Oscars 2014 : les prévisions de vos chroniqueurs

(Article collectif)

Les Oscars 2014: Les prédictions des pros de Jestermind

La remise des Oscars est un évènement majeur à chaque année. Des centaines de millions de personnes à travers le monde regardent la remise de prix la plus prestigieuse du septième art. Comme vous le savez, plusieurs chroniqueurs chez Jestermind raffolent de cinéma. C’est pourquoi nous avons humblement décidé de vous offrir nos coups de coeurs et nos prédictions en vue du gala de ce dimanche. Bonne lecture!


MEILLEUR FILM

nominees_bestpicture


PATRICIA

12 Years a Slave — C’est difficile de choisir cette année puisqu’elle est tellement riche cinématographiquement. Le choix pour meilleur film est tellement difficile puisque les films nominés sont tous excellents, mais pour différentes raisons. J’ai choisi par contre 12 Years a Slave puisque, pour moi, c’est un film qui doit être fait et vu pour le message puissant qu’il a à donner aux autres. Il a un donc un mérite humanitaire que American Hustle, Captain Phillips ou Nebraska n’ont pas nécessairement. Valoir un film pour son aspect stylistique n’est pas assez pour moi pour gagner meilleur film, il doit aussi venir me chercher.


MARC-OLIVIER

Pour un ensemble de facteurs, le film que j’ai le plus apprécié est The Wolf of Wall Street. Martin Scorsese a dirigé Leonardo DiCaprio de façon à forger un personnage plus drôle qu’il a normalement l’habitude de jouer. DiCaprio offre peut-être sa meilleure performance à ce jour mais ce ne sera pas suffisant pour remporter l’Oscar. Encore. Mention spéciale à Jonah Hill qui s’impose véritablement comme acteur sérieux avec cette deuxième nomination. Un film déjanté qui passera tellement vite que vous n’aurez pas l’impression que 179 minutes se sont réellement écoulées! Il s’inclinera contre 12 Years a Slave par contre.


ARIANNE

Prédiction : 12 Years a Slave. Rien ne vaut un film historique, choquant, une distribution géniale, morale un peu à l’américaine mais subtil…Ce à quoi on s’attendrait du meilleur film d’une année classique… sauf que la mise en scène de personnes de couleur change la donne. On connaît trop bien Hollywood pour ses réticences à la représentation équitable.

Coup de cœur : Philomena. La simplicité est parfois beaucoup plus touchante qu’un film à grand déploiement. Ces films à la thématique religieuse ne portent pas de jugement sur les croyances, mais plutôt sur le genre humain.


PHILIPPE

Je me risque à donner à Gravity l’Oscar du meilleur film grâce à son originalité. La direction artistique est incroyable et le déroulement du scénario est vraiment rafraîchissant. La performance de Sandra Bullock est irréprochable et rend l’histoire vraiment crédible malgré la surdose d’événements perturbateurs. Il s’agit d’une grande année pour les Oscars, mais je crois que si l’on considère Gravity comme une nouvelle expérience cinématographique, on peut y voir quelque chose de vraiment extraordinaire. 12 Years a Slave et The Wolf of Wall Street pourraient aussi gagner selon moi.


JEAN-MAXIME

Le choix s’annonce sans équivoque, pourtant d’une douleur ressentie: tout film nominé parmi cette liste se rapporte de façon intrinsèque à la qualité démesurée derrière un film tel Gravity. Dans sa complexité cinématographique ainsi que dans sa simplicité conceptuelle, le plaisir ressenti dès les premières secondes du long-métrage est instantané, sa beauté visuelle déconcertante, son atmosphère saisissante : qui aurait cru qu’un film sur l’espace puisse simuler aussi bien la réalité. Autant le mérite s’accorde peu au jeu d’acteur de George Clooney et de Sandra Bullock, incarnant leur rôle de façon juste et nécessaire sans franchir de barrières, ce mérite est d’une ampleur démesurée lorsqu’il en est de considérer le talent du réalisateur Alfonso Cuarón. La facilité d’approche vers un film, à priori axé sur le caractère émotionnel de l’impuissance ressenti dans l’espace, n’a que d’égal que la finesse du message de renaissance enfoui outre toutes émotions extrêmes d’anxiété et d’engagement, comprises par tous. Peut-être The Wolf of Wall Street aurait su mériter sa place au sein de toute autre compétition précédente, mais il n’en d’une toute autre affaire lorsqu’il s’affronte à l’ambition d’un film tel Gravity, en tout point le film de l’année 2013.


