To be un Québécois

(Par Julien-Pierre Maltais)

Pauline, oh ma belle Pauline.

Comme tout le monde, j’ai décidé de lancer ma pincée de sable dans l’immense plage des opinions concernant la charte des valeurs québécoises.

J’ai pensé à toi hier, Pauline, en épluchant les beautés qui habitent les bas-fonds de mon Facebook. Tu vois, depuis que tu as parlé de ta « charte des valeurs », je me questionne beaucoup sur ce que c’est, être Québécois. Tu n’en as probablement pas conscience, mais je suis plutôt fédéraliste. Ceci étant dit, mes positions politiques ne changent pas le fait que je vis, travaille et étudie au Québec. Il est donc de mon devoir de me préoccuper de ce qui se passe dans ma terre natale.

Je me questionne donc sur ces « valeurs  québécoises ». On veut quoi, nous? On accepte quoi? On rejette quoi? On la trace où, la toute mince ligne qui sépare notre envie d’intégration sociale à notre identité profonde? C’est rough comme question Pauline, et tu as les couilles de l’emploi pour t’y pencher.

Mais là, en visitant mon Facebook, j’ai vu une photo qu’un de mes amis avait « aimée ». C’était une photo où on voyait le string d’une femme musulmane voilée et les commentaires accompagnant la photo étaient, on peut s’en douter, un peu déplacés. C’est pas tout le monde, Pauline, qui s’exprime aussi bien que toi en public.

Mais là, j’ai vu le dernier commentaire. Je tairai le nom de la personne, mais il allait comme suit :

Fuck yon ldroit dporter et dmontrer le string mais pas sa face….ouin sen dit long de leurs traits familliales poiluses pis y sentent la marde dla yeullll

La première chose que tu me diras, Pauline, c’est que la personne écrit comme quelqu’un ayant pratiqué le saut en parachute sans parachute, et tu as raison. Tes yeux saignent, je comprends, et c’est pourquoi je traduirai donc le commentaire dans un français décent.

Merde, ils [les musulmans] ont le droit de porter et d’exposer leurs sous-vêtements, mais sont limités quant à l’exposition de leur visage. Bref, cela en dit long sur leur héritage familial à pilosité élevée. Qui plus est, ils ont une haleine franchement désagréable.

Je crois qu’on est d’accord, Pauline, que les accommodements raisonnables, c’est quand même un gros ramassis de merde. Changer les heures de No Parking dans Outremont, mettre au rancard nos arbres de Noël…pas mal tout le monde que je connais sont d’accord pour dire que ça ne devrait pas avoir lieu. Là-dessus, on s’entend : y’a bien une limite à tout, et la limite, c’est aux pieds de la bêtise accommodante qu’on doit la tracer. Le Québec, c’est le Québec, et au Québec on fête Noël et on va voter à visage découvert. Au Québec, ce n’est pas combien tu contribues à la campagne d’un parti politique qui devrait pouvoir changer dans quel sens tu peux conduire ta voiture.

En lisant le commentaire précédent, Pauline, on se rend vite compte que le Québec, même s’il a vu naître quelques grands artistes, politiciens et scientifiques, n’est pas exempt de son lot de tarés. La fille qui a écrit ce commentaire, on s’entend, n’a pas une job au Parlement. Le problème, c’est que cette fille-là, elle vote. Cette fille-là, elle fait partie du grand pouvoir décisionnel inhérent au fait d’être un citoyen. Ça fait peur, Pauline.

Avec ta charte des valeurs québécoises, tu viens flatter cette fille dans le sens du poil :

 Oui oui, tout va être beau…on va être entre « nous »  dans pas long, ma belle. 

C’est le genre de discours que plusieurs Québécois veulent entendre, et tu sais quoi, je ne t’en veux pas de mordre à belles dents dans le fruit de l’ignorance. C’est un peu ça, la politique, non?

Moi, tu vois, je suis agnostique. Je trouve que ça n’a aucun sens, la religion, mais ce n’est pas l’avis de tous.

Ce qui nous différencie des « autres », les habitants de ces pays où « bin esti si moé j’y irais faudrait j’fasse comme qu’eux qui fassent », c’est que nous, on est un brin civilisé pour ce qui touche les droits de l’homme. C’est dur ce que je dis là, mais c’est vrai. Que la femme qui m’aide à l’hôpital à ce que mon bras reprenne en un seul morceau après que je sois tombé d’un arbre porte un voile, une croix ou un tatou de licorne, moi, ça me stresse pas trop. Le résultat final, c’est que mon bras finisse par fonctionner à nouveau.

Je dis pas de se péter le dos en deux et d’obliger tout le monde à se sentir à l’aise devant une femme qui porte un voile intégral! Je dis juste que, tout en ayant une opinion sur le sujet et en s’assurant de préserver le fondement de notre identité, on peut, peut-être, laisser les gens vivre leur vie.

Appelle-moi, Pauline. J’m’ennuie.

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s