Critique : Kick-Ass 2 (film).

(Par Marc-Olivier Lalonde)

Avant de commencer officiellement la critique de Kick-Ass 2, je dois émettre un avertissement d’ordre général. Voyez-vous, ce film a comme sujet les super-héros et les super-vilains dans un monde réaliste. Si, du jour au lendemain, des gens comme vous et moi décidaient de porter un costume pour combattre le crime (ou en commettre, c’est selon), soyez assuré que beaucoup choisiraient des noms offensants, sexistes ou racistes pour leur alter ego. C’est le cas pour quelques personnages dans Kick-Ass 2. Par conséquent, vous excuserez mon utilisation de termes qui pourraient blesser certaines personnes. Je n’avais tout simplement pas le choix de les employer afin de correctement critiquer ce film. Vous aurez été averti.

Lorsque Dave Lizewski (Aaron Taylor-Johnson) a décidé d’enfiler le costume de Kick-Ass, il ne se doutait pas que beaucoup de gens décideraient de suivre son exemple. Entre le premier film et celui-ci, beaucoup de super-héros sont apparus pour protéger les innocents et enfermer les criminels. Dave envisage de créer la toute première équipe de super-héros, un rêve d’enfance. Avant de parvenir à ses fins, il va demander de l’aide à Mindy Macready (Chloë Grace Moretz), alias Hit-Girl. Cette dernière est une experte dans plusieurs arts martiaux ainsi que dans le maniement d’armes à feu. Elle est la personne toute désignée pour l’emploi. Kick-Ass se fera par la suite recruter par un groupe se nommant Justice Forever composé de : Colonel Stars and Stripes, Night Bitch, Doctor Gravity, Insect Man, Battle Guy et les parents d’un enfant nommé Tommy qui emploient tous les deux le pseudonyme Remembering Tommy.

Tout n’est pas rose cependant. Chris D’Amico (Christopher Mintz-Plasse) pleure toujours la mort de son père qui a été tué par Kick-Ass dans le premier opus (par un bazooka de surcroît!). Lorsque sa mère décède à son tour (d’une mort atroce, quoiqu’accidentelle), il devient le seul héritier de la fortune de ses parents. Selon ses dires, il serait le gamin le plus riche de New York. Ayant autant de moyens maintenant à sa disposition, il décide de former une équipe de super-vilains qui aura comme seul but de tuer Kick-Ass tout en prenant le contrôle de la ville. Son équipe s’appelera The Toxic Mega-Cunts et comptera parmi ses membres : Mother Russia, The Tumor, Black Death, Genghis Carnage et Javier. Chris délaisse aussi son identité de Red Mist pour celle de The Motherfucker. Un affrontement entre les deux équipes sera inévitable.

Ce film, tout comme le premier, est basé sur une bande-dessinée. Deux en fait, Kick-Ass 2 et Hit-Girl. Je dois admettre que l’adaptation au grand écran a été très bien réussie et demeure fidèle aux bandes-dessinées. Il existe quelques différences, évidemment, mais rien pour miner la crédibilité. Je n’entrerai pas dans les détails car je risquerais de vous gâcher le film. Je vais plutôt mentionner quelques éléments qui ont été retirés du film afin qu’il puisse obtenir la cote de PG-13 aux États-Unis. Si l’adaptation avait été parfaite, le film aurait en fait été coté R, ce qui signifierait que beaucoup de gens, particulièrement les adolescents, n’auraient pas pu voir le film sans être accompagnés d’un adulte.

Ce que vous devez savoir, c’est que les bandes-dessinées sont violentes, très violentes. Vous auriez eu droit à des scènes insoutenables, frôlant la barbarie. Un exemple: un groupe de jeunes enfants qui se font massacrer en pleine rue. Le premier film n’a pas fait exception non plus. La scène où Kick-Ass se fait torturer par un groupe de vilains diffère légèrement. Au lieu de simplement recevoir une raclée, Kick-Ass se fait attacher les testicules à une batterie de voiture. Le changement est mineur mais la scène s’en trouve grandement affectée. Vous n’aurez heureusement pas non plus à visionner la mort d’animaux. Parmi les autres différences, notez aussi la disparition du personnage de Lieutenant Stripes. Dans la bande-dessinée, le personnage de Jim Carrey, Colonel Stars and Stripes, s’appelait seulement Colonel Stars. Honnêtement, vous ne vous ennuierez pas de lui, sa contribution étant mineure.