MEILLEUR ACTEUR

best_actor


PATRICIA

Leonardo DiCaprio : Mis à part le fait que je suis une amatrice finie de Martin Scorsese, je considère que cet acteur est très talentueux et qu’il mérite, FINALEMENT, de gagner un Oscar. Sa performance dans ce film est à noter, surtout dans la scène avec Jonah Hill où ils consomment de la drogue et partent en gros trip. Ils ont l’air d’avoir eu beaucoup de plaisir en faisant ce film et cette énergie se transmet de façon contagieuse chez le public.


MARC-OLIVIER

Mon choix personnel coïncide avec ma prédiction : Matthew McConaughey. Qui aurait cru qu’il avait en lui autant de potentiel? Tout a débuté en 2011 avec le suprenant The Lincoln Lawyer. Cela s’est poursuivi en 2012 avec Mud et le tout a culminé en 2013 et en 2014 avec The Wolf of Wall Street, Dallas Buyers Club et True Detective (une série à HBO). Faites-vous plaisir et regardez ces titres afin de constater la renaissance d’un acteur pour qui tout est maintenant possible.


ARIANNE 

Prédiction : Chiwetel Ejiofor, qui a donné une performance touchante et réaliste dans 12 Years a Slave.

Coup de cœur : Leonardo DiCaprio. Il mérite son Oscar depuis trop longtemps…et The Wolf of Wall Street est probablement l’une de ses meilleures performances.


PHILIPPE

Désolé pour les fans de Leonardo, je ne peux passer sous silence le brio de Matthew McConaughey dans Dallas Buyers Club. Il a été une franche découverte pour moi dans ce film alors que je le classais à tort comme un acteur incarnant uniquement des rôles de beaux gars musclés. Sa performance est géniale et s’approche de la perfection. Sa métamorphose est vraiment impressionnante et fait vraiment mal à voir. Dirigé par Jean-Marc Vallé, Matthew McConauchose s’est surpassé et peut être digne d’avoir fait une performance aussi distinguée.

2- Leonardo DiCaprio

3- Chiwetel Ejiofor


JEAN-MAXIME

McConaughey reste un acteur remarquable en ce qui a trait à l’effort accompli dans son plus récent film, au sein duquel il a su perdre quarante livres et presque la vue. La chose risque ainsi d’être reconnue par le comité de sélection des Oscars, en snobant de façon tout à fait injuste la performance inoubliable de Leonardo DiCaprio dans The Wolf of Wall Street. S’il existe bien une raison pour laquelle le génie de Martin Scorsese s’exécute aussi parfaitement dans ce film d’une excellence incommensurable, c’est le talent derrière son protagoniste, traduit avec une perfection exquise par DiCaprio. Son talent se mesure à la subtilité de son jeu dans les scènes les plus émotionnelles que dans son étalement complet lors des moments les plus excentriques, la plupart d’entre eux improvisés. L’effort appliqué par DiCaprio se traduit ainsi par bien plus qu’une perte de poids spectaculaire ou par la consommation fictive, mais inoubliable, d’une drogue hallucinogène : elle se traduit par sa carrière qui culmine vers cet apogée talentueux qui surplombe quelconque performance par un acteur dans la liste dont il est question.


MEILLEURE ACTRICE

best_actress


PATRICIA

Cate Blanchett : Malgré le fait que Blue Jasmine n’est pas mon film préféré, la performance de Blanchett est spectaculaire. Interpréter un personnage qui a des troubles psychologiques est déjà difficile, mais le faire avec subtilité comme elle l’a fait est une énorme réussite. Son interprétation m’a poussée en tant que spectatrice à me poser plus de questions sur son personnage à la fin du film plus qu’au début, ce qui a donc éveillé de la curiosité en moi.


MARC-OLIVIER

Tout comme pour les hommes, ma performance préférée est aussi la meilleure de l’année : Cate Blanchett. Elle nous offre une prestation sensationnelle d’une femme qu’on voit tranquillement dégénérer plus le film progresse. Étant calme et posée au début, elle devient nerveuse, paranoïaque et agressive. Nous ne pouvons qu’être ébahi devant le talent immense de Blanchett. Ce sera sûrement la catégorie la plus chaudement disputée (dû aux actrices de renom) mais elle devrait ressortir du Dolby Theatre avec la statuette dorée.


