Billet Historique 7 : Les Templiers (1129-1312)

(Par Ioan Sénécal)

Aujourd’hui, nous plongeons dans l’univers obscur des Templiers. Ce mystérieux ordre de guerriers des croisades bien connu dans notre monde moderne grâce aux différentes adaptations littéraires qui l’élevèrent au rang de mythe. Certes, les Templiers ont de quoi éveiller l’intérêt même des plus terre-à-terre…

Les Templiers tiennent leur nom de la communauté qu’ils forment: les Pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. Cet ordre fut fondé en 1129 peu après le début des croisades (les croisades sont, je le rappelle, une guerre «sainte» menée par l’Europe chrétienne contre les Arabo-musulmans qui avaient pris contrôle des terres de la Bible au Moyen-Orient) dans le but de protéger les établissements européens dans les États latins d’Orient (nom des royaumes éphémères fondés par les croisés… longue histoire…).

Ultimement, l’Ordre du Temple va s’enrichir considérablement à l’aide de dons, mais surtout grâce à ses activités en terre sainte. En Europe, la richesse extraordinaire des Templiers va les amener à s’insérer dans les jeux de pouvoir en prêtant des sommes considérables à certains États européens. Devenus gênants pour le pouvoir en place, les Templiers connurent une fin tragique et mémorable…

Le vendredi 13 mars 1312, Philippe IV le Bel, roi de France, proclame la dissolution de l’Ordre des Templiers et condamne Jacques de Moley, le maître de l’ordre, à périr sur le bûcher. C’est là que l’histoire des Templiers devient intéressante… Au moment de sa mort par combustion, de Moley, en furie (on peut le comprendre), aurait jeté une malédiction à Philippe le Bel et au pape Clément V. La mort au ventre, le sang dans les yeux, il aurait prononcé ces lugubres paroles: «Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races». Comme quoi, quand un templier te maudit, il ne te maudit pas à moitié…

C’est la suite des choses qui va venir consacrer l’histoire des Templiers comme monument de l’ésotérisme…

Durant l’année 1314, Philippe le Bel meurt dans un bête accident de cheval…

Clément V meurt lui aussi durant l’année 1314…

Plus encore, le 13e descendant de Philippe IV ne fut nul autre que Louis XVI, tristement célèbre pour son exécution à la guillotine dans la foulée de la Révolution française…

Vous comprendrez donc d’où vient l’aura de mystère qui entoure les Templiers. Leur destin semble avoir été marqué par des faits inexplicables et teintés de mysticisme…

Or, la réalité est tout autre. L’histoire que je viens de vous raconter est celle des Rois maudits, un récit romanesque de l’écrivain français Maurice Druon. Celui-ci a grandement enjolivé la fin des Templiers. En effet, Jacques de Moley n’a jamais tenu les paroles qui lui sont attribuées dans l’œuvre de Druon pour la simple et bonne raison que sur un bûcher en flamme, on ne parle pas, on meurt!

Aussi, s’il est vrai que les Templiers possédaient des richesses fabuleuses et que de nombreux monarques européens, dont Philippe le Bel, détenaient une dette à leur endroit, de nombreuses autres raisons permettent d’expliquer la fin des Templiers.

La première et la plus importante est celle, logique, de l’échec des croisades en 1291. En effet, si l’objectif premier des Templiers était d’assurer la protection des terres saintes, l’échec des croisés à maintenir des États latins au Moyen-Orient retire l’impératif de défense imposé à l’ordre.

Ensuite, de retour en Europe, les Templiers vont profiter de leur puissance foncière pour abuser… Et par là, j’entends abuser dans tous les sens du terme. Ceux-ci, n’ayant plus à défendre quoi que ce soit et jouissant d’une abondance monétaire, vont se lancer dans la beuverie et la luxure. Rapidement, ils vont être perçus comme des fainéants, des indignes et même des suppôts de Satan! Rien de moins!

Finalement, il est certes vrai que les Templiers vont gêner les dirigeants européens et au premier chef le pape à qui il conteste une certaine autorité religieuse et temporelle. Il n’en fallait donc pas plus pour qu’on fasse un amalgame de tous les pêchers des Templiers et qu’on les tienne responsables de l’échec des croisades.

Néanmoins, l’Ordre du Temple ne cessera pas tout à fait d’exister à partir du 13 mars 1312… Des rameaux de celui-ci existeront en dehors de la France et surtout, la légende de ces mythiques et puissants chevaliers religieux va se rendre, intacte, jusqu’à nous (merci Dan Brown!).

Archive

Votre opinion?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s