Critique : Requiem for a dream (Film)

(Par Panda)

Tout le monde a entendu parler de ce film, du moins j’espère que vous avez entendu parler du titre. Sorti en 2000, il raconte l’histoire de quatre individus voulant acquérir le American Dream (avoir de l’argent, du succès, être aimé). Chacun a sa manière d’y accéder: prendre des médicaments pour maigrir, prendre de l’héroïne pour oublier nos problèmes, vendre de la drogue pour avoir plus d’argent et s’en procurer, se prostituer pour avoir de l’argent pour payer ses drogues…

Il s’agit d’une excellente prestation pour tous les acteurs. Ellen Burstyn, Jared Leto, Jennifer Connelly, Marlon Wayans… ils ont tous bien incarné leur rôle. En tout cas, ça ne m’a pas donné le goût d’en consommer ! On voit le cycle perpétuel des junkies contemporains : on veut planer, juste pour essayer, mais on en a toujours besoin de plus pour oublier les problèmes quotidiens. Lorsqu’on n’en a plus, tous les moyens sont bons pour se faire de l’argent. Parfois, c’est même un peu extrême.

Je trouve que c’est une bonne analogie de notre société. On veut atteindre un rêve parfois inatteignable. Être riche. Avoir du succès. Être aimé de tous. Être populaire. Je me permets ici d’être critique de notre société. On veut tout avoir, mais surtout tout avoir rapidement. On n’accède pas à nos besoins secondaires? On se lamente. J’ai l’impression qu’on oublie parfois les petits plaisirs de la vie: manger un bol de crème glacée, marcher dans une rue enneigée et se lancer des boules de neige sous les arbres blancs, apprendre, créer…

Pourquoi avons-nous besoin d’être visible à tous? Pourquoi avons-nous besoin d’autant d’attention des autres? Pourquoi je vais publier une photo de moi, pareille à mes 10 autres photos de profil Facebook? Le voyeurisme prime sur la vie privée, sur l’anonymat. Je ne dis pas que je suis parfait: je suis le premier à ouvrir ma page Facebook le matin. Justement, ce n’est pas pour y publier mon rêve de la nuit dernière, encore moins pour établir au grand jour mon menu quotidien (en passant, ceux qui font cela, dites-vous que c’est un excellent moyen pour des criminels potentiels pour connaître votre horaire, mais aussi vos déplacements!). J’y vais pour prendre des nouvelles, comme quand j’ouvre LaPresse+. Je m’attarde aux nouvelles de mes amis (même si sur mes 300 amis, je peux en compter une vingtaine que je parle sur une base quotidienne, ou du moins hebdomadaire). Et vous? Quel type de consommateur de médias sociaux êtes-vous? Mais posez-vous la question: pourquoi êtes-vous là? Pourquoi partagez-vous cette dernière photo? Faites-vous compétition pour savoir quelle photo a le plus de “like”?

Je suis critique aujourd’hui, je m’en excuse. Ce doit être ce film qui a tourné mon optimisme de la vie de tous les jours en pessimisme envers la société d’aujourd’hui. Arrêtez de vous en faire pour tout ou rien. Allez au cinéma. Prenez un verre de lait. Marchez jusqu’à ce que vos pieds n’en puissent plus. Allez vous balancer dans le parc le plus près. Oubliez que vous avez eu 80% au lieu de 95% dans votre dernier examen. Oubliez que vous aimeriez mieux être au dessus de tout (si vous êtes vraiment au dessus de tout, vous êtes sûrement Bono). Vivez. Souriez. Aimez.

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s