Critique : Tomb Raider (jeu vidéo).

(Par Marc-Olivier Lalonde)

Introduction

La franchise Tomb Raider a connu des hauts et des bas, c’est le moins que l’on puisse dire. Lara Croft est apparue sur nos écrans en 1996 au moment où une nouvelle génération de consoles entrait sur le marché. Ce fut le début de l’ère 3D. Tomb Raider devenait un des tout premiers jeux de tirs à la troisième personne. À l’époque, bien que ce soit encore peu commun aujourd’hui, la série offrait aux joueurs la possibilité d’entrer dans la peau d’un personnage féminin. Lara Croft allait devenir une icône (et pas nécessairement que pour les bonnes raisons. Disons que certains « attributs » de Lara allaient en impressionner plus d’un!). La série a progressivement perdu de son importance et de sa popularité au fil des ans. C’est pourquoi Crystal Dynamics a décidé de redémarrer la série afin de réintroduire Lara à une nouvelle génération de joueurs. Si vous n’avez jamais joué à Tomb Raider auparavant, pas de problème, puisque ce nouveau jeu fait partie d’un univers différent. Un peu à la manière des nouveaux SimCity, DmC : Devil May Cry et Mortal Kombat, la compagnie a décidé d’utiliser un titre simple pour réellement se distancier des opus précédents.

Histoire et personnages

Un redémarrage veut évidemment dire une toute nouvelle histoire. La Lara que nous découvrons ici n’est pas la même que celle que nous sommes habitués d’incarner. Pas encore du moins. Elle est plutôt une jeune diplômée en archéologie qui mobilise un groupe de personnes afin de tourner une téléréalité qui a pour but de découvrir le royaume oublié des Yamatai. À bord du navire Endurance, Lara voyage vers l’est du Japon en direction du Triangle du Dragon (autrement appelé la Mer du Diable). C’est alors qu’une tempête d’une rare intensité cause la destruction du vaisseau. Lara échoue sur une île qui n’est pas déserte, loin de là. Elle se fait capturer par un membre d’une secte violente qui veut sa peau. Le jeu débute réellement au moment où Lara se libère de son détracteur. Elle part à la recherche de ses compagnons. Sont-ils tous toujours en vie? Si oui, en quelle condition? Qui est cette étrange secte? Toutes ces questions trouveront réponse durant l’aventure qui est somme toute assez longue.

Jouabilité

Au début, Lara Croft a peu de capacités et est à des années-lumière de ce qu’elle pouvait accomplir dans les autres jeux. Elle est en très bonne condition physique, mais c’est tout. Plusieurs habiletés et armes seront débloquées au fur et à mesure où elle progressera dans son périple. À titre d’exemple, la seule arme que détient Lara quand elle peut finalement se défendre est un arc primitif. J’emploie cet adjectif parce que Lara aura la possibilité de l’améliorer à quelques reprises avec des pièces de rechange. L’arc, qu’utilisent aussi les gens de la secte, deviendra éventuellement un arc à poulie. Lara trouvera aussi des armes plus sophistiquées comme un pistolet, un fusil et une carabine. Elles pourront être améliorées à leur tour. Les bonifications ne sont pas seulement mécaniques puisque le joueur peut aussi modifier les habiletés de Lara. Sa précision, son endurance et sa vision passeront à des niveaux supérieurs grâce à des points d’habileté qu’elle aura accumulés à l’aide de points d’expérience. La vision sera surtout utile quand viendra le temps de chercher des trésors cachés ainsi que lorsqu’elle traquera des animaux. En effet, Lara peut chasser des bêtes afin d’obtenir des points d’expérience et certains matériaux.

À la toute fin du jeu, Lara est pratiquement trop puissante. En toute honnêteté, le mode normal du jeu est l’un des plus faciles auquel j’ai joué depuis longtemps. Mon personnage ne s’est jamais fait tuer mis à part une ou deux séquences comprenant des actions contextuelles (quick time events). Vraiment, vous devriez jouer à difficile parce que le mode normal n’offre pratiquement aucune opposition digne de ce nom. Au fait, habituez-vous à ces actions contextuelles parce qu’il y en a beaucoup. Méfiez-vous cependant, Lara peut mourir instantanément si vous n’appuyez pas sur le bon bouton au bon moment. Autrement, les ennemis ne vous mettront jamais vraiment en danger, même lors de la confrontation finale. À moins bien sûr que vous décidiez de ne pas utiliser vos points d’habiletés pour être certain que Lara soit toujours faible. Voilà un défi qui serait intéressant à relever. Comme les Tomb Raider précédents, il y a beaucoup d’emphase sur les énigmes et les casse-tête. Ils ne sont pas énormément difficiles en raison de la vision particulière de Lara qui lui permet de détecter facilement les éléments de son environnement avec lesquels elle peut interagir. Disons que le temple de l’eau dans The Legend of Zelda : The Ocarina of Time était plus intimidant!

