Critique : The Last of Us : Left Behind (Jeu vidéo)

(par Joey Delisle)

ATTENTION: Si vous n’avez pas  complété The Last of Us, ne lisez pas cette critique du DLC, car elle contient des «spoilers» du jeu principal.

Le studio Naughty Dog replonge dans son succès de The Last of Us en nous offrant un tout nouveau DLC à un joueur (single player) intitulé Left Behind. Comme c’est une extension d’un jeu dont Marc-Olivier Lalonde a déjà fait la critique, je ne réécrirai pas tout l’analyse du jeu, puisque le DLC garde les mêmes attributs de jouabilité que son grand frère.

Left Behind nous fait jouer le rôle d’Ellie pendant deux moments importants de sa vie; lorsqu’elle était à Boston avec sa meilleure amie Riley et lorsqu’elle doit s’occuper seule de Joel  après que celui-ci fut gravement blessé à l’université du Colorado. Les deux «timelines» sont jouées en alternance et laisse toujours le joueur dans une position de suspense avant de changer, ce qui ajoute beaucoup de dynamisme au jeu. Durant les trois heures que dure Left Behind, Ellie (passé) et Riley explorent un centre commercial à Boston et Ellie (présent) doit trouver une trousse de premier soin dans un centre commercial au Colorado. Le fait que l’environnement reste globalement le même réussi à immerger le joueur même si les «timelines» s’alternent. Pour garder le joueur intéressé durant le temps où Ellie et Riley vagabondent entre les boutiques, les créateurs ont pensé à plusieurs concepts dont la plupart sont réussis, mais pas tous. Il m’est arrivé de déconnecter un peu du jeu, comme par exemple quand on doit aller dans un «photobooth » et choisir des poses. Par contre, la majorité des activités était amusante, comme par exemple la guerre de fusil à eau. Et lorsque Ellie cherche désespérément de quoi permettre à Joel de survivre, on a droit à du classique joueur versus ennemis, vivants et non-vivants.

Il est clair que ce DLC s’adresse aux fans de The Last of Us, car le but principal de celui-ci est d’ajouter au monde déjà si intéressant d’Ellie et Joel. Dès le début de l’extension, le joueur sait comment elle va finir. Riley va mourir et Joel va survivre, on le sait grâce au jeu principal. Ce qui est important, ce qui rend l’extension si divertissante, c’est le «comment» et Naughty Dog fait un travail fabuleux de raconter une histoire et de faire vivre et développer ses personnages. Pendant le jeu, j’étais tendue, j’étais relaxe. J’ai ri et j’ai chagriné. Les expressions faciales des personnages sont si bien réussies et le nombre de petits détails est si impressionnant (par exemple, on retrouve dans le sac-à-dos d’Ellie une lettre de sa mère décédée) qu’il est vraiment difficile de ne pas vouloir se laisser submerger par l’expérience qu’est ce jeu.

The Last of Us : Left Behind reste donc fidèle à son prédécesseur et nous ouvre une toute nouvelle page de l’histoire d’Ellie. La jouabilité reste sans changement et c’est bien ainsi, car cela permet au joueur de se concentrer sur le développement du récit. Malgré le fait que le jeu soit un peu court, je le recommande à n’importe quel fan de The Last of Us.

Une réflexion sur “Critique : The Last of Us : Left Behind (Jeu vidéo)”

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s