Salon du livre (aperçu)

(Par Sophie Vaillancourt)

Montréal, métropole de renom, accueille souvent des évènements grandioses et d’une importance mondiale. En septembre dernier, Montréal recevait le fameux Comiccon 2013, au plus grand plaisir des geeks. Vous avez pu avoir un tour d’horizon de ce rassemblement grâce à un article de Marc-Olivier. En novembre, c’est au tour du Salon du Livre de prendre d’assaut la place Bonaventure. Pour un total de six jours, du 20 au 25 novembre, des dizaines d’exposants vous présentent leurs plus grands succès littéraires, tentent de vous abonner à leur club de commande de bouquins ou vous proposent d’essayer les plus récents développements technologiques (liseuses électroniques).


Vous vous en doutez surement, cet évènement est MON Salon préféré! Cette année je me suis même offert le privilège de me payer un passeport pour toute la durée du Salon, étant donné que je prévoyais m’y rendre trois fois.

Pour des passionnés de livres tels que moi, pénétrer dans la place Bonaventure à ce moment de l’année est la meilleure sensation au monde. La billetterie, le vestiaire et la validation des passeports se trouvent au premier étage. On entre dans le Salon par la section des livres et des bandes dessinées pour enfants, qui s’étend sur deux demi-étages (les étages 2 et 3). Une fois la volée de marches derrière nous, on débouche au quatrième étage, là où la vraie vie commence. Devant nous, des dizaines de kiosques s’étendent à perte de vue, surplombés par des affiches aux couleurs des maisons d’édition présentes. Partout où l’on pose les yeux, des livres. À gauche, à droite, des livres. Partout, partout, partout… des livres! HEAVEN ON EARTH.

Bien évidemment, les journées de semaine ont lieu les fameuses matinées scolaires. Des groupes d’élèves parcourent donc le Salon jusqu’à environ 2h en début d’après-midi, mais après cela, c’est le calme plat. Vous pouvez donc vous promener tranquillement dans les rangées, explorer tous les kiosques, vous attarder devant les piles de livres, sans avoir des cris d’enfants en arrière-plan. Par contre, je vous avertis tout de suite, les soirées deviennent un peu plus occupées, surtout celle du vendredi (c’est le début de la fin de semaine). Et je ne vous parle même pas du samedi où il est pratiquement impossible de circuler!

Personnellement, j’avais consulté l’horaire en ligne, qui sort dans la première semaine du mois de novembre. Super excitée, je m’étais fait un horaire pour organiser mes dédicaces de livres (j’en avais environ 50). Une pile de livres par jour! Je charge ma première pile pour ma première journée : en route pour les dédicaces! Évidemment, tout ne pouvait pas être si rose… Grosse déception en arrivant au Salon : on ne peut se fier à l’horaire en ligne puisqu’il diffère de celui qui est affiché dans le guide disponible directement sur place.

Un petit conseil pour les fêlés comme moi qui veulent aller au Salon pour les dédicaces : allez vous procurer le guide avant d’y aller avec vos livres. Sinon, vous allez trainer des kilos de livres pour rien et vous déboiter les épaules avec votre sac à dos trop lourd (histoire vécue…).

Pour les autres? Promenez-vous de kiosque en kiosque. N’ayez pas peur de parler aux auteurs : ils sont là pour vous parler de leur passion et de leur œuvre. Les conversations que vous pouvez avoir avec eux sont extrêmement intéressantes et vous pouvez définitivement découvrir des perles rares!

Pour toutes les informations importantes, voici le site web officiel :

http://www.salondulivredemontreal.com/Infospratiques.asp .

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s