Les dix façons de manger.

(Par Renaud Leduc)

1- Méthode traditionnelle:

Avec des ustensiles (on entend par ici couteau, fourchette, cuillère et autres articles).

Mais on se demande s’il y a encore du monde qui croit encore à ça… des ustensiles…

2- Méthode « gros porc »:

Manger sans arrêt (au besoin, se faire greffer une ou plusieurs mains pour pouvoir s’agripper à plus de manger à la fois). Il est aussi recommandé de se faire agrandir la cavité buccale pour pouvoir engloutir plus de manger en une seule bouchée pour de ce fait, pouvoir prendre plus de bouchées dans un repas ce qui amène plusieurs vilaines assiettées et un véritable show si la situation décrite se situe à un endroit tel un buffet à volonté.

3- Méthode « j’ai faim quand même beaucoup, mais en réalité pas tant que ça »:

Se dit du personnage de la vie courante (ou fictif) prétendant avoir faim, mais qui en réalité sera contraint à parler tout au long du repas pour éviter le sujet de son manque d’appétit par ses confrères gloutons (à ne pas confondre avec la méthode fatigante, voir plus bas). Si le sujet est seul au moment fatidique du repas, on remarquera un désintérêt pour son repas alors que l’assiette pleine de nourriture gira pendant de longues minutes sur la table.

4- Méthode rapide:

On reconnaît la méthode utilisée par plusieurs personnes constituant de manger aussi rapidement que possible pour pouvoir aller effectuer quelque chose de plus important que manger. Mais souvent, on remarque que les gens mangent rapidement non pas pour partir plus vite, mais plutôt pour manger plus de nourriture en le moins de temps possible. Cette méthode combinée à la méthode « gros porc » peut faire des ravages au niveau de la disparition de la nourriture pour ceux qui savent bien manger. Cette méthode, bien utilisée, peut donner un show par la personne qui l’effectue, mais sera habituellement de moins grande durée que par la méthode « gros porc ».

5- Méthode magique:

Il suffit ici d’ajouter un peu de magie à son plat. Tout peut donc surgir dépendant comment on utilise la magie i.e.: tous les mots du vocabulaire de Josélito, des dents arrondies par le vent, quelques joueurs des Padres de San Diego, un arbre dont toutes les branches sont tressées, un voyage instantané au japon, Luc Senay en bermudas, l’onomatopée « quand j’étais » et des tonnes d’autres personnes/événements/sons/images/articles/dialectes plus farfelus ou intelligents les uns que les autres. Pour utiliser la magie, il suffit de danser bizarrement pour que les personnes vous entourant commencent à se sentir mal à l’aise et alors de crier sans cesse vers le repas en question des mots tels « Konché », « jonclaks », « bububu… X77 », « Arfik », « Routag », « Hulmache », « Grig-Grig », « Pidouf », « Vafrisse » et plusieurs autres!!!

6- Méthode soignée:

Cette méthode se voit être celle utilisée par les personnes ayant un minimum de classe. Il faut être capable de manger sans se salir les mains ni le visage. Il faut que l’environnement de dégustation reste intact et propre pour un usage ultérieur. Les plats raffinés sont aussi au rendez-vous pour ces personnes distinctes. Mais il n’y a malheureusement personne au monde capable d’utiliser cette méthode complexe. Tout le monde est pressé par la vie et personne ne veut gaspiller de temps pour manger… cette action remplie de bonheur nécessaire à la vie. Même quelqu’un de raffiné doit être capable de garder sa crédibilité, ce qui n’est pas le cas de personne.