En ce qui concerne les acteurs, tous font un bon travail. Aaron Taylor-Johnson, bien qu’il soit la vedette du film, se fait plutôt voler la vedette par les autres. Je ne dis pas qu’il a échoué, loin de là. Je mentionne simplement que Christopher Mintz-Plasse, Chloë Grace Moretz et Jim Carrey lui ont été supérieurs.

Mintz-Plasse s’est amélioré depuis le premier film. On sent qu’il progresse en tant qu’acteur et que des rôles meilleurs vont lui être offerts à l’avenir. Disons qu’il réussit très bien à se distancer de McLovin, son personnage dans Superbad. Chris D’Amico a aussi définitivement mis une croix sur son passé. C’est pourquoi j’ai autant apprécié sa prestation en tant que The Motherfucker. Du pleurnichard qu’il était, sa nouvelle identité lui a donné une confiance qui lui a permis de vieillir. Mintz-Plasse a bien démontré sa rage et sa frustration par moments. À la fin, The Motherfucker devient réellement une menace.

Chloë Grace Moretz nous prouve hors de tout doute qu’elle est promise à une belle carrière. Si ce n’était que de Hit-Girl, nous serions portés à croire qu’elle n’est pas polyvalente. Cependant, quand Mindy Macready se rend à l’école et se fait constamment narguer par ses camarades de classe, nous voyons que son armure possède quelques failles. Elle ne sait pas comment fonctionner dans la société puisqu’elle n’a jamais réellement vécu son enfance. Un entraînement quotidien rigoureux avec son père, qui est mort dans le premier film, l’attendait à chaque matin. Elle ne sait donc pas ce que les filles de son âge aiment et font de leurs temps libres. Mindy est par conséquent en contraste avec elles. On s’aperçoit dès lors que Grace Moretz peut exhiber plusieurs facettes de la personnalité de Mindy avec aisance. Vous reverrez la jeune actrice prochainement dans la reprise du film Carrie.

L’autre surprise s’avère être Jim Carrey. Il ne faut pas oublier, malgré tous ses mauvais films, qu’il est capable du meilleur aussi. Il a tout de même remporté deux Golden Globes à titre de meilleur acteur pour The Truman Show et Man on the Moon. L’un pour son interprétation dramatique et l’autre pour l’interprétation dans une comédie. Sans compter ses quatre autres nominations pour Liar, LiarThe Mask,How the Grinch Stole Christmas et Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Ce dernier film lui a même valu une nomination aux prix BAFTAs. C’est donc avec satisfaction plutôt qu’avec surprise que j’ai accueilli son interprétation de Colonel Stars and Stripes. Pour la première fois depuis longtemps, je n’avais pas l’impression de voir strictement Carrey à l’écran mais bien le personnage qu’il incarne. On en prendrait plus souvent des interprétations comme celle-ci! Le personnage est à des années-lumière de Lloyd Christmas de Dumb and Dumber et de The Riddler dans Batman Forever.

Pour conclure, les amateurs de scènes de combats seront ravis autant que ceux qui aiment leur comédies un peu moins joviales. L’humour est plus noir et se projette plus sous forme de sarcasme. J’aurais pu me passer d’une scène scatologique à souhait cependant. Selon moi, le film aurait été supérieur avec la scène équivalente de la bande-dessinée qui s’avère bien moins humoristique mais plus efficace. Amateurs du premier film, réjouissez-vous, la suite est aussi bonne sinon meilleure. Je conseille ces films à tous ceux qui se sont demandés un jour ou l’autre ce qui arriverait si des super-héros existaient réellement. Je ne parle pas ici de Iron Man ou Batman, des humains, certes, mais multi-milliardaires. Non. Kick-Ass traite du sujet à travers des gens comme vous et moi. Ils ne sont pas tous des athlètes olympiques non plus. Le film pose aussi une bonne question : qui vient en premier, l’oeuf ou la poule? Dans le sens, les super-vilains existent-ils seulement parce que des super-héros ont vu le jour? Ou se seraient-ils quand même manifestés?

Pour me donner vos impressions, envoyez-moi un courriel à marcolalonde@jestermind.com ou faites-moi signe sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/marcolivier.lalonde

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s