Les dix façons de… se réveiller

(Par Renaud Leduc)

Les jours se suivent et se ressemblent ou diffèrent, tout dépendant des journées mises à l’épreuve de la comparaison. On peut prendre cette comparaison à grande échelle en disant que chaque jour on se réveille, on fait quelconque activité durant le courant de la journée et on termine en retournant au point de départ de cette tranche de vie, soit en retournant dormir dans son lit douillet, confortable, accueillant, moelleux etc… (plusieurs qualificatifs peuvent être utilisés pour décrire le confort qu’un lit peut apporter mais le lecteur comprendra mes intentions après n’en avoir mentionné que quatre). Mais on peut aussi prendre tout au pied de la lettre et spécifier qu’il est improbable que chacune des actions commises au cours d’une journée soit identique à celles d’une autre journée soumise à cette rigoureuse évaluation.

Parmi ces facteurs qui ne cesseront d’être différents, on dénote bien évidemment les quelques secondes marquant le début de la journée: le réveil. Effectivement, un individu quelconque utilisera plusieurs différentes façons de se réveiller au cours des jours. Il peut y avoir des façons de se réveiller qui sont plaisantes voir même orgasmiques tandis que d’autres sont si désagréables qu’elles enclenchent le mécanisme de questionnement « Qu’est-ce que je fais sur cette planète? ». Pour bien démêler le tout, quoi de mieux qu’un nouvel article comprenant 10 façons de se réveiller!

1- Traditionnel

La manière la plus traditionnelle de se réveiller est celle utilisée par la majorité des gens qui ont une certaine routine et est celle qui devrait être utilisée pour maximiser son énergie et ainsi rentabiliser sa journée au maximum. Il suffit bien évidemment de programmer son réveil matin à une heure prédéfinie pour être à l’heure à un rendez-vous quelconque (souvent le travail, mais peut aussi être l’école, un rendez-vous chez le dentiste, une joute de backgammon, une entrevue au canal Vox etc…). Il est intéressant de noter que les adeptes de cette méthode l’utilisent pour être à temps pour un rendez-vous relativement tôt le matin. L’être humain n’ayant pas d’horloge intégrée, il cherchera à dormir le plus longtemps possible si le sommeil n’est pas brutalement arrêté par quelconque mécanisme extérieur. Alors si l’événement qui requiert le réveil de l’individu est suffisamment tard pour que le sujet puisse se réveiller par ses propres moyens, l’utilisation d’un réveil externe n’est pas nécessaire. C’est pourquoi le réveil matin ne sera utile qu’en matinée.

2- Naturel

Le réveil naturel peut être considéré comme le contraire du réveil traditionnel. Cette façon de se réveiller peut être utilisée par l’individu n’ayant strictement aucune raison de se lever tôt. Il est donc normal pour cette personne de ne rien faire pour planifier son réveil. Cette façon de se réveiller peut être utilisée à n’importe quel endroit puisqu’elle ne nécessite rien. On peut l’utiliser autant chez soi que chez quelqu’un d’autre, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, autant avec ou sans Gilles Gougeon comme compagnon de nuit etc… C’est donc la manière universelle pour se réveiller. Quoique cette façon soit sans contredis la plus simple, la façon traditionnelle reste la plus utilisée par la plupart des gens. Il faut croire que les gens sont d’un naturel occupé et qu’ils ont un besoin pressant de se réveiller à l’heure pour apprécier à fond leur journée. Le réveil naturel est pour les gens simples qui ne se pressent pas, qui n’ont rien à faire, qui dorment 23h sur 24, qui sont paresseux, fainéants, crasseux et mous. Il existe tout de même un désavantage à ceci: l’heure du réveil est totalement aléatoire, ce qui peut résulter à une confusion intense et donc enclencher un dérèglement biologique nuisible.