ARIANNE

Prédiction : Plutôt difficile car je trouve la catégorie extrêmement bien garnie cette année et la compétition y est forte. Ça risque de se jouer entre Sandra Bullock et Cate Blanchett cette année.

Coup de cœur : Judi Dench. Elle peut jouer les maîtres de l’espionnage comme une pro, mais rien ne vaut sa performance toute en nuances dans Philomena.


PHILIPPE

Cate Blanchett passe avec une longueur d’avance grâce au film Blue Jasmine. Je pense qu’il ne s’agira pas d’une grosse surprise dans cette catégorie. Bien que les autres actrices nominées ont beaucoup de talent, aucunes ne se sont particulièrement dépassées, hormis Cate Blanchett. Ce n’est pas une grosse année pour les actrices dans un premier rôle aux États-Unis.


JEAN-MAXIME

Les comédies de Woody Allen relèvent d’une appréciation fluctueuse : certains restent mémorables alors que d’autres, particulièrement Blue Jasmine, restent frêles par leur contenu trop peu accessible. Il pourrait ainsi demeurer plus facile le choix d’Amy Adams par son rôle au sein d’un film qui caractérise l’emphase accordée sur le jeu de ses acteurs. Pourtant Blanchett reste celle qui illustre le mieux une performance noyée sous la qualité décevante du dernier film de Woody Allen. Son jeu est impeccable et varié, mature lorsqu’il jongle entre deux temps, deux caractères distincts. Blanchett demeure ainsi la meilleure actrice, peut-être pas au sein du meilleur film, mais au sein des meilleures performances.


MEILLEUR ACTEUR DE SOUTIEN

best_supporting actor


PATRICIA

Jared Leto : Jared. Freaking. Leto. Je suis persuadée que mes pensées à ce sujet sont partagées avec mes collègues. C’est tellement un retour fort après tant d’années d’absence à l’écran. Vous n’avez qu’ à regarder 5 minutes de sa performance pour être convaincu.


MARC-OLIVIER

La séquence des deux catégories précédentes se poursuit car je suis pratiquement certain que Jared Leto remportera l’Oscar même s’il est aussi mon choix personnel. Leto a participé à de grands films au cours de sa carrière (The Thin Red Line, Fight Club, Requiem for a Dream) mais jamais son talent n’a autant été mis en évidence. Tout comme pour McConaughey, certains diront qu’il est le choix facile puisqu’il a subi une transformation superficielle afin d’attirer les regards. À ces personnes, je dirai que vous feriez une erreur monumentale de croire que le changement n’est qu’esthétique!


ARIANNE

Prédiction: Jared Leto a été très aimé des critiques pour son rôle dans Dallas Buyers Club, mais c’est une catégorie où l’on pourrait s’attendre à des surprises.

Coup de coeur : Michael Fassbender, pour les peurs qu’il m’a données durant 12 years a Slave.


PHILIPPE

Bien que j’aie bien aimé la prestation de Jonah Hill dans The Wolf Of Wall Street, je suis obligé d’y aller avec Jared Leto. Sans l’avoir reconnu au départ, sa prestation m’avais déjà fait tomber de ma chaise grâce à sa performance de travelo. J’en ai été encore plus surpris quand j’ai vu que c’était bel et bien Jared Leto, le chanteur de 30 Second To Mars, qui l’avait interprété.


JEAN-MAXIME

Le rôle de Jared Leto dans Dallas Buyers Club relève d’une transformation impressionnante chez un acteur trop surprenant dans chacun de ses rôles : travestie et anorexique, Leto donne l’impression de tout donner à son personnage. Pourtant le résultat n’a peu d’étoffe que devant l’impression laissée par Barkhad Abdi dans Captain Phillips, si convainquant qu’on en croit presque à sa véracité. L’acteur fait preuve d’un talent irréfutable, mais surtout curieux : plutôt que d’accentuer ou de diriger l’intelligence de son personnage vers une autre direction, il semble la diminuer afin d’y ajouter une puissance contrastante. Le tout donne une grandeur et une menace déconcertante, qui permet justement à Captain Phillips d’être si poignant. Inutile ainsi de vanter les mérites d’un acteur aussi prodigieux que Barkhad Abdi, immortalisé par plusieurs comme l’un des meilleurs pirates somaliens du cinéma.