7- Méthode crédible:

Méthode fictive puisqu’elle n’existe qu’en théorie. Aucune expérience n’a encore révélé sa vraie existence. Plusieurs expériences ont été effectuées pour tenter d’en extraire la vraie signification, mais toutes ont été sans succès. Il est en effet impossible de manger quelque chose tout en gardant sa crédibilité. Au moment où un individu commence à penser qu’il veut manger (ou engloutir de la nourriture… pour certains la nuance est importante), il perd toute crédibilité. L’excitation du repas prochain, les glandes salivaires qui s’activent et l’influx nerveux provenant du cerveau pour prévenir tout le corps qu’il va manger développe quelque chose d’encore inconnu qui provoque la perte de toute crédibilité chez ledit sujet. Il est important de préciser que même en théorie, cette méthode n’est pas définie comme on le voudrait. On utilise des approximations et rien n’est réellement défini.

8- Méthode « je me prends pour un autre » :

Dans une foule, il est facile de distinguer ceux qui se prennent pour un autre lorsqu’ils sont en train de déguster leur repas. Il suffit de s’attarder aux menus détails des manies de l’individu et de tout de suite penser à un personnage fictif ou réel. Par exemple, quelqu’un mangeant seul, au bout d’une table, un peu balourd avec un chapeau et vêtu d’une chemise foncée me fait tout de suite penser à Monsieur Crouton. L’individu se prend donc pour un autre, car il n’est pas Monsieur Crouton. Par contre, on peut être surpris face à la nature de l’origine du sujet étudié. On peut penser voir Gilbert Martin (l’acteur qui jouait le rôle principal de la télé série « Carnaval ») en train de manger lorsque c’est bel et bien lui. Cette méthode parfois trompeuse peut être utile lorsque vient le temps de manger et qu’on ne veut pas se faire reconnaître… même si parfois des bons yeux peuvent découvrir le vrai visage derrière le masque, ce qui relève d’une tâche d’expert (mais qui n’a encore jamais été réalisé).

9- Méthode « Sans un mot »:

L’individu utilisant cette méthode ne veut, pour une raison valable ou non, pas dire un mot. Alors soit elle ne se concentre sur son assiette sans regarder nulle part d’autre ou bien elle utilise la méthode « gros porc » et elle mange sans arrêt. De ce fait, la bouche ne permettant pas l’élocution et la déglutition au même moment, le sujet ne pourra pas produire de mots qui seraient susceptibles de devenir des phrases pour communiquer à quiconque un message plus ou moins important vu les circonstances. Cette méthode est aussi populaire auprès des personnes dégustant leur repas seul… parce que veut veut pas, une personne seule qui parle en mangeant, ça devient de plus en plus crédible et ça ferait un non-sens avec la méthode crédible.

10- Méthode fatigante:

S’applique seulement dans un repas de groupe, non applicable sur repas solo. Étant le contraire de la méthode « Sans un mot », le mangeur utilisant la méthode fatigante essaie, en plus de manger de façon décourageante auprès de ses compatriotes, de parler et de raconter le plus de choses possible dans un laps de temps indéfini. Naturellement, les sujets de discussion de l’individu en question laissent souvent à désirer pour ses confrères de repas. Il se fait constamment demander, parfois poliment, parfois violemment, de diminuer le débit de son monologue, mais il continue tout de même de parler. On peut avoir affaire à un compagnon de repas tout simplement désagréable lorsque cette méthode est combinée avec la méthode « gros porc ». Quelqu’un qui mange sans arrêt et qui parle sans cesse peut être un attentat important au niveau du moral des gens autour du sujet et ce dernier peut alors devenir irritant.

Bref, choisissez bien votre manière de manger. Mangez sainement et faites attention à votre image lors de vos repas entre amis.

Pensez toujours que quelqu’un de louche vous regarde et épie vos moindres faits et gestes. Soyez sur vos gardes.

Tout ce qui est mentionné ci-haut est tiré de faits véritables sur des vraies personnes fictives.

Ce n’est qu’un début!

Restez en contact et informez-vous pour mes prochaines descriptions fatales de la vie

SALUT!

Copyright  ©  Renaud Leduc 2004

Archive (11/05/2013)

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s