernières montrent de quoi est capable l’intégralité du groupe au summum de sa technicalité, de son émotivité et de sa puissance céleste dans la mise en place d’une composition. Dans le cas de Ark of the Universe, part I, la chanson propose un récit un peu différent des autres, ainsi qu’une belle promesse de suite. Sans vouloir envoyer trop de fleurs à Hugo et son groupe, Darkaeon est parvenu à quelques reprises à me donner l’impression qu’une force supérieure était à l’œuvre dans Nihilism, qualité que j’attribue habituellement qu’aux plus renversantes productions métal (souvent à cause de solos incroyables) que j’ai eu la chance d’entendre.

Nihilism est avant tout un album pour musicien, vu sa grande variété de genres et de passages techniques. L’ajout de refrains accrocheurs et de moments plus calme vient sauver un peu la facilité d’écoute du groupe, et lui donne une dimension vraiment intéressante. Je suis certain que vous serez aussi surpris que moi par la qualité sonore de ce festival de talents. Il y a encore un peu de travail à faire pour moins surcharger les compositions, mais ce choix leur revient totalement : j’adore leur son comme il est aujourd’hui.

Darkaeon est le groupe métal du Québec à suivre dans les prochaines années, il suffit qu’ils s’organisent quelques tournées pour aller montrer leur virtuosité au monde. En attendant, il reste de la place pour assister au lancement de Nihilism : https://www.facebook.com/events/286524104843284/

P.S : Mention spéciale à Yanick Lemieux, batteur, qui doit se charger de garder toute cette technique en place lorsque le groupe joue ensemble.

Leur page facebook  : https://www.facebook.com/darkaeon666

Titre : Nihilism
Artiste : Darkaeon
Année : 2014
Durée : 42 minutes (7 pistes)
Pays : Canada, Québec
Label : Indépendant
Genre : Metal

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s