3- Animal

Une façon peu orthodoxe de pratiquer l’éveil est de le faire en se fiant sur un animal quelconque. La nature de l’animal importe peu ici. On peut faire affaire avec un animal de compagnie comme un chat ou un chien mais on pourrait très bien utiliser un escargot, une chauve-souris, un ours, un dauphin ou une girafe, l’effet serait le même. Un animal étant difficile à programmer pour le réveil à une heure fixe, utiliser cette méthode revient purement au hasard. L’individu choisi exerçant le sommeil se réveillera lorsque l’animal fera du vacarme et/ou viendra sur le lit pour le déranger. Comme spécifié auparavant, le moment du réveil est aléatoire. Très souvent, l’animal n’est pas autonome donc le réveil humain correspondra avec la faim animale. Si l’homme ne se réveille pas pour nourrir l’animal, il se pourrait que ce dernier perde patience et mange l’homme, ce qui n’est pas rare. Il est déconseillé d’utiliser cette méthode si un rendez-vous important vous attend la journée suivante car les probabilités que vous vous réveilliez à temps peuvent être faibles en tenant compte de la fiabilité de certains animaux.

4- Bizarre

Il peut arriver quelques fois que le réveil porte le sujet dans une confusion totale. L’individu se retrouvera dans un endroit inconnu et assez bizarre au premier regard. Cette situation peut être le résultat de plusieurs événements (i.e. un kidnapping, être sous l’effet de quelconque substance, le fait que son lit soit soudainement envahi par une meute de plombiers ayant des guirlandes de Noël à la place des bras etc…). Souvent, au réveil, quelques secondes sont nécessaires pour pouvoir faire la différence entre le monde du rêve et le monde réel. Faisant face à une situation bizarre au réveil, on pense alors que le rêve n’est pas terminé mais après un certain laps de temps (qui peut varier entre une fraction de seconde et plusieurs longues heures) une phase de questionnement s’enclanchera. La question qui reviendra le plus souvent sera « Où suis-je? ». S’en suivra un long débat philosophique ainsi qu’une enquête policière pour élucider le mystère. Souvent, le mystère de l’endroit bizarre du réveil ne sera jamais éclairé et le sujet mourra dans cet endroit. Une fin sinistre totalement injustifiée, sauf si des armes blanches se trouvaient cachées sous l’oreiller du lit bizarre. Le tué aura alors pu abréger ses souffrances en se tranchant les différentes parties de son anatomie, un processus éducatif et amusant.

5- Compter sur quelqu’un d’autre

L’homme étant paresseux de nature, si une méthode autre que de programmer un cadran, ce qui peut prendre de longues secondes et fatiguer de nombreux muscles, est disponible, il ira sans hésiter vers cette autre méthode. Une méthode pouvant être utilisée est celle de compter sur quelqu’un d’autre pour se faire réveiller à la bonne heure. Cette méthode est plus efficace si l’individu recherchant le réveil est accompagné d’une ou de plusieurs autres personnes dans son logis. Autrement, l’efficacité de cette méthode frôle les 0%. Donc avant d’aller se réfugier dans son lit pour dormir, la personne voulant se réveiller à une heure fixe demande à un ou une semblable de venir l’aider à se réveiller le matin suivant. Cette façon de se réveiller est plus efficace si le ou la complice est déjà debout lors du moment de venir réveiller son acolyte. S’il faut que la deuxième personne se lève seulement pour venir réveiller la première, le résultat peut être frustrant pour la personne qui incarne le réveil humain. Pire encore, elle pourra oublier de se lever volontairement ou non. La suite des événements est alors bien simple: une dispute verbale et physique avec des arguments très possessifs tels que « Oui mais moi » ou bien « Je suis plus important que toi, MOI ». Le climat dans le logis deviendra alors très tendu et beaucoup moins convivial. Voilà pourquoi il vaut toujours mieux prendre soi-même ses responsabilités.

