Critique : Far Cry 3 : Blood Dragon (jeu vidéo)

(Par Marc-Olivier Lalonde)

Introduction

Qu’est-ce que Miami Vice, des épaulettes, “Like a Virgin”, les couleurs pastel, les chemises hawaïennes et Tom Selleck ont en commun? Si vous avez répondu: “Mais de quoi il parle lui? C’est pas supposé être une critique de jeu?”, je comprends votre réaction, mais ce n’est pas la réponse que je recherchais. Si vous avez plutôt répondu les années 80, bingo! Blood Dragon utilise la jouabilité du Far Cry 3 original, lui ajoute une épaisse couche de peinture néon, une injection de testostérone massive et des allusions aux films d’action classiques de Schwarzenegger et Stallone. Un étrange sentiment de déjà-vu vous suit pendant tout le (court) jeu. Cela est dû au fait que les environnements, ennemis, animaux et véhicules sont en grande partie recyclés, même si modifiés. On peut comprendre, puisque le jeu est un contenu téléchargeable. Vous n’êtes pas obligés de posséder le jeu original pour vous procurer Blood Dragon au prix de 15$ environ. En vaut-il la peine? Voici ce que j’en pense.

Histoire et personnages

Blood Dragon se déroule dans un univers parallèle dystopique en 2007. Le monde souffre toujours d’une guerre nucléaire qui a presque tout dévasté. Suite à une course aux armements, la technologie du jeu est bien plus avancée que la nôtre. Le protagoniste du jeu, le sergent Rex Power Colt (oui, oui, sérieusement!), est un cyber-commando de quatrième génération (Mark IV Cyber Commando). Lui et son frère d’armes Spider voyagent vers une île afin d’investiguer sur un de leur ancien commandant (colonel Sloan) qui veut changer le monde et pas pour le mieux. Suite à un (bref) combat qui provoque la mort de Spider, Rex Colt s’allie avec l’assistante de Sloan (Dre. Darling) afin de vaincre le tyran. Tout pour calquer le pire (le meilleur?) des histoires des films d’action d’antan.

Tout comme Far Cry 3, vous devrez parcourir l’île afin de compléter des missions obligatoires et des quêtes secondaires. Ces dernières consistent à tuer des ennemis ou des animaux avec des armes spécifiques et à sauver des scientifiques sans défense. Les récompenses sont des modifications particulières à vos armes favorites et/ou de l’argent et/ou des points d’expérience. Oubliez toutefois les villages et les personnages non joueurs avec une personnalité distincte comme ceux de Far Cry 3. Bien qu’ils ne fussent pas parfaits, ils offraient au joueur la possibilité d’en apprendre plus sur chaque endroit qu’il visitait. Dans Blood Dragon, les seuls endroits accessibles sont des bases militaires. En toute honnêteté, elles se ressemblent énormément et ne possèdent pas de personnalité distincte. Un peu à la manière des autres jeux de Ubisoft, tout particulièrement la série Assassin’s Creed, la répétition et la « mornitude » font leur apparition rapidement quand vous vous donnez la peine de compléter le jeu à 100%.

Jouabilité

Blood Dragon se contrôle exactement comme Far Cry 3. C’est donc un jeu de tir à la première personne fluide qui utilise des types d’armes plus traditionnels comme la mitraillette, le pistolet et le fusil. Ces armes ont été modifiées afin d’être mieux adaptées à l’esthétique “extrême” du jeu. Une nouvelle “peau” ou “couverture” a été créée pour chaque arme utilisée. Chacune paraît plus futuriste. La mitraillette peut être changée au point de tirer un laser au lieu de balles par exemple. Mais qui dit futur, dit armes imaginaires aussi. C’est le cas pour une arme que vous obtiendrez vers la fin du jeu. Elle dépend entièrement de votre force vitale. En d’autres termes, plus vous aurez augmenté votre vie maximale pendant les quêtes, moins cette arme vous fera mal.

Il y a plusieurs objets de collection dans Blood Dragon. Des téléviseurs (pas à écran plat), des cassettes VHS ainsi que des notes écrites par un certain Dr. Carlyle offrent au joueur la possibilité d’augmenter l’efficacité des armes. Vous détruirez avec une facilité déconcertante les ennemis de bas niveau à la fin du jeu. Cependant, il faut continuellement vouer respect aux “Blood Dragons” ou dragons de sang. Ces derniers ne représentent pas que le titre (loufoque) du jeu, mais sont aussi des ennemis à part entière. Quand vous les rencontrerez la première fois, je vous recommande de courir ou de vous cacher puisque vous ne serez pas de taille pour les affronter dans un tête-à-tête.

