Lettre de pitié

(Par Myriam Beaulieu)

C’était il y a quelque jours. Je me préparais le matin pour aller travailler, et j’ai entendu l’histoire très vaguement, à la télé. Puis, par la suite, je me suis mise à faire des recherches. Soyons clairs, je n’ai pas eu à chercher bien loin ; l’histoire était sur toutes les lèvres, sur tous les réseaux sociaux, et sur tous les sites webs d’informations.

Cette histoire est la suivante.

(Cliquez sur l’image pour agrandir)


Une mère, qui demande à une autre de déménager, parce qu’elle ne peut plus endurer le fils autiste de cette dernière.

Coup de grâce, elle demande, au pire, de le faire euthanasier.

Faire euthanasier l’enfant atteint d’autisme, tel un animal.

Silence.

Les chances, ma chère  »mère » (parce que vous osez vous donner ce titre) que vous lisiez cette lettre sont quasi-nulles, voire inexistantes. Mais si vous pensiez sincèrement pouvoir écrire de telles abominations sans que cela ne se sache, ou encore, sans que personne ne réagisse, honte sur vous.

Je commencerai cette lettre en vous expliquant très grossièrement ce qu’est l’autisme, puisque vous semblez penser qu’il s’agit d’une quelconque maladie attribuée à des animaux, genre, la rage ou je-ne-sais-quoi ;

L’autisme est caractérisé par des troubles du développement humains, eux caractérisés par une interaction sociale et une communication anormales, avec des comportements restreints et répétitifs [source ; wikipedia.org] .

Je ne m’y connais absolument pas là-dedans, mais il me semble que c’est assez clair. Donc, ceci-dit, poursuivons.

Dans votre ligne de pensées, parce que cette mère fait tout son possible pour essayer d’élever un enfant qui a des troubles de communication et d’interaction sociale, elle devrait déménager, parce que cela vous pertube, et encore PIRE, pertube vos enfants  »normaux ». Cet enfant ne fait absolument rien en votre direction, et en bon québécois, il ne fait que vous  »taper sur les nerfs ». Très bon motif, bien expliqué, bien valide.

Règle numéro 1 : avec des enfants, c’est assez simple. Si quelque chose leur fait peur, on leur explique. J’étais très jeune quand mes propres parents m’ont expliqué ce qu’était la Trisomie 21, puisque je m’étais bien rendue compte qu’il y avait des enfants différents autour de moi. Passons.

Règle numéro 2 : je n’ai jamais donné naissance à un enfant moi-même, et je dirais que mes connaissances niveau maternité sont assez restreintes. Mais il me semble, que lorsqu’une femme donne naissance à un enfant qui a un quelconque problème, ce n’est pas tellement par choix.

Règle numéro 3 :  »Euthanasier » veut dire  »tuer », Madame. Peut-être que vous ne le saviez pas, étant donné que vous ne sembliez pas au courant de ce que voulait dire  »autiste » non plus, sait-on jamais. Donc, si je comprends bien, vous demandez à cette mère de faire tuer son enfant parce qu’il est différent? Parce qu’il est né avec un trouble qui n’est en aucun cas contrôlable (je crois), et surtout, de la faute de personne. Vraiment? Vous me voyez complètement sans mots, ici. Et c’est la seule raison pour laquelle le paragraphe s’arrête ici. J’ai le syndrome de la page blanche concernant votre lettre.

En résumé, on devrait largement exterminer toutes les personnes avec des troubles mentaux ou comportementaux ou encore avec des handicaps physiques parce que ça pourrait perturber votre quiétude, qui sait. Et même aller jusqu’à traumatiser TOUT le voisinage, bien sûr.

Vous avez du front tout le tour de la tête, ma chère dame. Ou plutôt, soyons impolis pendant un moment, un méchant problème dans cette dernière. Cliché oui, répété plus de 100 fois sur les réseaux sociaux durant les deux derniers jours, mais tellement essentiel à dire ; la personne anormale, c’est vous, et personne d’autre. La personne qui dérange la quiétude des autres avec de tels propos, c’est vous.

Je n’ai pas l’habitude de souhaiter du malheur aux autres, mais vous avez largement dépassées les bornes.

Cette lettre que vous avez écrite est une horreur, et très franchement, mon cœur balance entre la prison à vie pour vous, ou carrément de vous faire euthanasier, vous aussi. C’est lourd, c’est direct, c’est peut-être dangereux et gratuit de dire cela, et au bout du compte, je ne suis pas vraiment mieux que vous, si je vous relance la balle d’une telle façon. Mais qu’est-ce qu’on peut SINCÈREMENT souhaiter d’autre à quelqu’un qui demande à une maman de faire tuer son enfant parce qu’il est différent? Parce qu’il dérange vos petites oreilles?

Et après tout, tous ceux qui ne sont pas normaux et qui dérangent devraient mourir, n’est-ce pas? Et bien, vous êtes en plein dedans. Les monstres ne sont pas normaux. Ne vous inquiétez-pas, personne ne viendra perturber votre quiétude, là-haut.

Du plus profond de mon être, je vous souhaite de trouver la paix intérieure, de la tolérance, et surtout, de l’amour, Madame. Au plus vite.

Je ne ressens rien d’autre que de la profonde pitié pour un être humain comme vous. J’espère profondément qu’avec le temps, vos pauvres enfants seront en mesure de forger leur propres opinions quant au monde qui les entourent, parce que vous n’êtes clairement pas une référence.

Avec vous Madame, l’humanité vient de toucher un bas-fond jamais atteint.

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s