6- Anti-réveil

Ici, on a affaire à une personne qui ne se réveille pas, donc à une personne qui ne dort pas. Cette personne est d’un ridicule continu car elle est fatiguée à en mourir et ne fait que se traîner partout où elle va. Pour une raison souvent inconnue (qui peut varier entre « je suis allergique au sommeil » et « j’ai peur que Clint Eastwood vienne me croquer les oreilles quand je dors »), cette personne se résignera à toute forme de sommeil. On a beau lui expliquer que c’est important et que son métabolisme a besoin de quelconque repos pour pouvoir bien fonctionner, elle rétorquera toujours « si je dors, je perds du temps pour faire autre chose ». Vous aurez deviné, ses arguments sont tout à fait valides et il n’y a absolument rien à faire pour essayer de la convaincre du contraire. Il vaut mieux abdiquer et s’avouer vaincu. Mais certains continueront tout de même à s’essayer, à tenter de raisonner cette personne mais toute tentative restera vaine. Mais la seule façon de forcer cette personne à dormir est évidemment de ne rien faire du tout. Vous aurez compris que cette personne dépense beaucoup trop d’énergie en ne dormant pas. C’est un combat continu. Donc après un certain temps, cette personne tombera par elle-même et dormira sans s’en rendre compte. Elle utilisera dans ce cas probablement la méthode naturelle puisqu’elle n’aura pas pris le temps de programmer quelconque artifice pour se réveiller puisque cette partie de la vie ne fait aucunement partie de ses habitudes.

7- Sursaut

Le réveil en sursaut peut être agréable ou désagréable. En fait, il faut bien discerner les concepts qui distinguent cette façon de se réveiller: elle se divise en 2. La première dimension de cette méthode est lorsque, en pleine nuit, l’individu se réveille en sursaut pour une cause indéterminée (très souvent à cause d’un cauchemar) et donc a souvent peur et essaie de se remettre de ses émotions. Cette première phase, celle du cauchemar, se divise aussi en deux: la première phase désagréable et la deuxième agréable. Pour expliquer, voici une mise en situation: Je suis dans un labyrinthe dont les murs sont des fraises géantes m’insultant en allemand et je me fais courir après par des haches ayant des griffes de chat et une vadrouille comme tête… j’arrive à un précipice où Lise Dion pue et me menace avec une tronçonneuse et me pousse en bas… je me réveille en sursaut, survient alors la première phase, la phase désagréable, celle où je pense encore être dans mon rêve, mais après quelques instants survient la phase agréable, où je réalise que ce n’était qu’un rêve. Il existe une autre façon de se réveiller en sursaut mais cette fois-ci, ce n’est pas au milieu de la nuit mais bien le matin, en fin de nuit. Cet éveil survient lorsque l’on a un rendez-vous important et que l’on a oublié de prévenir le réveil. Donc, l’utilisateur préconisera sans le vouloir la méthode naturelle mais se réveillera en sursaut et aura comme premières paroles « Zut de flûte, je suis en retard ». Le degré d’inconfort de cette méthode est proportionnel à l’importance du rendez-vous raté ou retardé.

8- Faux sursaut

Cette méthode est semblable à la précédente. En fait, les ressemblances avec la première partie de la façon #7 (Sursaut) sont frappantes car elle se divise elle aussi en 2 parties distinctes, la phase désagréable et la phase agréable. L’individu utilisant cette méthode se réveillera en sursaut pensant instinctivement qu’il est définitivement en retard pour un rendez-vous quelconque. Une fois les quelques secondes écoulées de la première phase, où l’individu panique et essaie de garder son sang froid, la seconde phase du processus peut alors commencer. La fameuse phase agréable où l’individu se résignera finalement à regarder son réveil matin pour se rendre compte qu’il lui reste encore quelque temps pour terminer son sommeil avant le réveil (ce laps de temps peut varier entre quelques secondes et une bonne trentaine d’heures, rarement plus). Cette sensation s’installe bien confortablement dans le top 5 des sensations les plus agréables aux côtés de « se faire masser les oreilles par un homme gras », « bécoter des fraises à la mi-mai en soirée », « réciter un conte pornographique à un fermier et ses 4 lapins » ainsi que « dormir dans un conteneur à déchets à la pleine lune avec le fabriquant des voitures Hot Wheels ». Il faut souligner que cette méthode constitue un risque face au réel réveil de l’individu car après une première fausse tentative, il aura tendance à avoir un sommeil plus profond et pourra alors passer tout droit, ce qui résultera en un vrai réveil en sursaut. Le mieux reste alors de rester éveillé même s’il est trop tôt et d’occuper le temps qui vous sépare de votre événement de plus ou moins grande envergure en consultant « Les 10 façons de… Passer le temps », du même auteur (trop frais, le gars est rendu qu’il se réfère lui-même!).