Graphiques, musique et voix

Les voix et la musique sont ce qui se fait de mieux dans l’industrie, puisque c’est un jeu au grade AAA. Camilla Luddington remplace Keeley Hawes dans le rôle de Lara. Le changement est dû au fait que Lara est dans la jeune vingtaine plutôt que dans la trentaine. Elle fait un solide travail puisque nous ressentons réellement les émotions de Lara à travers sa voix. Un jeu peut être très beau visuellement, mais si les acteurs de voix ne font pas un travail adéquat, l’expérience est ratée. Ce n’est pas le cas ici. L’auditif et le visuel se complémentent à merveille. Luddington frappe chaque note avec justesse. La musique convient parfaitement aux environnements lugubres du jeu. Les créateurs du jeu ont décidé d’ajouter un élément d’horreur qui se voit dans des scènes grotesques et dans la tension ressentie à travers la musique. Lara peut mourir de façon épouvantable dans certaines séquences.

Visuellement, le jeu est superbe. Je me demande comment Crystal Dynamics réussit à tirer autant de jus d’une console aussi vieille. Certes, il ne faudrait pas comparer les versions de la PS3 et de la 360 au PC cependant. La compétition est tout à fait inégale. Si vous possédez un ordinateur performant, achetez le jeu au PC plutôt que sur console, vous me remercierez plus tard. La prochaine génération de consoles ne peut pas arriver assez rapidement! Lara voyagera à travers plusieurs environnements différents sur l’île mystérieuse. Des cryptes, des grottes, des plages, des temples et des montagnes sont au menu. Tous ces sites ont été créés avec soin et pousseront votre console jusqu’à sa limite.

Le nouveau look de Lara lui sied à merveille. Vous noterez aussi sa condition physique qui se détériore durant le jeu. En effet, le linge de Lara se déchire et elle se blesse à répétition et cela se voit sur le personnage. Une belle touche. Un petit bémol côté graphiques cependant : faites attention aux ennemis invisibles! Par deux fois mon personnage se faisait blesser par des ennemis qui n’apparaissaient tout simplement pas. La seule manière de les « voir » était de porter une attention particulière à des armes volantes. Non, ces ennemis ne possédaient pas de costume leur permettant de ne pas être vus! Tout de même drôle de voir un arc flottant tirant des flèches dans ma direction…

Conclusion

En somme, Tomb Raider vaut la peine que vous dépensiez votre argent. Ce n’est pas un classique dans le genre, mais le redémarrage de la franchise est efficace. Pour les puristes, sachez qu’il y a effectivement des éléments surnaturels dans le jeu même si ceux-ci  sont moins fréquents que précédemment. De plus, la Lara des autres Tomb Raider reviendra sous peu, n’ayez crainte. Elle sera tout aussi confiante et drôle qu’auparavant. Il lui fallait une expérience traumatique pour vraiment se découvrir. Tomb Raider n’est pas un jeu joyeux, loin de là. Notre héroïne ne sourit pratiquement jamais et la joie de vivre que possédaient les autres titres n’est pas présente. Est-ce mauvais pour autant? Pas nécessairement. J’ai apprécié le changement de ton. Aurons-nous droit à d’autres suites? Là se trouve la question à un million de dollars. Bien que Tomb Raider se soit écoulé à 3.4 millions d’exemplaires en un mois, Square-Enix considère le jeu comme un échec commercial puisqu’il n’a pas atteint le chiffre magique de 6 millions de ventes, imaginez! Ce n’est pas normal. Vendre autant d’exemplaires devrait garantir l’avenir d’une franchise. Les compagnies ont-elles des attentes démesurées et investissent-elles trop dans leurs jeux? Sans l’ombre d’un doute, mais c’est un débat pour un autre jour. D’ici là, amusez-vous avec Tomb Raider, vous n’en verrez peut-être pas d’autre avant un certain temps!

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s