Critique : Amnésia – Jennifer Rush (Roman)

(Par Stéphanie Bourgoin-Gaudet)

Premier livre que j’ai lu cette année, je n’ai pas été déçue par Amnésia, de Jennifer Rush. Je l’ai tant aimé que je l’ai dévoré, oui, c’est le terme!, en seulement quelques jours. J’ai tardé à écrire ma critique, car je voulais qu’elle rende justice à ce roman classé jeune adulte. Mon compte à rebours s’est terminé aujourd’hui, car quelle meilleure occasion que la sortie du second tome pour publier cette critique. Si vous voulez lire le résumé du second tome, Mémento, qui se retrouve dans l’article Vos prochains trésors littéraires de mars, cliquez ici.

Dans cette œuvre, Jennifer Rush a décidé de raconter l’histoire d’Anna, une jeune adolescente, qui est tombée follement amoureuse de Sam, qui vit dans le laboratoire qu’est sa cave. Le père d’Anna mène des tests sur Sam et sur trois autres garçons, Nick, Cas et Trev. Leur ADN a été modifié et ils sont maintenant plus forts, plus rapides et plus intelligents. Bien qu’Anna pense qu’ils sont des super soldats, les cinq adolescents ne savent pas réellement pourquoi les jeunes hommes sont enfermés secrètement dans le sous-sol, car leurs souvenirs ont été effacés. L’Agence, l’employeur de son père, arrive et veut amener les garçons. Anna ne se voit pas vivre sans Sam. Mais il avait déjà préparé son évasion. Cela ne peut cependant pas se faire proprement : plusieurs agents sont tués ou blessé. Anna doit maintenant faire un choix déchirant : suivre Sam ou rester avec son père. Sur les conseils de ce dernier, elle décide de partir. Commence alors une quête pour les cinq jeunes, mais aussi une poursuite. Les quatre adolescents cherchent à savoir pour quelles raisons des tests ont été menés sur eux et pourquoi leur mémoire a été effacée, mais l’Agence les poursuit pour les ramener dans leurs locaux et leur efface la mémoire encore une fois. La solution se trouve sur Sam, plus particulièrement dans les tatous qu’il a dans son dos et sur le reste de son corps. Sam est une carte, il a en quelque sorte sa « mémoire dans la peau ». Au fil de leurs recherches, Sam et Anna découvrent qu’ils sont beaucoup plus liés qu’ils ne le croyaient au départ.

Après ce bref résumé, il est maintenant temps de passer aux choses sérieuses, les raisons pour lesquelles j’ai tout simplement A-DO-RÉ ce livre dès les premières pages. Dès le début, on sent que quelque chose de fort uni Anna à Sam plus qu’aux trois autres garçons. Cependant, l’histoire ne tourne aucunement autour de leur histoire d’amour. Anna doute même à certains moments que Sam est le bon pour elle, car l’amour qu’elle a pour Sam semble souvent être à sens unique. L’intrigue est plutôt à propos de la recherche de leur liberté et de la mémoire des quatre adolescents. Dès la première page, le lecteur commence à se questionner sur les raisons de l’enferment des garçons. Jennifer Rush a écrit son roman de manière que dès qu’on a une réponse à une question, les lignes qui suivent nous apportent tout de suite une autre question. Cela permet de toujours garder le lecteur en haleine et de rendre difficile pour ce dernier d’arrêter sa lecture.

De plus, les cinq personnages principaux sont tous très différents et chacun apporte quelque chose à l’histoire, mais aussi au groupe qu’ils forment. Malgré leur absence de mémoire et de passé, les quatre garçons sont des personnages très approfondis, et ce, pour deux raisons : ils ont chacun des personnalités différentes et même opposées, et ils évoluent tout au long de l’histoire. Sam, le leader, est très taciturne et renfermé, bien qu’il se sente responsable de la vie de chaque membre du groupe. Cas est quant à lui le bouffon du groupe et il semble aussi être le plus jeune. Lorsqu’Anna a le moral dans les chaussettes, il le lui remonte facilement. Trev, le meilleur ami d’Anna, est le philosophe et l’intellectuel du groupe. Il y a finalement le ténébreux et sombre Nick qui ne porte pas dans son cœur Anna et cela est réciproque. Anna entretient donc des relations très différentes avec les quatre garçons, et ses échanges avec ces derniers, tout au long de l’histoire, nous permettent de voir plusieurs facettes de sa personnalité. Anna, la seule fille de l’histoire et la narratrice, semble être pour le lecteur une adolescente tout ce qu’il y a de plus normal, mais, au fil de la lecture, plusieurs questions à son propos se posent. Est-elle vraiment qui elle prétend être? Pourquoi l’Agence veut autant, sinon plus, la récupérer que les garçons? Pourquoi son père l’a-t-il poussée à partir avec les garçons?

Finalement, par son intéressante façon de faire progresser son histoire et par ses personnages différents et tout en profondeur, Jennifer Rush a su me charmer et, je l’espère, vous charmera lorsque vous lirez Amnésia. Je donne à ce roman une note de 4/5.

Une réflexion sur “Critique : Amnésia – Jennifer Rush (Roman)”

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s