Critique : Gala 25e anniversaire de l’école nationale de l’humour.

(Par Sophie Vaillancourt)

Le 2 avril dernier avait lieu le spectacle bénéfice célébrant le 25e anniversaire de l’École Nationale de l’Humour au Théâtre St-Denis. Non seulement ce spectacle était-il unique, mais aussi il était filmé afin d’être éventuellement diffusé à la télévision. L’animation du spectacle était donc faite en conséquence de la captation : les présentations des humoristes, les applaudissements, les prises de vue… Sous les encouragements et les signaux de Mathieu Cyr, jeune humoriste, nous avons même dû applaudir dans le vide pour que les caméras nous filment! C’était amusant, malgré que le spectacle ait pratiquement duré 3h.

Le reste du spectacle a été animé par François Morency. Alors qu’il devait co-animer en compagnie de Laurent Paquin, ce dernier a dû se désister quelques temps avant le spectacle, une histoire d’adoption que Morency a tourné à la blague durant la soirée.

Le décor sur scène était relativement simple. Tout au fond, un immense « 25 » occupait l’espace avec « École Nationale de l’Humour » un peu devant. De chaque côté de la scène, vis-à-vis les coulisses, un champ de É, N et H prenait place, certaines lettres d’une grandeur ou d’une couleur différentes. À mon avis, le plus spectaculaire dans la mise en scène technique de l’évènement était les jeux de lumières. Chaque changement, chaque numéro avait son propre éclairage et, parfois, cela faisait toute la différence pour un numéro. En tant qu’ex-technicienne de scène, je peux affirmer qu’un énorme travail a été fait à ce niveau et que le jeu en valait la chandelle (sans mauvais jeu de mots ici)!

Ensuite, je dois dire que nous avons eu droit à une belle brochette d’humoristes. Que ce soit les finissants de la première année d’existence de L’ÉNH ou la relève qui termine à peine ses cours, la soirée fut extrêmement riche en rire et en plaisir. Tout d’abord, fidèles à leurs habitudes, ont été excellents Martin Matte, les Denis Drolet, Philippe Bond, Dominic et Martin, Cathy Gauthier, Louis-José Houde et Patrick Huard. De plus, parmi les un peu moins connus, on retrouve François Bellefeuille, Billy Tellier, Korine Côté, Pierre Hébert, Les Nanas Coustiques, et j’en passe. Par contre, ma découverte de la soirée fut Adib Alkhalidey. Il est tellement drôle! Ce que j’adore chez lui, c’est qu’il mélange un vocabulaire familier avec un vocabulaire plus soutenu. Ce changement dans son parler relève le sarcasme dans ses propos, ce qui rend le gag encore plus drôle. (Voir extrait tout en bas)

Le point faible de ma soirée concerne la salle. C’était la première fois que j’allais au Théâtre St-Denis et j’ai été très déçue. Probablement dû au fait que j’étais au balcon, l’espace était très restreint et les bancs n’étaient pas très larges ni confortables. Je suis pratiquement sure d’être sortie de là avec une inflammation à chaque genou, tellement j’étais coincée…

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s