MEILLEURE ACTRICE DE SOUTIEN

Best-Supporting-Actress-640x429


PATRICIA

Jennifer Lawrence : Après sa performance extraordinaire dans Silver Linings Playbook, pour laquelle elle s’est réclamée un Oscar l’année dernière, nous savons que Lawrence interprète à merveille des personnages dysfonctionnels. Elle le prouve encore une fois dans American Hustle en tant que la femme malheureuse et manipulatrice de Irving Rosenfeld, joué par Christian Bale. Elle n’est pas souvent à l’écran, mais je me retrouvais souvent à me hâter de la voir dans une nouvelle scène. Lors de chacune de ses apparitions, sa présence vole l’attention du public et la séquence semble tourner autour d’elle.


MARC-OLIVIER

Lupita Nyong’o n’est pas un nom qui devrait vous être familier car son rôle dans 12 Years a Slave est en fait son tout premier long métrage! Elle offre la meilleure performance dans un film où deux de ses compatriotes sont aussi en nomination (Chiwetel Ejiofor et Michael Fassbender). Retenez ce nom car elle n’en est qu’à ses premiers pas dans le parcours d’une carrière qui s’avère fort prometteuse. Par contre, le choix populaire tend plutôt du côté de Jennifer Lawrence pour American Hustle. Si elle remporte la statuette, je ne serai pas scandalisé pour autant.


ARIANNE

Prédiction : Lupita Nyong’o pour sa performance (la première de sa carrière depuis sa graduation!) fracassante dans 12 Years a Slave.

Coup de coeur : Jennifer Lawrence perce toujours l’écran et elle ne m’a pas déçue dans American Hustle!


PHILIPPE

On se retrouve avec de meilleures nominées dans la catégorie rôle de second que dans rôle principal pour les femmes aux Oscars cette année. Je miserais sur Lupita Nyong’o grâce à sa brillante performance dans 12 Years a Slave. Cependant, je ne serais pas surpris que Jennifer Lawrence obtienne un autre Oscar avec American Hustle.


JEAN-MAXIME

Une décision catégorique sera en mesure de se prendre lorsqu’il tient compte de la performance de Jennifer Lawrence dans American Hustle. Parmi un film qui accentue ses personnages plutôt que l’histoire dans laquelle ils sont issus, c’est d’un entrain impressionnant avec lequel l’actrice rend son personnage le plus mémorable du film en question. Son caractère hideux et trop peu sournois catégorise l’antiféminisme, pourtant gratifie l’auditeur d’un moment de légèreté notable. Malgré tout, le charme d’American Hustle ne se ferait ressentir aussi bien que par la performance raffinée derrière un rôle aussi attachant. Jennifer Lawrence incarne parfaitement la naïveté et c’est une chose que trop peu d’actrices sont en mesure de faire.


AUTRES CATÉGORIES


MEILLEUR FILM ANIMÉ

Frozen ernest et celestine


PATRICIA

Frozen : Qui n’aime pas les films Disney de toute façon? Faut croire que je ne fus pas vendue aux personnages féminins des classiques animés du grand Walt; elles sont naïves, désespérées et prêtes à tout pour plaire aux hommes qu’elles viennent de rencontrer. Par contre, à l’inverse de mes attentes, cette histoire porte plutôt sur la relation d’amour entre les deux sœurs. Malgré que je ne crois pas qu’on puisse qualifier ce film comme étant révolutionnaire et féministe (on ne peut pas oublier Rebelle (2012) quand même), ce film prend ce qu’on adore des classiques Disney et rajoute une conscience moderne prenant en compte que les moralités ont évolué. C’est une bouffée d’air frais en ce qui concerne les films pour enfants!


MARC-OLIVIER

Voici la seule catégorie où je n’ai pas vu tous les finalistes (The Wind Rises). Par conséquent, contre vents et marées (Frozen), je jette mon dévolu sur Ernest et Célestine, une magnifique collaboration franco-belge. Au lieu de s’appuyer sur des techniques d’animation japonaise (The Wind Rises) ou sur les dernières avancées des modèles à trois dimensions (The Croods, Frozen, Despicable Me 2), les producteurs ont plutôt choisi de garder le même style que la série de livres pour enfants éponyme. Les couleurs pastel et le cadrage flou font en sorte de mettre plus d’emphase sur les personnages et l’histoire au lieu des visuels qui ont l’habitude de prendre toute la place. Vous aurez l’impression de regarder une peinture qui bouge.


