Critique : Zombie malgré lui (film)

(Par Martin Gioffre)

Et si on se retrouvait brusquement du côté des zombies ? Car c’est bien le cas ici, le personnage principal du film étant un mort-vivant ! Le concept est déjà loufoque, mais ce n’est pas fini. Cette comédie romantique d’horreur (si si) raconte l’histoire unique de la rencontre entre R(oméo) et Julie(tte). Pas si unique en fait. Quoi de plus normal que de rencontrer sa future petite amie en mangeant le cerveau de son actuel petit ami ? Les balles sifflantes, les odeurs de corps pourrissants ainsi que la gelée grise volant dans tous les sens eurent bientôt raison d’eux : c’était le coup de foudre. Sauf que… le papa de la demoiselle n’allait peut-être pas aimer l’idée d’avoir un zombie comme gendre…

Bref, c’est une comédie. C’est aussi une caricature un peu poussée de la réalité des relations interpersonnelles d’aujourd’hui. Le bon vieux temps, c’était mieux, comme les auteurs veulent nous le rappeler en nous jouant des morceaux composés par les anciens rois de la musique comme Guns N’ Roses, Bruce Springsteen, Bob Dylan, Scorpions et une dizaine d’autres. Parce qu’avant, c’était mieux.

Tout est à refaire : on doit revenir à la littérature de Shakespeare, progresser dans la musique, la guerre, la technologie, le mur de Berlin doit de nouveau tomber. On dit souvent que l’Histoire est condamnée à se répéter, que les gens oublient. L’éducation, ça se perd, ma p’tite dame ! Tout ça pour quoi ? Pour redécouvrir l’amour, l’amitié, la proximité des gens, abandonner l’individualisme et s’unir contre ceux qui voulaient diviser pour mieux régner.

Une caricature qui se veut drôle et légère,  étonner une audience habituée à quelque chose de… différent.  L’histoire est bien rythmée, bien ficelée, et le maquillage est superbe. Les acteurs, toutefois, semblaient parfois ne pas savoir quoi faire de leur corps. Une meilleure direction pour les aider à jouer leur rôle aurait sans doute été un plus. Les effets spéciaux (et particulièrement l’animation des « osseux ») laissaient parfois à désirer et certaines scènes étaient très (trop) simples.

Le budget : 30 millions. C’est donc loin d’être une superproduction hollywoodienne. On pardonnera donc sans problème les petits défauts cités plus haut, car les producteurs ont très bien réussi malgré les faibles moyens dont ils disposaient. Vous serez agréablement surpris, sans nul doute ! C’est un film à voir, à écouter, à comprendre. Question de remettre les choses en perspectives.

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s