Critique : Saints Row IV (Jeu vidéo)

(Par Jonathan Latendresse)

Depuis quelques années, on découvre vraiment une forte popularité pour les jeux à monde ouvert, Elder Scrolls, Grand Theft Auto, la liste de grands succès est longue. Parmi cette liste, la compagnie Voliton et leur série Saints Row se placent dans une catégorie à part. Alors que les puristes seront tentés vers un jeu plus proche de la réalité tel un GTA, d’autres, même s’ils adorent la franchise de Rockstar, se réjouissent quand même d’une session de baston délirante avec un bâton de baseball en forme de vibrateur! Telle est la volonté des joueurs de cette génération.

J’ai eu la chance de pouvoir tester le jeu pendant plusieurs heures afin de pouvoir partager l’impression du quatrième opus de la franchise. Débutons d’abord avec l’histoire… Il était une fois un jeune Saint en mission pour le MI6 afin d’arrêter un missile atomique en direction de la maison blanche et qui, suite à la réussite de la mission, devient Président des États Unis. Fin… Du moins c’est ce qu’on espère pour le personnage principal… Malheureusement, lors d’une conférence de presse, le président et son cabinet sont victimes d’une attaque extraterrestre!! Malgré une résistance de la part du président, il perd tout de même plusieurs de ses amis dans le processus. Sont-ils morts? Pas du tout, ils sont transportés dans une sorte de programme où ils sont contraints de ressasser leur passé… Étant capturé aussi, le personnage principal est enfermé dans un monde inspiré des téléséries américaines des années 60. Réalisant qu’il n’est pas dans un monde réel, il réussit à s’échapper et tente alors de sauver ses amis, mais, pour pouvoir faire face aux extra terrestres, il lui faudra des forces. Comment pourra-t-il être aussi fort que les envahisseurs? Tout simplement en accédant a un monde parallèle!!! Il se retrouve dans le programme des ovnis. Et, mesdames et messieurs, c’est à ce moment que la partie devient intéressante…

En arrivant dans une nouvelle version de la ville de Steelport (ville de Saints Row The Third) où des tours rouges sont réparties un peu partout sur la carte, nous rentrons en contact avec ce que la spécialiste techno du président Kinzie surnomme des clusters, qui sont, en termes plus simples, des Power UPS qui donnent des pouvoirs au personnage. C’est donc l’arrivée de plusieurs pouvoirs vraiment utiles, tels les super sauts ou les super sprints, pendant un instant, on jurerait qu’on devient un pseudo-Superman. Les pouvoirs sont une partie essentielle du jeu puisqu’ils représentent souvent le seul moyen de pouvoir battre un boss. Pouvoir de glace, de feu, manipulation d’objets/personnes vous donneront plusieurs outils afin d’arriver à détruire n’importe quel adversaire ayant le malheur de se dresser sur votre chemin. Malheureusement la venue de ces super pouvoirs rend banale l’utilisation des voitures, et parfois même, l’utilisation d’armes à feu…

Parlons-en des armes, si on peut donner crédit à cette franchise, c’est parce qu’elle parvient toujours à nous surprendre avec des armes abracadabrantes. Au menu ce soir, nous avons une entrée de plusieurs skins pour les armes, on peut donc profiter de l’utilisation d’un SMG rose qui pourrait s’agencer avec la tête de cochon que vous auriez pu donner à votre personnage. Poursuivons avec une assiette d’armes spéciales. On a vraiment le choix, on peut prendre le générateur de trou noir et avoir un plaisir de la même couleur, ou décider de créer un carnage avec le pistolet à balles rebondissantes : les possibilités sont grandes. Et finissons avec, comme dessert, une grosse portion de pistolet Dubstep. Étant mon arme préférée du jeu, elle est l’arme de party tout-en-un. Quand on décide d’en tirer, un rythme dubstep démarre et à chaque fois qu’une baisse de la basse arrive, l’arme tire des rafales destructrices vers l’adversaire, et, fait intéressant, on peut faire vibrer les voitures au rythme de la musique quand on tire dans leur direction, mais sans pour autant les viser. Plusieurs choix de pistes sont disponibles afin de pouvoir avoir une cadence de feu différente, ce qui s’adapte à tous les styles de joueurs.

Niveau jouabilité, on remarque que le jeu n’a pas beaucoup évolué si on exclut l’arrivée des pouvoirs. On y retrouve les mêmes commandes, avec quelques cinématiques supplémentaires quant aux prises de luttes. On peut comprendre que l’emphase est vraiment sur les superpouvoirs du personnage, mais lorsque nous sortons du programme, le jeu n’a pas vraiment évolué. Si on analyse au niveau du combat d’armes, c’est la même chose que l’ancien. Au niveau des minijeux, on peut en retrouver certains qui proviennent des versions précédentes, dont les fameux jeux télévisés du professeur Gankey. On a aussi un mode arène, destruction d’environnements, course, mutilation, poursuite, contre-la-montre, ascension de la tour, la liste s’allonge au plus grand plaisir du joueur.

Au niveau des influences, on peut dire que Saints Row déborde d’imagination. On commence le jeu avec une ambiance digne de Splinter Cell, on enchaine ensuite avec une courte parodie d’une télésérie des années 60, on prend des airs de Mass Effect à bord d’un vaisseau spatial, pour par la suite conduire ce même vaisseau à la manière du jeu Starfox sans oublier le court chapitre digne d’une arcade des années 90. Quelque chose qui a été vraiment unique chez cette franchise est justement le fait qu’en allant chercher toutes ces influences, on arrive quand même à offrir un produit solide, comique et qui forge la propre identité de la série en y donnant des gouts étrangers.

Pour conclure, je dois admettre que malgré peu de développement au niveau de la jouabilité sans pouvoirs spéciaux et de nous donner une ancienne carte comme terrain de jeu, Saints Row IV est très drôle comme jeu et pourrait en surprendre plusieurs quant au contenu que ce qui semble être le dernier tome de cette saga. On peut y découvrir plusieurs influences de notre passé commun, de là à en rendre certains nostalgiques. L’abondance de minijeux donne la chance au joueur de toujours avoir le sentiment que quelque chose est à faire, ce qui enlève les, oh combien fâcheux, temps morts que nous retrouvons dans plusieurs jeux de type monde libre. Saints Row IV est, selon moi, le jeu parfait afin d’oublier de compter les jours avant la sortie du très attendu Grand Theft Auto V et c’est avec plaisir que je vous recommande de découvrir une franchise qui est vraiment unique en son genre!

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s