Critique : Dan Brown – Forteresse digitale (roman)

(Par Martin Gioffre)

Forteresse Digitale est le premier roman écrit par Dan Brown, auteur du roman à succès The Da Vinci Code ayant donné naissance au film éponyme. On y parle, comme dans chaque œuvre de M. Brown, de mystères, d’énigmes, de complots, de machinations, de trahisons… Dans Forteresse Digitale, le thème principal est la cryptographie, le langage codé et les virus informatiques.

Ce qui est intéressant avec cet auteur, c’est qu’on apprend. On ne fait pas que lire ses livres. Il nous enseigne, nous montre ce qu’il a trouvé d’intéressant en offrant un condensé de ses recherches. Il nous parle de ce qui a changé le visage de la guerre, puis du terrorisme, jusqu’à l’avènement de l’Internet libéré de son seul usage militaire. Il nous raconte la naissance de Big Brother et de la théorie du complot. Il est ici question de cryptage et décryptage des données  pour apprendre leurs sombres secrets.

Forteresse Digitale est l’histoire d’un homme qui voulait redonner la liberté, la vraie, à tous. La National Security Agency (NSA) américaine possède un superordinateur capable de briser toutes les clés de chiffrement actuelles en un temps record. Elle surveille toutes les communications : les conversations téléphoniques, les courriels, les forums. Tout. Ensei Tankado, un cryptologue de l’agence, ne peut supporter que plus personne ne puisse avoir de secret. Bien sûr, la mission de la NSA est de protéger la nation contre le terrorisme et les criminels utilisant les courriels, qu’ils croient sécurisés et indéchiffrables, mais tout de même, Tankado s’entête : qui surveillera Big Brother ? Qui garde les gardes ? Qui empêchera Big Brother de devenir le monstre tentaculaire qu’il semble déjà devenir ? Mais pour la NSA, la liberté a un prix.

Ensei Tankado a ainsi développé un logiciel de cryptage parfait. Un algorithme qui ne peut être brisé par la force brute. Il met ce logiciel, qu’il nomme Forteresse Digitale, en téléchargement gratuit sur Internet, mais ne donne pas la clé de chiffrement qui permettrait d’ouvrir le logiciel. En effet, Forteresse Digitale est elle-même cryptée avec Forteresse Digitale. La NSA vérifie les dires de Tankado et passe le logiciel dans son supercalculateur. Le résultat est désolant : même après plus de quinze heures de décryptage par la force brute, le supercalculateur, TRANSLTR, n’arrive toujours pas à ouvrir le logiciel. Ses trois millions de processeurs qui arrivent généralement à pénétrer n’importe quel code en moins de 6 minutes n’arrivent pas à briser celui-ci même après plus de quinze heures de travail acharné.

C’est une catastrophe à la NSA. Les terroristes auront désormais la possibilité de planifier leurs machineries, leurs complots, et dans le secret absolu d’une Forteresse Digitale définitivement inviolable !

C’est ainsi le début de plusieurs intrigues, d’histoires entremêlées et liées par les plus insignifiants liens qu’on pourrait imaginer. C’est une épopée extrêmement bien ficelée. Gageons que vous y accrocherez dès la première séance de lecture, tellement les énigmes, les codes, les liens, les trahisons, les doubles et triples personnalités s’enchaînent à un rythme soutenu. On ne sait jamais qui se cache sous les traits d’un visage familier. Les certitudes vacillent et les liens d’amitié et d’amour ne semblent plus avoir la même définition qu’aussi récemment qu’hier…

 

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s