Graphiques, musique et voix

Graphiquement, peu de choses ont changé depuis Far Cry 3 dans son ensemble. Les environnements ont été modifiés décorativement surtout. Concrètement, les modèles 3D des objets et des ennemis sont identiques, mais une nouvelle peau a été appliquée. Les guerriers en t-shirts de Far Cry 3 ont été remplacés par des cyborgs. Même les animaux semblent être métalliques et lumineux. De quoi créer un effet futuriste, même si celui-ci n’est pas entièrement réaliste. J’ai remarqué moins de bogues que dans Far Cry 3. Pas qu’ils étaient si nombreux, mais des jeux aussi ouverts ont tendance à souffrir plus que la moyenne (Fallout 3, Skyrim). Il y a eu de légers ralentissements durant des combats où il y avait beaucoup d’explosions et d’objets en mouvement. Je mets le blâme sur le dos de ma PlayStation 3 vieillissante puisque je suis presque certain que la version PC n’est pas aussi affectée.

Ubisoft a engagé l’acteur Michael Biehn (Kyle Reese dans le premier Terminator) pour jouer le rôle de Rex Colt. Disons que les allusions à la série de James Cameron sont nombreuses. Biehn exagère sa voix afin de devenir un stéréotype des héros musclés et souvent écervelés. Il n’est évidemment pas seul dans cette folle aventure. Phil LaMarr, vétéran acteur de voix, incarne le rôle de Spider. Il n’est pas un nom connu pour le commun des mortels, mais il roule sa bosse depuis longtemps. Il a gradué de l’école MADtv (Saturday Night Live pour les pauvres). Si vous le connaissez, c’est sûrement grâce à son rôle dans Pulp Fiction où il jouait le rôle de Marvin, le pauvre mec qui se fait tirer dans le visage par Vincent Vega (John Travolta). Sinon, il fait la voix de Hermes dans Futurama. Grey DeLisle joue le rôle d’Elizabeth Darling. Sa voix est utilisée depuis des années pour des dessins animés, des jeux et des films d’animation.

Conclusion

Clairement, je ne peux pas recommander Far Cry 3: Blood Dragon à tout le monde. Ceux qui ont aimé Far Cry 3 devraient apprécier par contre. Blood Dragon ne se prend pas au sérieux et vous ne devriez pas le faire non plus. Il y a beaucoup d’allusions à des films classiques (pour certains) comme Predator, Commando, Rambo etc. Les habitués des jeux de tir à la première personne trouveront sûrement le jeu trop facile, particulièrement s’ils se donnent la peine de compléter toutes les quêtes avant les missions. L’intelligence artificielle n’a jamais été particulièrement bonne dans Far Cry 3 et cela se transpose dans Blood Dragon. Les ennemis courent constamment dans votre direction et se font massacrer sans prendre en compte leur bien-être. Disons que les tactiques de groupes n’ont pas été programmées dans leur cerveau cybernétique. Est-ce une allusion aux films d’arts martiaux où les ennemis attaquent tour à tour le protagoniste au lieu de le déborder en groupe? Je ne le crois pas. La programmation aurait pu être simplement meilleure. Dans Far Cry 3, nous pouvions comprendre puisque nos opposants faisaient partie d’une tribu sans réel entraînement militaire. Maintenant que nous faisons face à des cyborgs, l’explication ne tient plus.

Les amateurs de jeux d’action (que ce soit à la première ou la troisième personne), les nostalgiques des années 80 ainsi que ceux qui aiment des éléments jeux de rôle dans leurs jeux d’action y trouveront sûrement leur compte. Puisque Blood Dragon vaut 15$ et ne nécessite pas l’achat de Far Cry 3, je peux le recommander. Si au contraire le jeu s’appelait Far Cry 4 et qu’il coûtait 60$, je serais dans l’impossibilité de vous encourager de vous le procurer. Sur ce, vous pouvez communiquer avec moi si vous êtes toujours incertains ou si vous voulez plus de détails sur le jeu. Ça me fera plaisir de répondre à toutes vos questions. Allez, je ne mords pas!

Advertisements

One thought on “Critique : Far Cry 3 : Blood Dragon (jeu vidéo)”

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s