Critique : The Unguided – Fragile Immortality (CD)

(Par Maxime Pagé)

Il y a des groupes qu’on écoute pour les  mélodies accrocheuses, les paroles emplies d’émotions ou pour les prouesses incroyables des musiciens. Puis, il y en a d’autres… qu’on a un peu honte d’aimer, soit par nostalgie ou par excès de « cheesiness »,  des p’tits plaisirs coupables! Dans mon cas, c’est un peu ça avec le groupe suédois The Unguided (composé d’anciens membres de Sonic Syndicate) qui viennent de sortir leur nouvel album, Fragile Immortality. Nous avions eu un aperçu de leur nouveau matériel à la fin 2012 avec le court EP InvaZion qui comprenait les chansons Singularity et Eye of the Thylacine. Pour être totalement honnête, j’écoute ça et je me sens comme dans Megaman X!

Pour ceux qui ne sont pas familier avec le style du groupe, on pourrait considérer The Unguided comme du « modern melodic death metal », un mélange de melodic death metal et d’industriel avec des duos de voix claires et de screams, ce qui rend ce style très accessible au grand public. Il devient assez difficile de réinventer le genre, surtout après la sortie d’un album (Hell Frost en 2011) et de plusieurs EP et singles, mais le réussiront-ils avec ce nouvel opus?

Unguided2Oui et non.

La première chose que l’on remarque est que la qualité de production est nettement supérieure à tout ce qu’ils ont sorti précédemment. Les riffs sont beaucoup plus mordants, les voix sont plus audibles et mieux mixées et les compositions sont légèrement plus travaillées. On a aussi l’impression que les chansons sont vraiment authentiques et non des restants de chansons qu’ils auraient pu utiliser dans Sonic Syndicate. On entend aussi des influences melodic death beaucoup plus traditionnelles comme dans la chanson Unguided Entity qui me fait vaguement penser à My Sweet Shadow d’In Flames. Les chansons sont aussi plus agressives et « rentre-dedans » (Carnal Genesis, Blodbad). Il y a même une surprise sur l’album avec la participation d’Hansi Kürsch de Blind Guardian sur la chanson Deathwalker, et ça sonne comme une tonne de briques! Je dois également mentionner que la pochette est vraiment badass (peut-être même un peu trop considérant le genre musical).

Malheureusement, beaucoup de chansons se suivent…et se ressemblent. Le même genre d’intro electro suivit d’un couplet et d’un refrain catchy. On a droit à ça à 7 reprises! Ce n’est pas que les chansons soient mauvaises, mais on a l’impression que ça manque cruellement d’imagination. La voix claire est excellente sur l’album, mais pour les screams je dois avouer que je n’ai jamais trouvé Richard Sjunnesson très bon. On dirait qu’il force trop sa voix, essaie d’être le plus brutal possible, mais n’y parvient pas toujours. Les paroles n’ont jamais été terribles, et malheureusement, ça ne s’améliore pas sur ce nouvel album.

« WE LIVE FOR THE DAY
NOT A TOMORROW THAT MIGHT NEVER COME
WE ARE ONLY HUMAN
BUT WITH OUR BARE HANDS YOU WILL SUCCUMB »

Bref, Fragile Immortality ne réinvente pas la roue et ne montre que très peu d’améliorations côté compositions comparé à l’album précédent. Ce n’est pas un mauvais album, mais j’aurais aimé entendre plus de variété et surtout plus de complexité. La sensation qu’un groupe est sur le pilote automatique n’est jamais agréable.

Ma note : 65%

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s