Histoire de noël

(Par Ioan Sénécal)

Que vous soyez du style «Oh mon Dieu, que j’aime le temps des fêtes, la musique, les cadeaux et la neige» ou encore «Pas encore les %&$#@%& de cantiques, pis les cadeaux que tu vas retourner pis la musique plate à %&$#&!», vous allez, machinalement ou non, prendre les quelques jours de congé qui vous sont offerts pour vous reposer, voir vos amis et votre famille et célébrer… mais célébrer quoi au juste?!

En effet, depuis quelques décennies, le Québec et une bonne partie de l’Occident se sont laïcisés et ont, peu à peu, abandonné la part du lion des pratiques religieuses quelles qu’elles soient. Et au delà de la récupération de Noël par les multinationales et autres entreprises qui en ont fait une orgie de consommation qu’il devient de plus en plus dur d’éviter, il reste encore, malgré tout, au fond de la plupart d’entre nous, le désir de fêter quelque chose à cette période de l’année!

Photo

Ce désir, il est selon moi profondément ancré dans notre imaginaire collectif et devrait continuer de faire de Noël une fête à la vie dure, bon an mal an, au gré de nos élans de spiritualité. Si je crois cela, c’est en raison de l’histoire particulière de la fête de Noël.

En effet, bien avant Jésus Christ, bien avant même les premiers prophètes de la tradition Judéo- Chrétienne, la fin du mois de décembre avait un aspect sacré pour de nombreux peuples. Ainsi, par exemple, les peuples celtes de l’Europe soulignaient de façon souvent spectaculaire le passage des saisons et, plus précisément, l’arrivée du solstice d’hiver (la fin de la décroissance de la durée des journées) que l’on voyait comme une renaissance de la lumière sur l’obscurité, l’arrivée de l’espoir qu’un jour il fera clair plus longtemps (désir que bon nombre de Québécois partage j’en suis certain!). Quand je dis qu’on soulignait de façon spectaculaire l’arrivée du solstice d’hiver, on a qu’à penser à Stonehenge; le monument a été construit pour s’illuminer de façon grandiose au moment précis où le soleil se lève le jour du 21 décembre. Pour avoir déjà fait du terrassement, croyez-moi qu’il fallait une grande motivation pour soulever et positionner ce genre de roches!

Plus tard, dans la période de la Rome antique, on fêtait, à l’arrivée du solstice d’hiver, les Saturnales, c’est-à-dire la fête du Dieu Saturne (oui oui, le gars avec des anneaux!). Cette fête se voulait un moment de grande réjouissance pour tous puisqu’elle signifiait le retour d’un soleil vigoureux, pourvoyeur de bonnes récoltes. Pour souligner et encourager la joie de ce retour, tous les individus de la société romaine échangeaient de place; l’esclave pouvait faire ce que bon lui semblait, le plébéien pouvait dire ce que bon lui semblait, même à un éminent membre du Sénat et ainsi de suite, sans que personne ne refuse à se prêter au jeu! Je suis pas mal convaincu qu’une fête de la sorte provoquerait des interactions intéressantes dans le monde d’aujourd’hui (je me verrais bien premier ministre d’un jour!!).

Éventuellement, un certain Jésus de Nazareth vint fonder une religion qui, portée par un nombre important de fidèles, va devenir la religion officielle de l’Empire romain et du coup, dominer la vie spirituelle de la Méditerranée et d’une bonne partie de l’Europe continentale! Mais, quand je vous disais que Noël avait la vie dure, je ne parlais pas au travers de mon chapeau! Déjà, à cette époque, malgré la conversion de la majorité de la population de l’Occident romain au Christianisme, la majorité des gens continuait de fêter les Saturnales et autres fêtes païennes célébrant le solstice d’hiver! Devant ce problème, un cercle d’importants ecclésiastiques a dû tenir à peu près la conversation suivante: «Ils vont pas arrêter de fêter cette %#@%& de fête païenne même si on leur dit qu’ils vont aller en Enfer!» «Attends un moment! Il est écrit nulle part dans la Bible à quelle date était né Jésus… Ce serait drôle si ca tombait à la fin du mois de décembre en plein en même temps que leur solstice d’hiver!» «Bonne idée!!!»

À partir de ce moment, le 25 décembre fut fixé comme date de la naissance de Jésus Christ et remplaça, dans l’imaginaire collectif, l’arrivée du solstice d’hiver comme raison de réjouissance numéro 1 de la fin de l’année!

Photo

Cependant, le Christianisme faisait encore face à la menace païenne dans les contrées scandinaves! En effet, plutôt que d’idolâtrer une crèche représentant la nativité lors du jour de Noël, les Européens du Nord continuaient de souligner l’importance du sapin, symbole de renaissance et de l’Arbre-Monde Yggdrasil. Conséquemment, cette tradition s’est elle aussi vue intégrée aux célébrations de Noël sous forme de sapin sous lequel on déposait des cadeaux pour souligner la générosité de Dieu qui avait envoyé son fils Jésus pour sauver les hommes!

Mais Noël ne serait pas la même sans notre bon vieux Père Noël!  Dans ce cas aussi, l’histoire remonte à très loin! En effet, encore dans les pays scandinaves, on avait comme coutume de croire en l’existence d’un lutin de Noël, le Julenisse, qui distribuait des cadeaux aux enfants tout en protégeant les chaumières des mauvais esprits! À ce mythe, qui avait lui aussi la vie dure, les membres du clergé ont administré la même médecine; on a substitué au lutin scandinave un évêque béatifié, Saint-Nicolas, qui, selon la légende, donnait des cadeaux aux pauvres de la ville de Myre dans l’Empire byzantin! À l’époque, on représentait Saint-Nicolas non seulement comme un distributeur de récompenses, mais aussi comme un donneur de punitions aux enfants qui n’avaient pas été sages (on l’appelait alors Père Fouettard). Finalement, l’image du Père Noël que nous connaissons s’est établie au début du 19e siècle et fut définitivement fixée par Coca Cola avec sa célèbre publicité de 1931.

Bref, j’espère que vous comprenez mieux pourquoi, dans les jours à suivre, vous devrez vous taper nombre de soupers à la dinde et aux atocas  en écoutant 46 versions différentes d’une même chanson de Noël! Et au fond, que vous préfériez fêter la naissance de Jésus, le solstice d’hiver ou encore le simple bonheur de revoir des gens qu’on aime, profitez sans compromis de cette pause bien méritée! Joyeuses fêtes!

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s