9- Dérangement externe

Quoi de plus agréable que de dormir une bonne nuit de sommeil, autant que l’on désire, sans se faire déranger par aucun moyen possible? Sincèrement, cette activité peut être fort appréciée mais il est possible que cette tendance soit complètement renversée alors qu’un certain dérangement provenant de l’extérieur influe dans le sommeil de façon nuisible en l’arrêtant complètement. Parmi les dérangements extérieurs plausibles, on retrouve l’appel téléphonique, quelqu’un qui sonne à la porte, des gens qui viennent faire des travaux d’infrastructure sur le toit, des gens qui viennent faire des travaux d’infrastructure dans votre salle de bain, des gens qui viennent faire des travaux d’infrastructure sur votre visage et j’en passe… Bien évidemment, ces situations qui viennent mettre une fin abrupte au sommeil sont très désagréables et peuvent drastiquement changer l’humeur de certaines personnes subissant un tel traitement. Les statistiques prouvent que presque tous les gens subissant un tel réveil ne seront plus capables de se rendormir par la suite, ce qui implique une double frustration (le réveil prématuré et l’impossibilité de retourner dans cet état comateux). Il est donc fortement déconseillé aux personnes entourant l’individu atteint de ces traumatismes de rester près de ce dernier. Des gestes agressifs peuvent être causés et tout dépendant de la délicatesse des actions posées, une ou plusieurs morts peuvent s’en suivre. Oui, c’est possible qu’un simple dormeur devienne meurtrier. La vie est ainsi faite et il est alors très important de rester bien à l’abri de ces véritables robots sans émotions pouvant éclore au simple réveil inapproprié.

10- Vomir

De tous les désagréments composant la vie, certains se démarquent évidemment des autres. On peut aussi établir une liste de désagréments au réveil qui peut s’éterniser longtemps. Une des façons très désagréables de se réveiller est en rejetant par la bouche ce qui était dans l’estomac par une brusque contraction du diaphragme, ou plutôt en faisant l’action de vomir. Cet inconfort gastrique matinal peut être dû à plusieurs facteurs comme par exemple l’ingestion d’une trop grande quantité de certains fluides etc… L’inconfort au moment du réveil est alors à un niveau maximal et difficilement atteignable mais après les quelques secondes (ou minutes…) durant lesquelles l’individu doit évacuer ce qui le gêne, le confort devient une sorte de libération… mais pour combien de temps? Ce confort artificiel peut se transformer en inconfort lorsque l’individu atteint de ce syndrôme effectue un faux mouvement ou voit quelque chose qui ne lui plaît pas (cette conception peut différer pour chaque personne, quelqu’un peut trouver que de magasiner du pavé uni peut être réconfortant alors qu’un autre peut trouver cela répugnant et donc aggraver sa situation). Il est à noter que l’individu utilisant cette méthode pour se réveiller le fait rarement volontairement. Très souvent, un autre dispositif de réveil est disponible et prêt à travailler mais les douleurs gastriques arrivent normalement à l’improviste sans prévenir. C’est donc une mauvaise idée de se fier à cette méthode pour assurer un réveil à la bonne heure car selon les sondages, seulement 31,6% des gens ayant utilisé cette méthode se sont réveillés à la bonne heure.

 

 

Il faut toujours garder en tête que le sommeil est important pour avoir un bon métabolisme et qu’il sera toujours présent dans notre vie, donc que la phase de réveil occupera toujours les premiers instants de la journée. Alors faites attention et choisissez intelligemment votre façon de vous réveiller!

Bonne nuit… et bon réveil!

Restez en contact et informez-vous pour mes prochaines descriptions fatales de la vie.

SALUT!

Copyright  ©  Renaud Leduc 2006

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s