Emmène-nous à La Ronde, La Ronde, La Ronde (mais avant, passons par un cours de français)

(Par Myriam Beaulieu)

Je m’adresse à toi, Facebookien Québécois tout le temps indigné. Non, ne te retourne pas. C’est bien à toi que je parle. Soit choqué, ne soit pas d’accord, soit de mon avis, sens-toi concerné, soit abasourdi, mais de grâce, prononce-toi, par pitié (et force-toi sur l’orthographe, sérieux).


– Les enfants! On vous amène à La Ronde aujourd’hui!

– Yééééééé! 

– Chéri, on amène notre lunch ou on mange au resto sur place?

– Hmmm, il me semble qu’on ne nous donne pas le droit d’apporter notre glacière avec notre repas sur le site du parc d’amusement, non?

-… mais Papa, mon amie du camp de jour le fait avec sa famille, elle, apporter son lunch à La Ronde. On doit avoir le droit nous aussi, non? Sinon, ce n’est pas juste!

Voilà. Une fois de plus, une bombe tombe au Québec concernant ces chers accommodements raisonnables (…mot qui commence à être un peu mal choisi, si vous voulez mon avis, mais ce n’est pas le but du billet). Effet boule de neige en deux temps, trois mouvements ; les Facebookiens Québécois s’indignent et se frustrent, et ce dans un français totalement im-pecc-able (sentir le haut niveau de sarcasme, ici). De quoi faire se retourner ce cher Molière dans sa tombe.

Des commentaires au bas de la nouvelle qui parlent de ‘’mangeage de laine sur le dos’’ et de ‘’peuple mou’’. De ‘’gouvernement qui ne met pas ses culottes’’ et de ‘’on est dans notre pays,icitte’’. S’ajoutent à ces derniers une bande de jurons tous plus galants les uns que les autres, comme si c’était une bonne façon de faire entendre son point.

Et là, moi, je deviens frustrée à mon tour.

Frustrée de voir que nous sommes capables de crier haut et fort à quel point nous sommes si fiers de notre patrimoine et de notre coin de pays quand les feux d’artifice illuminent le ciel le 24 Juin au soir, mais à quel point nous nous détruisons nous-mêmes.  Frustrée de voir que nous mettons sur le dos des accommodements raisonnables et leur paquet d’histoires de viande halal, de voiles ou de stationnements permis que nous ne sommes plus ‘’Maîtres chez nous’’.

Qu’est-ce que cela signifie, ‘’Maîtres chez nous’’ au juste?

Selon M.Lesage, son slogan utilisé durant la campagne électorale de 1962 signifie que le peuple Québécois devait reprendre sa place. Ah, tiens donc.

Parce que de ce que j’ai vu, c’est de se foutre complètement dans quel langage notre chialage national est fait. Crier haut et fort que nous sommes indignés en l’écrivant avec deux ’’d’’. Roulement de tambour ; nous ne savons pas écrire. C’est ça que ça veut dire, maintenant, ‘’Maître chez nous’’. S’exprimer dans un français tout croche et se défendre à grands coups de ‘’C’est mon pays icitte, on parle en frança mon chummy!’’  Maintenant, ‘’Maître chez nous’’ veut dire ‘’Libarté!’’.

Ça veut dire ‘’On fait ben c’qu’on veut!’’. Ça veut dire ‘’Ne faites-pas ce que je fais, mais bien ce que je dis’’. Ça veut dire ‘’M’a ben écrire comme j’veux pis t’attaquer de façon gratuite dans un français dégueulasse (que je te forcerai à apprendre dès que tu arriveras, en passant), mais toé, tu viendras pas m’dire que t’as l’droit d’apporter ton lunch à ‘Ronde!’’.

Ça porte à réflexion sur le fait que c’est facile de jeter des pierres sur les autres avant de se regarder soi-même. Le fait que, ben allons-y, de toute façon, au Québec, on est bons là-dedans, pointer les autres du doigt, avec des ‘’Heille, si on seraient dans leur pays à eu autres, sa marcherais pas d’même s’est pas vrai! Ils ne nous laiserait jamais faire sa!’’. J’ai les yeux qui saignent. Mon coeur d’amoureuse de la langue française pleure. Et mon coeur de Québécoise aussi. Ça me frappe ; j’ai honte.

Vous pensiez que ce billet parlerait que ça n’a aucun sens, la décision de Six Flags et La Ronde concernant les lunchs pour ceux qui pratiquent la religion musulmane, pas vrai? Ben non. Ça traite de quelque chose qui en a encore moins, de sens. Ça traite du fait que l’on descends les ethnies qui se joignent à nous constamment en répétant que leurs coutumes et leurs modes de vies ne s’adaptent pas au nôtre, et surtout, SURTOUT, débat de toujours, qu’ils ne sont jamais capables d’aligner deux mots en français, et ça, c’est inacceptable, pas vrai?

Ah, c’est bien ce que je me disais, aussi.

Donc, à tous ceux qui sont vraiment frustrés de cette nouvelle d’accommodement raisonnable et qui fulminent concernant les repas à La Ronde parce que t’sais, vous avez 4 enfants et ça vous coûte déjà une beurrée aller là-bas, je vous dirai tout simplement ceci ;

Au lieu d’investir 400$ pour une journée dans un parc d’attractions avec ta famille, ben au pire, si tu veux te défendre quand des situations te font monter la moutarde au nez comme ça et prouver ton point, des cours de français, ça se paye pas pire ou du moins une partie, avec 400$.

On va commencer par ça. Après, tu pourras chialer. Au moins, tu ne feras pas honte à ceux qui savent écrire. S’en suivra le maudit débat des accommodements raisonnables. En attendant, j’attends ton message haineux ré-ecrit proprement, au moins. Salutations!

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s