Univers, édition #3 : La formation des étoiles (Partie 1)

(Par Martin Gioffre)

Avec l’objectif d’en savoir toujours plus sur le monde qui nous entoure, l’être humain cherche de nouvelles façons de voir plus loin que ce que ses yeux lui permettent de voir. Il essaie de comprendre plus loin que ce que son cerveau lui permet de concevoir. Il a soif de connaissances, il veut tout connaître, de l’infiniment petit à… l’infiniment grand.

Il est évalué qu’il a fallu plusieurs centaines de millions d’années avant que se forment les premières étoiles. Et ces premières étoiles étaient immenses : en moyenne plus de 100 masses solaires, soir cent fois le poids de notre Soleil. Un regard sur ces étoiles éphémères qui ont donné naissance à notre Univers tel qu’il est aujourd’hui.

Tel que vu dans la précédente édition d’Univers, les premières molécules d’Hydrogène (et d’Hélium) ont mis des milliers d’années à se former. Il a fallu attendre des dizaines ou des centaines de millions d’années avant de voir suffisament de gaz s’accumuler et se condenser avant de voir les premières étoiles naître.

Toute matière dans l’Univers possède une masse, et, par conséquent, est soumise aux lois de la gravité. Chaque atome crée donc une sorte de champ magnétique qui attire les autres atomes et vice-versa. Une fois qu’une masse critique est accumulée (généralement sous forme de nuages immenses, souvent aussi grands que notre Système Solaire), cette masse, ce nuage, s’effondre sur lui-même et le niveau de compression ainsi que la température qui en résulte forme une étoile.

Cette formation ne pourrait avoir lieu sans des températures de dizaines de millions de degrés Kelvin, qui font vivre les étoiles par fusion nucléaire.

Pour fabriquer un atome d’Hélium, il faut impérativement deux atomes d’Hydrogène. qui doivent donner chaqun leur proton pour arriver à former l’élément à deux protons. Cette fusion, qui n’est que très difficilement réalisable sur Terre, a lieu sous une pression et une température avoisinant les 50 millions de degrés Kelvin et dégage une quantité d’énergie capable de tout pulvériser sur son passage. C’est grâce à ce procédé que les étoiles restent en vie.

La température à la surface d’une étoile comme notre Soleil n’est que d’environ 5800 degrés Kelvin, ce qui est très chaud pour nous mais semble très infime par rapport aux températures énoncées plus haut. C’est parce que les millions de degrés nécessaires à la fusion nucléaire n’est atteignable qu’au centre des étoiles, là où la pression est énorme.

Rendez-vous la semaine prochaine pour connaître comment fonctionnent ces géants cosmiques. Je vous laisse avec une vidéo sans parole. Allumez vos hauts-parleurs!

 

Advertisements

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s