Critique : La purge (film)

(Par Jérémie Bernard)

Imaginez un instant un pays sans violence et sans crime. Ça vous semble un paradis terrestre? Imaginez maintenant que tout cela est possible grâce à un événement effroyable, tous les ans. Imaginez que la violence soit permise et encouragée durant 12 heures chaque année. Seriez-vous prêts à accepter une telle nuit pour vivre par la suite une année paisible? C’est le questionnement principal que soulève ce film. Et sinon, participeriez-vous à ces atrocités légales?

Cette œuvre aurait pu tomber facilement dans le trop-plein de violence. On nous raconte banalement l’histoire d’un riche vendeur de systèmes de sécurité à domicile (Ethan Hawke) qui aura à vivre une perturbante nuit de purge avec sa famille. La purge est le phénomène expliqué plus tôt. C’est cette nuit infiniment controversée qui a le bon sens de l’être tout autant dans le film. Oui, les médias en parlent comme d’un phénomène social accepté et incontournable, et aussi les gens plutôt bien nantis comme le personnage principal. Mais qu’en est-il des gens moins aisés financièrement (qui ne peuvent se payer un système de sécurité)? Ou même des gens de la classe moyenne qui ont la malchance de vivre dans un quartier un peu plus à risque? Ce film est un reflet extrême des valeurs américaines blanches capitalistes d’aujourd’hui. Et, fait le plus apeurant, c’est un extrême plutôt crédible et que l’on n’a aucune peine à imaginer dans les États-Unis de demain.

Ce film n’est pas un suspense pur, ni un film d’horreur totalement assumé. Il met en scène des êtres humains tout à fait normaux, mais changés et déguisés pour le bien de la purge. Il met en scène un voisinage jaloux qui ne veut que faire valoir son droit de tuer durant cette nuit de perdition. Se côtoient la folie légale d’un pays qui assume presque entièrement cette violence temporaire et les problèmes de famille latents et manifestes issus de ce même mal intérieur dû au fait que la purge rend nerveux, semble profondément incorrecte, sans que personne ne puisse rien n’y faire.

Un fils qui a de la difficulté à vivre sa propre réalité familiale et préfère le faire par le biais d’un robot téléguidé, une fille qui n’ose pas confronter son père dans ses valeurs un peu trop strictes, un père qui veut défendre sa famille, mais se voit contraint à faire des choix épouvantables… Rien de ce qui est projeté à l’écran n’est totalement saint dans ce film. Tout ce qui est montré peut alimenter une profonde réflexion sociale et idéologique. C’est pourquoi cette production vaut le détour. Il faut prendre le temps de voir le film pour comprendre les implications d’un tel choix de société. Certains moments d’action sont un peu trop hollywoodiens, mais plusieurs éléments contribuent à garder le film intéressant et réaliste.

Bravo à la prestation des acteurs, qui arrivent à démontrer une palette très élargie de traits de caractère et d’émotions cruciales dans des situations aussi tendues que lors de tentatives d’homicides volontaires et légaux. Allez vivre la pire nuit de la vie de cette famille à l’apparence tout à fait ordinaire. Attachez-vous à ces personnages bourrés de défauts habilement joués et qui seront en grave danger de mort durant la totalité du film. Plongez dans l’univers d’un pays où une purge annuelle est la solution à tous les maux de société, où une véritable culture de la purge est présente et montrée à l’écran. Les questions que j’ai posées en guise d’introduction, ont-elles les mêmes réponses pour vous suite au visionnement du film? C’est ce que je veux savoir.

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s