Don’t thread on moi (2ème partie).

(Par Julien-Pierre Maltais)

Où en étions-nous déjà? Ah oui, ceux qui en ont, des armes.

Celui qui décide, dans la rue, de se procurer une arme pour régler ses comptes ne tiendra évidemment pas compte des régulations imposées par le gouvernement, et ce pour deux raisons. Premièrement, jamais ne passerait-il au travers des procédures légales menant à l’obtention d’un permis d’acquisition d’arme à feu. Deuxièmement, et c’est là que le bât blesse, il désire une arme à feu pour COMMETTRE UN CRIME! Le criminel est, par définition, celui qui brise les lois! Resserrer ces lois, voire interdire la possession d’une arme, n’affecte nullement celui qui allait au départ s’en servir pour commettre un crime! Dans toutes les belles envolées lyriques contre les armes à feu qu’on peut entendre après une tragédie, jamais ne parle-t-on de ce qu’on va faire pour combattre le crime. On entend seulement nos politiciens et nos organisations citoyennes bien pensantes dire à quel point il faut restreindre l’accès aux armes en général. La dame qui désire faire du tir sportif les fins de semaines avec son fils et le criminel qui commet un vol à main armée ne devrait pas avoir la même priorité pour notre gouvernement; ça tombe sous le sens.

J’ai eu, l’autre soir, une discussion intéressante avec un ami qui maintenait que, si une personne ne faisant pas parti d’un corps policier ou militaire pouvait posséder une arme, le taux de crime augmenterait. Son exemple?

– « Disons qu’un gars accroche ton char, et t’es frustré, et que tu sors de ton char avec ton gun, bin tu peux le tirer. C’est juste vraiment facile ».

-« Et si quelqu’un t’accrochait là là, tu sortirais de ton char et tu le battrais à mort, right? »

-« Non! ».

-« Okay, alors pourquoi tu lui tirerais dessus? »

-« Bin, moi je lui tirerais pas dessus là, mais…les autres peut-être ».

C’est comme avoir une discussion sur les fusils avec quelqu’un qui se roule un joint et qui te dis, le plus sérieusement du monde, que si on les interdisait, plus personne ne pourrait s’en procurer.

Si un permis de possession permet à son détenteur d’acquérir une arme à feu, il ne lui permet en AUCUN CAS de la trimbaler avec lui. Le seul moment où il peut se déplacer avec son arme est lorsqu’il se rend au stand de tir. Un accroc à ce règlement résulterait, si pris sur le fait, à une confiscation de ses armes et à une amende salée (voir un séjour en prison, dépendamment bien sûr des circonstances).

Vient ensuite inévitablement l’argument du suicide. « C’est bien plus facile de se tuer avec un gun, non? ». Hum, pas nécessairement. Si les suicides manqués sont fréquents lorsque l’individu choisit une arme à feu comme moyen de mettre fin à ses jours, je crois que cet exemple tombe dans la même catégorie que celle du criminel : il allait déjà poser un geste.

Il y a de ça quelques années, un de mes meilleurs amis s’est enlevé la vie en utilisant des médicaments. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à lui et que j’honore sa mémoire. Avant d’écrire ces lignes, je me demandais ce qui se serait passé si, le jour où il a décidé de passer à l’acte, il avait eu accès à une arme à feu. Avoir eu accès à un fusil, je crois qu’il l’aurait utilisé, parce que c’est le résultat qui le motivait, et non pas le moyen.

Je trouve tous les arguments commençant par « mais si t’as un gun, c’est plus facile de… » fallacieux et d’une facilité déconcertante, mais je ne peux vraiment en vouloir à ceux qui les expriment : combien de ces gens savent vraiment ce que c’est, une arme à feu? Combien d’entre eux ont, une journée, appris les rudiments du tir à la cible? Très peu, j’en ai peur. Sans savoir vraiment de quoi il en retourne, il est facile, semble-t-il, de s’imaginer qu’une arme à feu se charge toute seule et tire, un peu au hasard, dans une foule de femmes et d’enfants. Avec la démonisation presque générale des propriétaires de fusils, il n’est pas surprenant de voir que la population en ait peur.

Pour ce qui est de l’éternel débat de l’enregistrement des armes longues, j’ai l’impression que la population croit qu’une arme enregistrée est une arme qui ne peut pas faire de mal. Qui plus est, le fait qu’une arme ne soit pas enregistrée ne signifie pas que son propriétaire ne peut pas être sur le radar des forces de l’ordre. Je suis bien dans le système avec mon permis, non? Il est donc facile de voir que monsieur X possède un permis d’armes restreintes. Vous avez vraiment besoin de savoir si c’est un Beretta, un Ruger ou un HK mon pistolet? Je ne crois pas que la police devrait agir différemment si elle répond à un appel chez quelqu’un qui a un 9mm, versus une personne qui n’a qu’une petit .22LR.

Mais je vous en prie, ne vous méprenez pas: une arme à feu, c’est dangereux, et jamais je ne dirai le contraire. Tous les détenteurs de permis de possession le savent, et c’est pourquoi nous suivons des règles très strictes quand vient le temps de manipuler nos pistolets, carabines ou revolvers sur le champ de tir et à la maison. Il y a des règles à suivre, et c’est bien comme ça.

La prochaine fois que vous penserez aux armes à feu, la prochaine fois qu’une tragédie se produira dans un état américain ou encore ici au Canada, je vous supplie de garder en tête ceci: ce sont les gens qui sont dangereux. Ce sont les gens qui sont malades, tristes, ivres et insouciants. Au même titre qu’une voiture ne boit pas de l’alcool et ne se lance pas toute seule contre une mini-fourgonnette dans laquelle une famille de 4 personnes prend place, une arme à feu ne commet pas de crime.

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s