PHILIPPE

Je pense que la valeur commerciale de Frozen est prépondérante dans la course au meilleur film d’animation. Étant un grand fan de film d’animation, je me demande par contre où est Monsters University? The Wind Rises a des chances de gagner par contre. Pour ma part, tant que Détestable Moi 2 ne gagne pas, je serai heureux. Je ne peux pas croire qu’une vidange pareille peut être aussi populaire.


EFFETS SPÉCIAUX

gravity_2The-Hobbit-The-Desolation-of-Smaug


PATRICIA

Gravity : La première séquence de ce film réussi avec bravoure à convaincre le public que ce qu’ils regardent se compose d’un plan-séquence, prit en circulant la caméra autour des personnages. Sachant que c’est en fait des séquences tournés sur un écran vert qui ont été par la suite méticuleusement collées ensemble par une équipe de postproduction, ce film mérite cet Oscar. Il a fallu une énorme imagination ainsi qu’une organisation visuelle exceptionnelle pour avoir configuré des scènes qui se portent littéralement dans le vide.


ARIANNE 

Prédiction : Ce sera selon moi une course à deux entre Gravity et The Hobbit : Desolation of Smaug. Bien que les effets spéciaux soient toujours de plus en plus réalistes

Coup de cœur : Les scènes de synthèse de Smaug m’ont semblé si extraordinaires que je ne peux qu’applaudir les artistes et techniciens qui l’ont créé.


MARC-OLIVIER

Gravity (les détails plus bas dans la section réalisation).


MEILLEURE RÉALISATION 

best_director


PATRICIA

The Wolf of Wall Street : Je suis probablement biaisée vu mon amour inconditionnel envers Martin Scorsese. Par contre, j’ai adoré la façon qu’il a présenté cette histoire qui n’est pas du jamais vu. Pourtant, la façon espiègle avec laquelle qu’il joue avec la narration, allant d’un personnage à l’autre qui présente chacun son point de vue implique le public encore plus dans le ton du récit. Scorsese réussit à faire oublier au spectateur qu’il va devoir donner 3 heures de son attention pour se rendre jusqu’au générique en mélangeant humour, drame et action pour donner au public une expérience cinématographique complète.


MARC-OLIVIER

Malgré qu’il doive faire face à des adversaires de taille, je pense qu’Alfonso Cuarón saura tirer son épingle du jeu. Je ne crois pas que Gravity soit le meilleur film de l’année mais ce que Cuarón et son équipe technique ont réussi à transposer à l’écran est vraiment magistral. Chaque scène est éblouissante à regarder et vous aurez vraiment l’impression que les deux protagonistes flottent dans l’espace. Sandra Bullock et George Clooney font du bon boulot et ont été menés de main de maître par le réalisateur. S’il gagne, ce sera au même titre que Peter Jackson pour sa trilogie de The Lord of the Rings. Il gagnera sans aucun doute l’Oscar pour les meilleurs effets spéciaux aussi.


MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ

philomena


MARC-OLIVIER

Philomena est un film charmant qui sera fort probablement l’un des grands oubliés de la dernière année. Pas d’effets spéciaux spectaculaires, de beaux et jeunes acteurs, d’action à tout casser ou de costumes d’époque. Cette histoire vraie vous touchera par son authenticité et sa simplicité. Dame Judi Dench nous démontre qu’elle n’a rien perdu de son grand talent. Son personnage et ses répliques vous charmeront à coup sûr.


MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL

her poster


PATRICIA

Her : Un scénario qui fait définitivement réfléchir son public avec un contenu incroyablement moderne qui n’aurait pas pu être produit il y a à peine 10 ans. C’est une écriture qui offre son contenu avec subtilité, poussant le spectateur à participer à l’histoire en y donnant son propre sens et en explorant le contenu mentalement. C’est épicé d’humour sympathique et est très attachant.


MARC-OLIVIER

J’opte ici pour un choix particulier : Her. De tous les films en nomination cette année, le film de Spike Jonze est celui qui m’a le plus fait réfléchir. Jusqu’où les êtres humains devraient-ils partager leur existence avec une intelligence artificielle? Les machines peuvent-elles évoluer au point d’être reconnues comme entités à part entière? Où en sont rendues les relations entre humains en cette ère de plus en plus technologique?


Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s