Critique : The legend of Dragoon (jeu vidéo)

(Par Francis Méthot)

Où sont passés ses merveilleux jeux de rôle que nous avions dans les années 90? Voilà la question que je me pose aujourd’hui et que je vous pose en même temps. À une certaine époque, le monde des JDR[1] pullulait de bonne intention. En veille de cette nouvelle ère au sein de laquelle les grandes compagnies n’ont plus en tête que leurs profits, qu’est-il advenu des franchises?

Une intéressante franchise titulaire d’un seul opus vit le jour en 1999 au Japon, publié et développé par une compagnie en pleine expansion (SCEI qui est devenue aujourd’hui Sony Computer Entertainment). Lors de sa sortie, les critiques furent mitigés; le principal argument, la difficulté de finaliser des combos. En nous transportant sur le continent d’EndinessThe Legend of Dragoon nous propose comme tout bon JDR de sauver le monde d’une terrible menace.

Tout bon jeu de cette catégorie contient des éléments dramatiques qui aujourd’hui nous semblent un peu clichés puisqu’ils ont été surutilisés à l’époque et The Legend of Dragoon n’y fait pas exception. Suite à la mort tragique de ses parents, le vaillant Dart part à la recherche du Black Monster qui est responsable de la mort desdits personnages. Durant cinq ans, il va suivre ce dangereux périple, mais en vain, car il va retourner bredouille à son village de Seles. En chemin, il est pris par surprise par un dragon. Un combat impossible fait rage et une mystérieuse jeune femme vient sauver la vie de Dart. Arrivé de peine et de misère chez lui, il découvre que son village à été détruit par l’empire de Sandora et que son amie d’enfance, Shana, est portée disparue. Il décide de partir à sa recherche et ainsi commence votre aventure!

Tout au long du jeu, Dart sera aidé par différents alliés (soit un grand total de sept personnages à la fois). Chaque personnage jouable se verra attribuer un esprit de dragoon. Les dragoon sont des chevaliers mythiques datant d’une guerre perpétuée il y a plus de mille ans. À l’époque, le jeu va innover en matière de JDR et incorporer un système de combinaisons lors des combats. J’explique. Durant un combat, vous devez compléter une séquence de touches avec votre manette afin de faire des dégâts. Par contre, cette technologie[2] à été considérée au moment de son lancement comme trop précise; le timing devint son plus grand obstacle. Les combos ne sont pas aléatoires, ce qui signifie que vous pouvez apprendre à maîtriser les séquences plus facilement. Si nous mettons ce jeu en parallèle avec les jeux d’aujourd’hui, The Legend of Dragoon y retrouve parfaitement sa place. Nous retrouvons une histoire complexe et remplie de rebondissements poignants. De plus, comme c’est un jeu qui a maintenant plus de dix ans, la valeur d’une copie physique et sa rareté font en sorte qu’il n’est pas accessible à tous (vous devez posséder une console PlayStation ou PlayStation 2). Heureusement pour nous, en date du 1er mai 2012, Sony l’a mis en ligne sur son PSN[3] au cout de 5,99US$. Je vous le conseille fortement.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas et contactez-moi à l’adresse suivante : fmethot27@gmail.com.

[1] Jeux de rôle

[2] Si nous prenons du recul, nous retrouvons aujourd’hui cette façon de jouer dans presque tous les jeux, mais à l’époque, ce fut l’un des premiers. Je pense ici à God of War ou Kingdom Hearts II par exemple.

[3] PlayStation Network

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s